You are here: Home » Actualité » La mascarade électorale de 2019, basée sur le néant

La mascarade électorale de 2019, basée sur le néant

La mascarade électorale de 2019, basée sur le néant

L’opposition comorienne en ordre de bataille et de rejet

Par ARM

     Malgré l’horreur de la situation, on a vraiment envie de rire. C’est vrai. En effet, quand on regarde la précipitation douteuse dans laquelle se jette chaque jour la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé, on se demande où ces voleurs de poules ont vu qu’il suffit de se mettre autour d’une table entre voyous et de prendre de graves décisions engageant tout un pays et un peuple pour que des fantasmes de pouvoir viennent réalité. Et, il y a les mensonges les plus ridicules, que les voyous de Bête-Salam croient que les Comoriens vont gober avec béatitude et angélisme.

Nous voici le samedi 22 décembre 2018. La «mouvance présidentielle» minoritaire, y compris sa prostituée répondant au nom de Mouigni Baraka Saïd Soilihi, est reçue à Bête-Salam par le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». À l’issue de cette mascarade nauséabonde, les bandits Saïd Ahmed Saïd Ali et Mohamed Abdou Mbechezi ont publié leurs enfantillages habituels, et on y lit: «Tout en saluant l’élégance politique du Président de la République qui les a convié afin de les tenir informés de sa décision, les partis politiques de l’opposition ont souhaité que toutes les dispositions soient prises pour que les élections prochaines se déroulent dans la transparence et l’apaisement. Le chef de l’État s’est engagé à veiller à ce que toutes les dispositions démocratiques relatives au bon déroulement des élections soient effectives en invitant notamment la communauté internationale à être les témoins et les arbitres de ce rendez-vous de notre jeune démocratie».

     Le «concubinocrate» inculte et rustre Assoumani Azali Boinaheri ne sait même pas ce que signifie le mot «élégance». L’opposition n’a pas pris part à sa mascarade, et Mouigni Baraka Saïd Soilihi n’est pas dans l’opposition et n’est pas l’opposition. Le scrutin anticonstitutionnel de 2019 ne se déroulera pas «dans la transparence et l’apaisement». Quant à la communauté dite «internationale», elle a brillé par une rare complaisance laxiste et démagogique envers le «casseur de marmites» («Chifoussa Gnoungou») Assoumani Azali Boinaheri, malgré une certaine vigilance à la mi-2018, qui n’a pas empêché le dictateur fou de Mitsoudjé de se livrer à sa folie destructrice du Droit, des institutions et de la politique aux Comores.

Pourtant, Bête-Salam claironne, en prétendant vouloir prendre à témoin la complaisante communauté internationale. Ce qui est sûr, c’est que, à partir de janvier 2019, le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri commencera à voir cette communauté internationale à Moroni. Or, il ne l’aime pas, depuis qu’il a vu, en 2006, que celle-ci est bien capable de l’empêcher de frauder en rond les élections. En 2016, les observateurs internationaux étaient obligés de fuir les Comores pour se réfugier à Madagascar, par peur du fou de Mitsoudjé, qui les menaçait de mort! Dès août 2018, le bambochard Assoumani Azali Boinaheri a expliqué qu’il ne voulait pas de la communauté internationale avant d’avoir instauré sa présidence à mort. Il sait qu’il est tellement méprisé, haï et détesté par les Comoriens qu’il n’a aucune chance de faire partie des 4 premiers candidats. Cela étant, il fera tout pour imiter l’Ougandais Hippolyte Kanembe, qui règne en République démocratique du Congo (RDC) sous le nom de «Joseph Kabila».

«Joseph Kabila» n’a pas les moyens d’organiser de vraies élections en RDC. Pourtant, il a rejeté toutes les offres d’aide de la communauté internationale, alors que les élections auraient dû avoir lieu en 2016. Le «saigneur saignant» de Mitsoudjé crachera sur le soutien de la communauté internationale parce que le gouvernement du Hedjaz, qui n’a jamais organisé une élection sur son territoire, lui apportera l’aide nécessaire à l’organisation d’une mascarade électorale, à condition que ça soit loin du regard de la communauté internationale.

