You are here: Home » Actualités » La déclaration du Garde des Sceaux enchante l’opinion publique

La déclaration du Garde des Sceaux enchante l’opinion publique

 La déclaration du Garde des Sceaux enchante l’opinion publique

Mâitre Fahmi Said Ibrahim, fraichement nommé Ministre d’Etat, garde des sceaux, celui qui fut la victime de la plus honteuse fraude électorale jamais organisée dans notre pays, a fait sa première déclaration au journal Alwatwan, dans son édition du 09 juin.
Lors de son entretien avec le canard gouvernemental, le Ministre Fahmi a réitéré son attachement à la justice pour tous et fait de la lutte contre l’impunité et la corruption, une de ses priorités dans ses nouvelles fonctions.
En nommant Maître Fahmi, homme de droit, étant avocat de profession, à la tête de ce Ministère régalien, le Président Azali, a dévoilé clairement, son intention de placer ce département au cœur de son action.
Cette nomination a suscité beaucoup d’espoir parmi nos compatriotes qui croient dur comme fer, que le nouveau Ministre de la justice saura relever le défi, en créant les conditions d’une justice équitable pour tous, afin de redorer son image aussi bien sur l’opinion nationale qu’internationale.
Le leader du Ridja, l’avocat Said Larifou, lui aussi, a soutenu cette initiative et n’y est pas allé de main morte, car dans son poste publié le 10 juin et repris par notre confrère Habari Zacomori, « j’entends demander audience au Ministre de la Justice pour lui exprimer la pertinence de sa déclaration et lui demander d’engager des poursuites judiciaires adéquates pour récupérer les fonds publics détournés » conclut-il.
Cet appui à la politique du tout nouveau Ministre de la Justice est, certes salutaire, mais il reste en même temps plombé par le soutien que Said Larifou a apporté à Mohamed Ali Soilih lors du deuxième tour de l’élection présidentielle.
Pour rappel, avant cette alliance contre nature, le leader du Ridja s’attaquait sévèrement à la mauvaise gestion du candidat du pouvoir dans cette élection présidentielle avant de le rejoindre avec armes et bagages.
En soutenant celui qu’il avait qualifié de plus grand corrupteur de tous les temps, Me Said Larifou s’est rendu coupable de recel et, étant homme de droit, celui-ci ne peut ignorer que l’avantage tiré du vol est qualifié de recel.
Ceux qui ont bénéficié d’avantage provenant de détournements de biens publics sont des receleurs et doivent être poursuivis par la justice au même titre que les auteurs de détournements de biens publics.
Il ne suffit pas de dire que je n’ai jamais occupé de fonction pour être innocent dès lors qu’ils ont eu connaissance de la provenance délictueuse de l’argent obtenu.

Mbadakomé

Powered by Comores infos