You are here: Home » SOCIÉTÉ » LA RÉVOLUTION DE 1975 RACONTÉE A LA JEUNESSE.

LA RÉVOLUTION DE 1975 RACONTÉE A LA JEUNESSE.

Cet article LA RÉVOLUTION DE 1975 RACONTÉE A LA JEUNESSE. peut être consulté sur VIDÉOS-INFOS-FOUMBOUNI.

 

A l’occasion du 40e anniversaire de l’insurrection populaire du 03 août 1975,nous allons aujourd’hui essayer de vous expliquer pourquoi ce soulèvement ,quelle est la voie proposée pour sortir le pays de la pauvreté,quel est l’objectif qu’elle s’est fixé et qu’est ce qui a été fait en 2 ans dans notre pays ?

Primo: pourquoi la révolution de 1975 s’est opérée ?
– En 1972 le parti vert d’A.Abdallah a achète plusieurs députés comoriens pour s’assurer de la réussite de la motion de censure contre le gouvernement du prince Said Ibrahim qui préparait le Komor à décoller économiquement et former pour l’indépendance un homme komorien travailleur ,discipliné,probe,gestionnaire.
– Le parti UMA s’est depuis engagé à laver l’affront de ce nakba du 12 juin 1972.
– Les accords de juin 1973 prévoyaient une indépendance dans la coopération et l’amitié avec la France.
Pourquoi A.Abdallah a proclamé unilatéralement l’indépendance?Certes une façon révolutionnaire d’accéder à la souveraineté qui a déséquilibré notre pays et l’impérialisme continue à nous faire payer la facture.
Pourquoi le gouvernent de l’époque conscient des velléités sécessionnistes du MPM ne s’est – il pas rendu à Mayotte pour proclamer l’indépendance ?
– Bref ,le 03 août 1975 est la réponse à ces successions d’erreurs et d’improvisations politiques. Il n’y avait pas de président de la république élu,pas d’assemblée nationale choisie,pas de drapeau ,pas d’hymne national donc pas d’état.
– La révolution de 1975 est née dans ce désordre pour sonner le tocsin ,pour appeler le peuple de Komore à se mettre débout ,changer de société pour rendre la fierté de nos aïeux et que nos enfants héritent d’un pays libre et prospère .
– En 40 ans, et de 1978 à 2015,le Komore est considéré comme le laboratoire du docteur Frankenstein où les komoriens sont mangés à toutes les sauces. En 38 ans nous avons vécu le régime mercenaro -féodal,la république des gendres ,rehemani,les militaires,l’homme au kiemba,le muet,en 40ans rien n’a bougé.Plus ça change de chauffeur ,plus la voiture ne démarre pas. Le komorien qui aime son pays ,ses enfants ,le moment est venu de se mettre débout pour freiner cette descente aux enfers pour une société de bonheur comme le souhaitaient le prince Said Ibrahim et Ali Soilihi.Le yezi ya shinantsi est une voie qu’une équipe de komoriens ,avant même l’indépendance ,ont voulu proposer au pays pour un épanouissement fidèle à nos valeurs.Aux années 60 Mranda a proposé la culture de la vanille ,du poivre ,du girofle,des oignons, de la pomme de terre… et ça a marché. Entre 76 – 78 le yezi ya shinantsi a développé la culture du maïs,de la banane,il a créé les collèges ruraux si tant décriés,il a décentralisé l’administration… tout cela a donné des résultats.Alors pourquoi chercher ailleurs alors que nous avons des expériences éloquentes.Pour les 40 ans de la révolution de 1975 ,des wanantsi dans les 4 coins du pays se lèvent pour indiquer la voie de la croissance en harmonie avec nos valeurs millénaires.

