You are here: Home » Actualités » La diplomatie de la mendicité

La diplomatie de la mendicité

La diplomatie de la mendicité
L’union des Comores vient de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran

La crise diplomatique qui secoue l’Iran et l’Arabie Saoudite s’est soldée par l’expulsion  du personnel diplomatique de l’Iran dans le pays des Saoud.
Ceci intervient à la suite des manifestations organisées devant l’Ambassade de l’Arabie Saoudite à Téhéran, en guise de réaction à l’exécution d’un dignitaire Chiite saoudien.
L’Union des Comores, à son tour, vient de rappeler son Ambassadeur à Téhéran pour consultation et par « solidarité et amitié » à l’Arabie Saoudite, marquant ainsi une étape dans la rupture de ses relations diplomatiques avec l’Iran.

Faut-il rappeler que la coopération entre l’Union des Comores et ces deux pays frères a apporté ses fruits dans beaucoup de domaines, notamment dans l’éducation pour l’Arabie Saoudite, par l’octroi des bourses d’études.
Quant à l’Iran, son appui est multi formes, car outre la formation d’une partie de nos étudiants, la coopération avec ce pays ami a permis la réalisation de plusieurs infrastructures, à savoir,  des dispensaires, des écoles professionnelles, deux hôpitaux implantés à Anjouan et à Mohéli pour ne citer que ceux-là et même le bateau qui a servi à l’AND pour la libération d’Anjouan.

Il est étonnant  de voir aujourd’hui l’Union des Comores, à défaut de jouer les bons offices, prendre parti dans ce conflit.
A se demander pourquoi les Comores  s’invitent dans ce conflit vieux de plus de 30 ans entre les 2 grandes puissances du Moyen-Orient, qui s’affrontent historiquement pour l’hégémonie régionale et en compétition sur le marché du pétrole.
Cette réaction maladroite digne d’une diplomatie sans queue ni tête gêne plus d’un.  D’aucuns voient l’octroi, il y a un mois, d’une enveloppent de 40 millions d’euros  par l’Arabie Saoudite, sous forme « d’aide budgétaire », pour payer les arriérés comme origine de cette décision insensée.
Pendant que d’autres n’hésitent pas à assimiler ce soi-disant aide budgétaire à une corruption déguisée, ce qui porte gravement atteinte à notre souveraineté.
Force est de constater que ce régime en panne d’idée et de solutions pour répondre aux aspirations légitimes du peuple  cherchent, par la voie de ses griots et ceux qui sont chargés de la propagande, à manipuler les comoriens, en mettant en exergue un conflit religieux qui n’existe pas dans notre pays.  
On le dira jamais assez les comoriens ont besoins de santé, d’éducation, d’eau et d’électricité, ces denrées rares que Mamadou et consorts ne sont pas en mesure de leur apporter et non pas d’un conflit imaginaire entre sunnite et chiites.

Le seul risque lié à la religion est celui du courant Wahhabite  qui vient justement de l’Arabie Saoudite, mais fort heureusement le Grand Moufti ne ménage aucun effort et ne rate pas aucune occasion pour le dénoncer,  à travers,  les manifestations religieuses et on le rend hommage.

C’est ce courant qui est contre le Kitab et le Sounna ; Il vient, je le précise, d’Arabie Saoudite.
Mbadakomé 

Powered by Comores infos