You are here: Home » Uncategorized » La région d’Itsandra, elle aussi, au bord de l’insurrection

La région d’Itsandra, elle aussi, au bord de l’insurrection

La région d’Itsandra, elle aussi, au bord de l’insurrection

Azali Assoumani et Kiki, humiliés dans la région d’Itsandra

Par ARM

       Sibyllins, les initiés continuent à prétendre sans s’étendre que Mohéli est l’île haïssant, détestant et méprisant le plus le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Pourtant, pour le commun des mortels, cet insigne honneur républicain et patriotique revient à Anjouan. En même temps, il ne faut pas avoir la faiblesse de minimiser le volcan qui entre subrepticement, jour après jour, en éruption, à la Grande-Comore. Rien que dans le Bambao, sur cette île, les habitants de Mdé et Mkazi ont largement prouvé à la face du monde leur mépris total et leur rejet définitif de la personne malfaisante et de la politique mafieuse du «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri. Sa «Ripoux-blique» de Mitsoudjé est décriée, dénoncée et honnie.

Le rejet brutal et violent de la personne et de la politique du «ventriote» Azali Assoumani Boinaheri vient de prendre une nouvelle tournure avec ce qui vient de se passer en milieu de journée de ce lundi 8 janvier 2018 dans la région d’Itsandra. En effet, le Tout-Itsandra, toutes tendances politiques confondues, aussi bien les cadres et notables se réclamant de Mouigni Baraka Saïd Soilihi que ceux considérés comme proches de Maître Fahmi Saïd Ibrahim, s’est réuni à Bahani. Or, très vite, cette réunion a pris des allures d’un meeting politique de dénonciation. Plus de 2.500 personnes étaient présentes. Le sujet portait sur le dépôt des ordures dans la région.

Sans crier gare, tous les participants ont fustigé la politique criminelle menée par le «saigneur» Azali Assoumani Boinaheri et Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, et sur la façon autoritaire et improductive qu’ils gèrent les ordures. Tous les orateurs ont condamné sans appel le voleur d’élections et d’argent public Azali Assoumani Boinaheri et son gouvernement immoral, corrompu et incompétent, allant jusqu’à mettre en garde le dictateur de Mitsoudjé, en rappelant que la région d’Itsandra n’était ni son jouet, ni sa propriété. On sait qu’il y a pris femme, mais dans le contexte politique pourri qu’il y a actuellement aux Comores, cela ne compte pas du tout. Au vu de l’acidité et de la virulence des discours prononcés, on peut aujourd’hui affirmer que, incontestablement, la région d’Itsandra a basculé dans l’opposition la plus radicale et de manière non moins radicale.

Deux grands notables parmi les plus prestigieux et les plus glorieux de la région ont mené la danse à coups de discours incendiaires. Le premier est Mohamed Ahamada, de Ntsoudjini, un Conseiller de Mouigni Baraka Saïd Soilihi, le second, Ahamada Mbaé, réputé très proche de Maître Fahmi Saïd Ibrahim, avec qui il a des relations de famille dans la ville d’Itsandra. Ce n’est pas rien car on sait que Mouigni Baraka Saïd Soilihi et Maître Fahmi Saïd Ibrahim ne sont pas les meilleurs amis du monde, et ne se font pas des embrassades en veux-tu, en voilà, et la bise sur les deux joues quand ils se voient.

Il est significatif de constater que le grand notable Mohamed Ahamada a attaqué avec une très rare sévérité la politique fumeuse et criminelle du «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri, signalant sans ciller que la région Itsandra n’accepterait pas que le dictateur de Mitsoudjé impose par la force et avec l’aide de l’Armée son bon vouloir dans la gestion des ordures. Certains ont soutenu que le Colonel Youssoufa Idjihadi dit Youssoufa Mfamanga («Youssoufa-Poisson-Séché»), chef d’État-major et grand porteur de gris-gris de Madagascar, étant lui-même de la région d’Istandra, s’est rangé clandestinement du côté de sa région, sans que la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé ne s’en rende compte.

Et c’est alors qu’intervient malencontreusement Kiki, l’ancien docker de Dunkerque. Le triste sire a tenté dans la soirée du samedi 6 janvier 2018, par l’intermédiaire d’un notable de Sima-Itsandra, de dissuader les notables de la région d’organiser cette réunion au cours de laquelle ont été dénoncées la gestion des ordures ménagères et celle des ordures politiques par des politicards de fin de semaine affiliés à la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé. Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, avait remis 2 millions de francs comoriens (4.000 euros) à ce notable avec pour mission de corrompre les grands notables de la région, mais ce fut tintin. Tintin! Le notable véreux de Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, avait fait le tour de la région d’Itsandra dans la soirée du samedi 6 janvier 2018, mais y avait été chassé par les vrais notables. La réunion a eu lieu dans les conditions qu’on connaît, dans un festival de dénonciation des aberrations criminelles d’un régime politique aux abois. Le fleuve de la Révolution se nourrit souvent des ruisseaux et affluents des petites révoltes localisées…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 8 janvier 2018.

Powered by Comores infos