You are here: Home » Actualités » La comptabilité de l'État détruite par un incendie accidentel ou criminel : méchant incendie a ravagé les bureaux du TPG et de son Adjoint

La comptabilité de l'État détruite par un incendie accidentel ou criminel : méchant incendie a ravagé les bureaux du TPG et de son Adjoint

Dès son investiture, le président Azali avait préconisé des audits comptables et financiers dans les secteurs publics. Ainsi, avant cet incendie peut être criminel, peut être accidentel, un audit imminent était sur le point d’être réalisé au trésor public, pour vérifier les dettes anciennes et les nouvelles factures, et ce, avant de procéder au paiement, car « Si tout responsable ayant un crédit se permet de signer parce que l’Etat va payer, la trésorerie ne peut plus respirer. Nous devons vérifier le travail fait avant de payer » avait dit le Tpg Moindjié Saandi dans le journal Al-Watwan.
 
Hélas, le feu est passé dans les bureaux du TPG et son Adjoint (?), en attendant les résultats de l’enquête, croisons donc les doigts pour qu’il n’y ait pas de mauvaise surprise indiquant la disparition de la comptabilité des grosses entreprises du secteur public (Hydrocarbure, Anacm …).
 
La comptabilité de l'État détruite par un incendie accidentel ou criminel : méchant incendie a ravagé les bureaux du TPG et de son Adjoint
 
Lecteurs et lectrices, nous devons faire preuve de vigilance, de prudence et de fermeté, car après tout, ça peut être un impressionnant incendie accidentel, comme ça peut être un méchant acte criminel.
 
En attendant l’enquête,
On retient que le digne de confiance du président Azali, le Trésorier-payeur général (TPG) Moindjié Saandi (photo n°1), ainsi que son Adjoint Colombo, ont eu chaud ce 4 mars 2017. En effet, leurs bureaux sont incendiés et il ne reste plus que des dossiers calcinés pour montrer au chef de l’Etat qui est venu en catastrophe sur le lieu de l’incendie, pour toucher du doigt ce coffre ouvert et calciné par un incendie déclenché un samedi vers 14h, c’est à dire hors les heures de travail (photo n°2). Le président, visiblement surpris par les dégâts (photo n°2 et 4) nous rappelle l’inspecteur Colombo (photo n°3). Mais, est ce que le président, Colonel Azali Assoumani, se posait « juste une question »!? Comme faisait l’inspecteur Colombo ? À suivre
Mrimdu

Powered by Comores infos