You are here: Home » Actualité » La mort d’Assoumani Azali pour réconcilier le pays

La mort d’Assoumani Azali pour réconcilier le pays

La mort d’Assoumani Azali pour réconcilier le pays

Vivant, le dictateur est l’obstacle à l’unité des Comores

Par ARM

       Le 6 octobre 1981, quand le Président égyptien Anouar El Sadate fut assassiné par des soldats de l’Armée nationale égyptienne de la manière la plus violente (Photo), Claude Cheysson, ministre français des Relations extérieures de l’époque, avait déclaré: «Cette mort, horrible en elle-même, fait disparaître un obstacle au rapprochement à l’intérieur de la nation arabe»; ce qui fit dire à François Mitterrand, alors Président de la République française: «En entendant cela, j’étais au volant, j’ai failli aller dans le fossé»: Cités par Jacques Attali: Verbatim, Tome I. Chronique des années 1981-1986, Arthème Fayard, Paris, 1993, p. 181.

La mort du dictateur fou de Mitsoudjé ne sera jamais «horrible en elle-même» et elle «fera disparaître un obstacle au rapprochement à l’intérieur de la nation comorienne». À l’heure actuelle, Mohéli veut se retirer de l’Union des Comores. Et quand Anjouan commencera à manifester son mécontentement et sa mauvaise humeur, personne ne pourra arrêter cette île de faire valoir son droit à la dignité et à l’affirmation de sa personnalité et de ses droits légitimes.

La première crise politique anjouanaise avait commencé le 16 février 1997 et s’était terminée le 25 mars 2008 à coups de canons et de débarquement de militaires de l’Union africaine soutenant les soldats de l’Armée nationale de Développement (AND) des Comores. En 1997-2008, les autres Comoriens reprochaient aux Anjouanais leur séparatisme. Cette fois-ci, si ça recommence à Anjouan, nous serons nombreux à devenir des séparatistes anjouanais et à attiser le feu du séparatisme et de la sécession à Anjouan. Si les Mohéliens passent de la menace à l’action, ils trouveront la même aide.

Pour mettre fin à ce possible processus d’éclatement des Comores, il suffirait que meure le presque mort et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». On annonce son retour aux Comores ce mardi 21 mai 2019. C’est dommage qu’il ne soit pas mort pendant son hospitalisation aux Émirats Arabes Unis. Dommage…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 21 mai 2019.

Powered by Comores infos