You are here: Home » Tribune libre » "La diaspora comorienne a des droits et des devoirs"

"La diaspora comorienne a des droits et des devoirs"

Le 26 Novembre 2013, nous avons été nombreux à initier et à signer une pétition appelant à la participation des comoriens de l’extérieur aux élections nationales. Il faut croire que nous avons été entendus :
Sur la base de la loi de 2005 et la convention signée par l’Etat et la diaspora de France en décembre 2010, un décret d’application a été pris par le président Ikililou Dhoinine pour rendre effective cette participation.
Dans la foulée, le ministère de l’Intérieur et la CENI ont pris un certain nombre de mesures pour d’abord lancer une campagne d’information par le biais le CNDT, et ensuite pour engager les opérations de recensement.
On entend toutefois s’exprimer des doutes et des interrogations ici et là qui frisent parfois au simple procès d’intention.
Je ne comprends pas pourquoi aucune dynamique n’ait été enclenchée par les citoyens que nous sommes pour aller nous inscrire massivement sur les listes électorales alors que nous sommes face à rendez-vous historique.
Ikililou Dhoinine est le 3ème président depuis que cette loi erre dans les tiroirs de Beit-Salam. Nous avons revendiqué son application durant tellement d’années que maintenant où les choses semblent pouvoir se mettre en place, se concrétiser, nous brillons par notre tiédeur.
Certains questionnements et interrogations sont légitimes, lorsqu’ils touchent par exemple au dispositif proposé et à l’information pratique des mesures arrêtées. Celles-ci doivent bien entendu être communiquées aux partis politiques, du pouvoir comme de l’opposition, mais ces derniers doivent également marquer leur bonne disposition à travailler avec la CNDT et les représentants du ministère de l’Intérieur et de la CENI. Le ministère en charge des élections doit en retour jouer le jeu et offrir toutes les garanties de sérieux et d’impartialité.
Lors de ma rubrique intitulée « Les 4 Questions à … » tous les leaders politiques comoriens s’étaient prononcés en faveur de cette particpation. Je vous parle de Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, Fahmi Said Ibrahim,Houmed Msaidie, Said Larifou, Nadhoim Idi etc.
Soyons donc conséquents et arrêtons donc les palabres et les critiques qui viennent juste comme dans le but de saboter et non pour aider à améliorer les choses, sinon nous confirmerons que le propre du comorien est de vouloir une chose en même temps que son contraire.
Mon ami AB, vous souvenez-vous de lui? Oui .. celui qui s’en est allé avec l’armée de Pancho Villa. Il me disait un jour qu’on ne peut réfuter la Grande Pyramide en montrant l’impossibilité d’en disposer les pierres.
On ne veut pas avancer alors on récite le même refrain ‪#‎Ya_Latuf‬‪#‎Depuis1975‬

Par Irchad Abdallah


© « Copyright ©2011 AHAMED ZOUBEIRI Hakim. www.habarizacomores.com|(أخبار من جزر القمر) Tous droits réservés.

Powered by Comores infos