You are here: Home » Actualités » La bêtise du chef, l'aveuglement des soi-disant responsables

La bêtise du chef, l'aveuglement des soi-disant responsables

Le chef du village a barré la voie publique depuis maintenant trois jours. Aucun véhicule ne traverse, les piétons, avec difficulté.

Moi qui croyais que le chef du village a pour rôle de rappeler la loi. Je ne suis pas sans savoir qu’ils sont désignés traditionnellement mais pas forcément par leurs capacités intellectuelle, mais désormais qu’ils sont inclus dans le conseil municipal ils doivent de se forcer à devenir des hommes de loi.

Voici une voie publique au village de Nioumadzaha Bambao. Il y a trois jours, elle est barrée. La maison du chef étant en démolition, les décombres sont jetés à même la route au lieu d’être débarrassés ou amassés contre le mur. Malgré la présence des conseillers municipaux dans ladite localité, aucune réaction. Il y a aussi ce commissariat de la police nationale qui y est. Il reste muet lui aussi.

Ce commissariat, disons-le, composé d’éléments de la police nationale et des soi-disant policiers municipaux, avale sa langue. Mais comment oserait-il hausser le ton quand on sait que la majorité de leurs problèmes sont réglés par la notabilité locale et non par le ministre de l’intérieur, leur patron? C’est là que le bat blesse. Quand une institution nationale est sous la responsabilité d’un secte et non de l’autorité de L’Etat, on connaît la triste suite. En tout cas, ce n’est pas parce que ni les policiers ni la mairie ne font rien que le chef a raison. Il faut que la voie soit libérée.

Powered by Comores infos