You are here: Home » Actualité » La malédiction invisible. Panne de zizi à Bête-Salam

La malédiction invisible. Panne de zizi à Bête-Salam

La malédiction invisible. Panne de zizi à Bête-Salam

L’exubérance sexuelle de jadis n’est plus ce qu’elle était

Par ARM

       Surtout, n’allez pas imaginer qu’il s’agit de mensonges haineux, de fantaisies douteuses et d’affabulations dictées par le souci de voir les ennemis du peuple être frappés là où ça fait vraiment mal. La réalité est là: la plupart des criminels sévissant à Bête-Salam ont une panne de zizi. Il fut un temps, ils se vantaient d’avoir des performances sexuelles dignes de la remarque, et ne se privaient pas draguer tout ce qui était à un rayon de 10.000 kilomètres de leurs braguettes rarement fermées. Eh bien, tout cela est derrière eux. Diverses maladies vénériennes, cardiovasculaires et d’autres natures ont eu raison de leurs zizis. Naturellement, pour amuser le tapis et la galerie, ils continuent à draguer des jeunes filles, mais la plupart d’entre eux ont le zizi foutu. Certains parmi vous allez hausser les épaules, en disant: «Cet ARM-là exagère quand même. Comment peut-il savoir qu’Untel a des problèmes de gaudriole?». Cette remarque est légitime.

Pourtant… Pourtant… Oui, pourtant, il faut tenir compte de la confidence faite à votre site préféré par ce médecin qui, après avoir consulté des amis pharmaciens et médecins, est catégorique: à Bête-Salam, c’est l’hécatombe en matière de zizi. Ce médecin qui nous en parle affirme être régulièrement consulté par ces gens de Bête-Salam pour des problèmes de zizi et ne pas être le seul dans son cas. Son ami pharmacien lui glisse subrepticement à l’oreille: «Ils viennent souvent se ravitailler chez moi en viagra que je fais spécialement venir d’Inde. Leur consommation du produit a augmenté de manière tellement rapide que je suis obligé de me poser des questions. J’ai l’impression que ces malfaiteurs sont frappés de malédiction invisible. Je peux en parler parce qu’ils ne s’approvisionnent pas que chez moi. Nous en avons parlé entre pharmaciens».

Voilà où nous en sommes. Naturellement, la notion de «malédiction invisible» vaut son pesant d’or. On dirait une épidémie. Ces gens-là n’ont pas de limites en la matière. Ils plantent leur zizi sur tout ce qui bouge. Ça leur a porté malheur, et ce n’est qu’un aspect des calamités auxquelles ils sont confrontés.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 17 octobre 2019.

Powered by Comores infos