You are here: Home » Actualités » La diaspora africaine à l’Elysée

La diaspora africaine à l’Elysée

                          La diaspora africaine à l’Elysée
Macron sent le vent tourner en Afrique et tente de prendre les devants pour parer à un avenir incertain…
Le président français E.Macron veut changer son fusil d’épaule en recevant hier la diaspora africaine à l’Elysée, pour parler des thématiques comme l’immigration, l’investissement en Afrique etc. Ils étaient 350 personnes, associations, sociétés civiles, intellectuels et quelques chefs d’état comme le  président Ghanéen Nana Akufo Addo et le président Alassane Ouattarra de Cote d’ivoire qui ont pris part à cette rencontre. C’est une première pour la diplomatie française que l’Elysée reconnaisse la diaspora africaine en tant que telle car elle compte plus 5 millions de personnes.

Ancien colonisateur comme 6 pays européens, la France a régné et règne encore  sur un empire de 14 états depuis la conférence de Berlin en 1885 sur le partage du continent par les occidentaux. Cela va sans dire qu’après les indépendances politiques, il reste à conquérir pour les 14 états l’indépendance ou les indépendances économiques, car jusqu’à maintenant ces pays forment le pré-carré français. Le FCFA (franc de la communauté France Afrique) est l’exemple parfait qui symbolise cette relation déséquilibrée, inégale entre la France et ses anciennes colonies. Ce vestige d’un passé colonial porte atteinte à l’image de la France à partir du moment où des voix s’élèvent en Afrique pour réclamer la suppression du FCFA. De plus, avec l’arrivée dans les marchés africains des pays comme la chine, la Turquie, le Brésil, la France est obligée de sortir de sa zone de confort, dans laquelle elle a fondait sa richesse. L’autre argument qui pousserait la France à chercher à élaborer une nouvelle stratégie FranceAfrique, est la mise en place la semaine dernière du marché commun africain appelé «  ZLECA(zone de libre échange économique africain ) » et la création en  En 2020 de de la 1ere monnaie baptisée ECO par la Communauté économique de l’Afrique de l’ouest(CDEAO) qui va remettre en question le FCFA.

Face à ces bouleversements, la France essaie par tous les moyens de ne pas perdre pied sur sa politique africaine déjà à bout de souffle, depuis la décolonisation. Alors la logique voudrait que la diaspora africaine devient le nouveau réseau de la France-Afrique et cela va engendrer encore d’autres problèmes la jeunesse africaine a changé , elle cherche à évoluer vers l’afro centrisme, un concept qui conduit au rejet de tous les paradigmes extérieurs.
Mbadakome

Powered by Comores infos