You are here: Home » Actualités » La diaspora comorienne revendique les 45 000 euros prévus pour la construction d’une maison à Paris

La diaspora comorienne revendique les 45 000 euros prévus pour la construction d’une maison à Paris

Aujourd’hui les ulémas comoriens en ile de France lèvent le ton dans l’affaire « maison des Comores à Paris ». C’est purement est simplement parce qu’il y’a eu malversation et vol d’argent de la diaspora comorienne de la part du président de la communauté comorienne en ile de France. Les mensonges et la corruption ont toujours était la préoccupation de ce grand uléma, c’est la vérité hélas.

image

Les mauvaises actions d’un chef religieux salissent les religieux ou les ulémas. Cela dit que les actions de foundi MOHAMED BOINA MZE « notre chef religieux à paris » ont Sali les ulémas comoriens et la région de Mbadjini.

La diaspora comorienne attend la réaction des ulémas de Mbadjini, quand FOUNDI BOINA MZE (originaire de Malé Mbadjini) dilapidait les 45000 euros récoltés lors du madjlisse des année 2000 prévu pour la construction d’une maison des Comores en France. Ce grand baobab de Mbadjini usait la religion et le milan-nantsi comme arme pour dilapider l’argent des comoriens.

Mohamed Boina mze grand frère de l’ancien ministre de finance sous feu du président Mohamed Taki se trouve dans le collimateur d’une malversation. Au début, il a été soutenu par les siens, dont les grands notables d’Itsandra et de Mboudé avec la force vive d’un grand notable pesant en ile de France Mze Abdou Elwahab (originaire de foumbouni-mbadjini). Mais les notables de Mbeni et de la région de hamahamet revendiquent avec un grand ton la restitution des 45 000 euros afin que la maison des Comores voit ses jours.

Excédé par les mauvais comportements, la mauvaise foi, l’irresponsabilité malsaine et la corruption indécente, Foundi Boina Mze a fait appel à son fils le trésorier de la communauté de son village (Malé-Mbadjini) pour dilapider 10.000 euros dans le compte de son village afin de laver son honneur de foundi-corrupteur. Il a eu dernier recours à un jeune étudiant de son village pour lui dérober ses ressources financières. Pour avoir l’argent de ce jeune doctorant de son village sous sa botte, il a eu recours à l’envoutement comme arme spirituel d’influence. Boina Mze a pu recolté 23 000 euros et payer sa dette.

Pour se debarasser du reste de la dette, Boina Mze a eu la stratégie de nommer son protegé mze Toulaibi comme nouveau président de La communauté de Mbadjini. Boina Mze cherche la stratégie « diviser pour mieux régner » et ne pas pouvoir payer les 22 000 euros restants.

Plus d’une fois, il ordonna a Toulaibi à ce que la région de mbadjini se retire dans les affaires comorienne pour rester autonome. Chose inadmissible au niveau de la tradition, puisque seul les hinya-za-ntsi (et non la région) qui exercent le pouvoir dans la tradition comorienne.

On en dénombre :

    « Hinya Matswa Pirussa : Bambao, Mitsamiouli et Mbwanku
    -Hinya Fwambaya : Itsandra, Hamahamet, Wachili, Dimani
    -Hinya Mdombozi : Mbadjini
   ….. »

Wabaladjoumbé wahe Comores

Comores infos: N° 1 de l’info sur mobile aux Comores, l »actualité partout. Comores Infos.

Powered by Comores infos