You are here: Home » Actualité » La dictature: «Mon Dieu, gardez-moi de mes amis»

La dictature: «Mon Dieu, gardez-moi de mes amis»

La dictature: «Mon Dieu, gardez-moi de mes amis»

La tyrannie de Mitsoudjé, un sale ramassis d’ennemis

Par ARM

       On connaît le fameux mot ironique de Voltaire: «Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge». Eh bien! Au sein de la dictature de Mitsoudjé, on en est là. Les Mohéliens ont un proverbe bien connu: «Le mendiant n’aime pas un autre mendiant». En effet, le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri n’a pas réuni autour de lui des intellectuels, des experts et des technocrates, mais des courtisans à la courbette facile, des mendiants dégoulinant d’obséquiosité, des faux-culs, des voleurs, des maquereaux, des violeurs, des pédophiles, des champions de l’inceste, des lèche-culs, des «lèche-bottistes» et des mercenaires. Ces gens-là, cooptés sur la base du Mal, de la bêtise et de l’ignorance, se détestent. Ils n’ont aucune conviction civique et citoyenne. Ils veulent juste manger. Dès lors, les relations entre la dictature et l’opposition sont plus douces, sucrées et mielleuses qu’entre les partisans de la dictature.

Les élections législatives et communales qui n’ont pas eu lieu en janvier et février 2020 ont permis de comprendre que la dictature n’a même pas besoin de recruter ses pires ennemis au sein de l’opposition, mais dans propres rangs. Les plaies nées de ces élections qui n’ont pas eu lieu ne sont pas cicatrisées. Kiki, le «ministrillon» de l’Intérieur, a organisé une mascarade dégoûtante, mais a été empêché de placer les siens. Depuis, le feu de la haine couve.

Et comme si cela ne suffisait pas, voilà le baby-sitter Saïd Ali Saïd Chayhane, le prétendu «ministre de l’Économie et des Finances», qui crée une milice qui terrorise la population de Moroni tous les soirs à partir de 22 heures. Mohamed Idaroussi, un séide de Kiki qui travaille au Trésor public, organise la riposte, mais à armes inégales. Le baby-sitter Saïd Ali Saïd Chayhane a plus de moyens.

La haine au sein de la dictature devient encore plus complexe à la suite des injures et insultes du manant Houmed Msaïdié Mdahoma, l’aboyeur public, insulteur officiel et remueur de ses propres poubelles, sur Mohamed Saïd Fazul, le semblant de «Gouverneur» de Mohéli. Cette déchirure au sein de la dictature est d’autant plus édifiante qu’elle s’accompagne d’une supposée indignation du «Directeur du Cabinet» de Mohamed Saïd Fazul sur Houmed Msaïdié Mdahoma, qui a traité le semblant de «Gouverneur» de Mohéli d’«idiot de Mohéli». Or, le Directeur du Cabinet, Toilettes et Chiottes de Mohamed Saïd Fazul n’est que le cache-sexe de son idiot de chef. À Anjouan, on assiste au même climat de tension entre Anissi Chamsidine, l’usurpateur sans honneur, ni dignité, et Bellou Magochi, le Directeur du Cabinet, Toilettes et Chiottes du dictateur chargé de la Défense.

La déchirure est là.

La déchirure est visible.

La déchirure est profonde.

Heureusement, le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri peut compter sur la fidélité de ses deux traîtres préférés: Mouigni Baraka Saïd Soilihi et Saïd Larifou dit «L’Art-Fou», respectivement, Président et Vice-président du Comité national de Transition (CNT). Le CNT est un machin qui permet à «L’Art-Fou» de faire ses fameuses promesses de mariage aux femmes célibataires et aux femmes divorcées. «L’Art-Fou» est resté le chantre de «l’émergence à l’horizon 2030», et nous l’en félicitons pour sa grandeur d’âme et pour la beauté de sa voix chantant la «gloire éternelle au dictateur fou et terroriste de Mitsoudjé».

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 8 décembre 2020.

Powered by WPeMatico