Et il y a la vaillante opposition comorienne. Les ennemis de la démocratie la voudraient morte et enterrée. Or, celle-ci est bien vivante, en ordre de bataille et de rejet de toute mascarade, et ne va jamais désarmer. Elle ne manque pas de leaders de valeur, mais qui réclament avec un rare sens de l’honneur la libération de leurs camarades délibérément mis hors-jeu par un dictateur mourant et raisonnant à l’envers.

Lors de sa conférence de presse du mardi 25 décembre 2018, l’opposition comorienne a eu raison d’insister sur la libération de ses chefs. En même temps, la rumeur selon laquelle elle n’a pas de candidats pour affronter le dictateur fou de Mitsoudjé est fausse et tendancieuse. La vaillante et honorable opposition comorienne a 36 fois 36 candidats capables de battre le putschiste Assoumani Azali Boinaheri.

Le mardi 25 décembre 2018, l’opposition est montée au créneau et dénonce pêle-mêle:

–       L’évocation, par le décret convoquant le corps électoral, de la loi n°14-004/AR, qui n’existe pas. Bête-Salam est donc en pleine folie furieuse;

–       Une «Justice» politisée, caporalisée et soumise aux démangeaisons cérébrales d’un fou;

–       Les procès staliniens qui ont jeté en prison une grande partie des leaders de l’opposition;

–       La mise en place des Commissions électorales insulaires. Le Député Ibrahim Mohamed Soulé explique, avec un raisonnement juridique entièrement fondé, qu’en vertu de l’article 62 du Code électoral de 2014, ces Commissions «sont désignées pour chaque échéance électorale, 90 jours minimum avant le 1er jour du mois durant lequel le ou les scrutins a ou ont lieu». Or, en faisant le calcul, on se rend compte que si le premier tour de la mascarade électorale devra avoir lieu le 24 mars 2019, la loi ne sera pas respectée. Les voyous de Bête-Salam sont tellement nullissimes qu’ils sont incapables de faire de tels calculs. Tout ce qui les intéresse, ce sont les élucubrations pathétiques de leur chef, resté prisonnier des prédictions d’un sorcier de Pemba, en Tanzanie, qui lui a dit qu’il ne ferait pas 3 ans au pouvoir, et qui veut organiser lui-même une nouvelle élection et investiture, croyant ainsi échapper à un coup d’État ou à une mort naturelle ou violente;

–       L’obligation, par décret, de déposer les candidatures aux Gouvernorats des Îles, à la Cour suprême, alors que ces candidatures doivent être déposées à la Commission électorale de chaque île. L’inconstitutionnalité devient ici une maladie.

–       L’inexistence d’un fichier électoral mis à jour.

L’opposition comorienne demande sa représentation dans toutes les instances chargées d’organiser les élections, et la supervision de celles-ci par la communauté internationale. Si ces deux conditions sont remplies, l’homme malade de Mitsoudjé verra d’autres candidats se lancer au deuxième tour de l’élection, sans lui. Il est détesté, haï et méprisé, battant des records d’impopularité. Même s’il fait usage de la force, sa seule arme, une poule et un cocotier sont capables de lui faire mordre la poussière électorale.

Cependant, dans sa volonté de ne pas tirer à coups de bazookas sur une ambulance, les leaders encore libres de l’opposition ont sciemment «oublié» d’évoquer un sujet: la santé du dictateur fou de Mitsoudjé. Comment un individu notoirement malade, qui tombe en public tout le temps, va faire une campagne électorale, au risque de multiplier les «malaises vaginaux» en public? Comment le dictateur moribond de Mitsoudjé va-t-il prendre le risque de s’exposer en public, au risque de faire des mouvements d’accordéon et tomber en public? Comment croit-il que va réagir un peuple qui l’a déjà craché et vomi quand il le verra tomber au cours d’un meeting? Dès aujourd’hui, la vaillante et la valeureuse opposition comorienne doit avoir une nouvelle revendication: que tous les meetings du satrape de la satrapie de Mitsoudjé soit climatisés pour que, en cas de nouveau «malaise vaginal», la bonniche Mahmoud Salim Hafi ne ponde pas un nouveau communiqué parlant de chaleur. Climatisez!

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 27 décembre 2018.

Powered by Comores infos