You are here: Home » Actualité » La mort du Colonel Mohamed Anrifi fait très peur

La mort du Colonel Mohamed Anrifi fait très peur

La mort du Colonel Mohamed Anrifi fait très peur

Le faux AVC de Bellou Magochi provoque la psychose

Par ARM

       Quand on assiste à un tel phénomène, on tire une seule conclusion: ces gens-là sont haïs et détestés à mort. Sinon, comment expliquer la joie de milliers de Comoriens dans la nuit du 14 au 15 octobre 2019 quand commença à circuler la fausse nouvelle sur l’accident vasculaire cérébral (AVC) de Bellou Magochi (Photo), Directeur du Cabinet du tyran fou de Mitsoudjé chargé de la Défense. Toute la nuit, on ne parla que de ça. Logiquement, votre site préféré reçut des dizaines de messages de joie. Si des Comoriens aimant sincèrement leur pays ont inventé et diffusé à une échelle mondiale la fausse rumeur sur la mort d’un malfaiteur au pouvoir, c’est parce qu’ils veulent surtout la mort du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger».

En même temps, on découvre que les principaux chefs de la dictature de Mitsoudjé ont très peur depuis la mort du Colonel Mohamed Anrifi Moustoifa Bacar Madi dit José, dit Obama, dictateur de Mohéli de 1997 à sa mort en octobre 2019. Entre eux, ils se disent: «Il s’agit d’un châtiment de Dieu, et pour la première fois dans l’Histoire des Comores, le peuple manifeste publiquement et bruyamment sa joie à la mort d’un être humain». Comme la mort du «Colonel» a été précédée des malheurs s’abattant sur les fils maudits de Mohéli (Mohamed Saïd Fazul dit Babadi et son accident de voiture, et Chabouhane Baguiri humilié dans le trafic des passeports diplomatiques de sa femme et de ses enfants), à Bête-Salam, c’est la psychose.

Sans tirer les leçons des malheurs en question, dont le summum a été l’AVC suivi de la mort du «Colonel», à Bête-Salam, on a peur: «À qui le tour?» est la question qui circule entre les criminels des lieux. Comble d’hypocrisie, la nuit au cours de laquelle Bellou Magochi était censé être aux portes de l’Enfer, il a reçu des centaines d’appels: on appelait pour un prétexte bidon pour savoir s’il était réellement en route pour l’Enfer. Mais, quand la nouvelle fut infirmée, ce sont des centaines de milliers de Comoriens qui furent déçus, lançant à tout-va: «C’est vraiment dommage. Cette mort aurait été trop belle si elle était avérée».

En même temps le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri a compris une chose qu’il a toujours voulu enfouir dans les bas-fonds de son subconscient de fou: s’il meurt aujourd’hui, les Comoriens vont faire caca, pipi et la fiesta sur sa tombe, et même dynamiter celle-ci en signe de haine et de détestation à son endroit. La complaisance est terminée. Ceci est d’autant plus vrai que même la mort de ce fou ne va jamais calmer les Comoriens.

Pour rappel, le 6 octobre 1981, quand le Président égyptien Anouar El Sadate fut assassiné en direct de la télévision par des soldats de l’Armée nationale égyptienne de la manière la plus violente et la plus horrible, Claude Cheysson, ministre français des Relations extérieures, avait déclaré dans une déroutante franchise: «Cette mort, horrible en elle-même, fait disparaître un obstacle au rapprochement à l’intérieur de la nation arabe»; ce qui fit dire à François Mitterrand, Président de la République française: «En entendant cela, j’étais au volant, j’ai failli aller dans le fossé»: Cités par Jacques Attali: Verbatim, Tome I. Chronique des années 1981-1986, Arthème Fayard, Paris, 1993, p. 181.

Dans le cas de la mort du «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri, on dira: «Cette mort, belle en elle-même, fait disparaître un obstacle au rapprochement à l’intérieur de la nation comorienne». Chaque Comorien pourra dire alors: «En entendant cela, j’étais chez moi, j’ai failli mourir de joie».

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 15 octobre 2019.

Powered by Comores infos