You are here: Home » ACCUEIL » LA JUSTICE FRANCAISE EST SAISIE POUR STATUER SUR L’OPACITE ET LES IRRÉGULARITÉS DES VENTES DES GROUPES ÉLECTROGÈNES PAR ENERIA CAT A SONELEC

LA JUSTICE FRANCAISE EST SAISIE POUR STATUER SUR L’OPACITE ET LES IRRÉGULARITÉS DES VENTES DES GROUPES ÉLECTROGÈNES PAR ENERIA CAT A SONELEC

En ma qualité d’avocat constitué par Le collectif des citoyens comoriens, partie civile dans l’information judiciaire ouverte sur le dossier de la citoyenneté économique, j’informe qu’à la demande de mes clients,  citoyens comoriens, le parquet français compétent a été saisi d’une dénonciation sur les irrégularités manifestes qui entourent les ventes par la société française ENERIA CAT de groupes électrogènes à la société comorienne Mamwe devenue Sonelec. La nouvelle vente réalisée en 2021, estimée à 1.600.000.000 kmf (Un milliard six cents millions francs comoriens) soit 3.265.306 euros, réalisée par cette société française  au profit de la société Sonelec sans appel d’offres  outrepasse la législation en vigueur applicable en matière des marchés publics.

L’absence d’appel d’offres dans le cas d’espèce est suspecte et pourrait constituer un moyen de  favoriser la corruption  et le détournement de fonds publics et ce d’autant que la précédente vente réalisée en 2017 de  neuf (9) groupes d’occasion pour 13 milliards de francs comoriens,  par la même société à la société Mamwe,  devenue Sonelec, a été faite dans l’opacité totale et là aussi sans appel d’offres. C’est parce que la violation des règles applicables en matière de marchés publics, propice à la corruption et le manque d’expertise sérieuse ont abouti à l’acquisition de groupes complètement défectueux, acquis à un prix prohibitif et exorbitant, que le collectif des citoyens et consommateurs Comoriens exigent à ce que la lumière soit faite sur les conditions de vente en 2017  par la société ENERIA CAT au profit de la Société Sonelec de neuf groupes électrogènes et celle faite en janvier 2021. 

Les circonstances et les conditions de ces opérations n’ont jamais été publiées alors qu’il s’agit de dépenses publiques très  importantes dans un pays qui subit des pertes d’argent public conséquent du fait de la corruption,  de la concussion, de  l’avidité et des détournements qui ont atteint leur point culminant. Jamais, notre pays, les Comores, n’a  été aussi pillé et le peuple spolié et exploité. Les  procédures engagées à l’étranger contre des sociétés ou des personnes physiques de nationalités étrangères, complices des faits de corruption et des détournements des deniers publics aux Comores,  devraient contribuer à mettre fin à l’impunité des crimes économiques dans notre pays.

Me Said LARIFOU, Avocat à la Cour

Powered by WPeMatico