Secondo: quel est l’héritage que nous a légué le yezi ya shinantsi?Et comment agir pour raviver les idées novatrices de la révolution qui restent toujours d’actualité?
Le mouvement Mdrada ,s’est déployé dans les campagnes komorienne à conscientiser les paysans à ne pas copier l’occident dans leur politique capitaliste ou socialiste. Les cadres du Mdranda faisaient comprendre que le capitalisme c’est la course au roi argent chacun veut être plus riche que l’autre .Donc ,on peut voir des gens qui sont payés par mois une salaire équivalant à 10 ans de travail d’un pauvre paysan.Dans une société capitaliste les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.
-Dans les pays socialistes tout appartient à l’état.Tout est planifié ,ordonné et quadrillé par l’état.
-Le mouvement Mdranda s’est penché pendant des années sur les deux système politiques qui régentaient le monde.Les leaders du Mdranda sont arrivés à la conclusion suivante: le capitalisme et le socialisme sont inefficaces dans notre société et aucun n’apportera ni la paix ni le bien être social.
-Aujourd’hui sous nos yeux nous vivons la mort du socialisme partout dans le monde ,le capitalisme vit ses derniers moments ,en Grèce les européens sont au chevet de ce pays ils administrent toutes les potions magiques pour reformer,restructurer,maîtriser un système en fin cycle.Et partout dans le monde des voix se lèvent contre le capitalisme.Au Burkina le peuple descend dans la rue et emporte l’un des dictateur de la françafrique. En Amérique des milliers des indignés se soulèvent pour crier à bas le capitalisme.Dans ce brouillard de crises des hommes politiques occidentaux font appel à des économistes de renom à trouver un modèle de développement pour l’Europe. Fundi Ali Swalihi s’était il trompé en 1976 de proposer aux komoriens un modèle de société fondé sur le MUSAADA ?
-Wanantsi ,les komoriens n’ont pas vocation à vivre dans une société individualiste où chacun pour soi ni du un pour tous qui crée des dissensions au sein de notre communauté,la preuve le séparatisme qui nous a mené à l’asservissement.Le komorien partout où il se trouve ,il aspire à vivre dans une société de solidarité (MUSAADA ) de sa naissance à sa mort .Au septième mois de sa conception tout le village se réunit pour une prière au nouveau né,à 2 ans un fundi coranique se charge de son éducation religieuse et le savoir vivre en société.A sa puberté l’organisation villageoise façonne ses capacités à gérer la société.
-c’est ce système de nos ancêtres ,salutaire par une économie agraire nécessaire et non de bénéfice ,une économie de coopération et non de course à la richesse excessive que le Yezi ya shinantsi a mis en place en 1976 avec comme objectif:l’autosuffisance alimentaire en 5 ans.
-Le yezi ya shinantsi avait un projet de société:c’est la MUSAADA  »un pour tous et tous pour un ».Pour parvenir à cette société MUSAADA , le gouvernement avait un programme Tanga Tekeleza Tumayi. ( les 3 T ). Tous les projets (moudiriya,collèges ruraux,fermes agricoles,pêches,marais salants…) étaient chiffrables ,évaluables et maîtrisables à chaque étape de sa réalisation.Il était important de vérifier que chaque projet ,chaque réalisation ,chaque reforme va coûter combien et d’ où viendra l’argent.
-Nous vous épargnons ici les détails ,le plan quinquennal ,Fundi Ali le résumait par l’image d’un voyage à Domba : il y avait la route et un véhicule de trois tonnes.La route se sont nos vraies traditions et cultures que le yezi ya shinantsi a institué en loi.
Exemple:un pauvre paysan ne sera pas autorisé à dépenser plus d’argent en une journée que ce qu’il gagne en 20 ans de dur labeur. La pratique des sciences occultes étaient bannies et sanctionner pénalement par un Gungu l’Etat n’a pas les moyens d’entretenir des voyous dans des prisons.Le premier véhicule était l’agriculture et l’élevage.Car les gens qui mangent mal ou pas du tout sont ceux qui tombent souvent malades.L’échec scolaire est plus important dans la population mal nourrie.C’est pourquoi l’autosuffisance alimentaire était la priorité des priorités. Ajourd’hui beaucoup des marchands de sommeil sillonnent le pays pour vendre aux pauvres paysans que leur priorité c’est:les routes ,le courant,l’eau ,la santé et l’éducation depuis Said Mohamed Cheikh nous avons entendu cette chanson pour plaire aux laissé – pour – compte.Dans un pays où la population mange bien les maladies diminuerons. En 5 ans nous avons planifié développé l’agriculture et l’élevage et préparé le pays à entrer dans l’industrialisation.Quand l’agriculture ,l’élevage,le commerce et l’industrie progressent ,la santé l’éducation iront crescendo .Dans sa reforme foncière le yezi ya shinantsi insistait qu’aucune parcelle de terre ne peut être louée ni vendue, la terre sera cultivée ou bâtie.Chaque année le yezi ya shinantsi s’est engagé à créer 1000 emplois dans la production agro -pastorale.Et nous savions comment réaliser ce vaste programme.Le 2e camion à partir pour Domba c’était l’industrialisation.Nous avons amorcé une rupture radicale avec le capitalisme privé profiteur et le capitalisme d’Etat oppresseur. Des société mixtes ont vu le jour dans le pays (SOCOMITE,BANQUE NATIONALE DES COMORES…). L’épanouissement de Komore n’est pas la chasse gardée de quelques soit-disant opérateurs économiques exploiteurs des travailleurs,ni de l’Etat mais le devoir sacré de chaque mwanantsi. Par la participation populaire des paysans dans les entreprises dont on nous bassine les oreilles aujourd’hui en occident chaque komorien deviendrait actionnaire des sociétés industrielles qui remplaceront les champs (nabi) et cheptels familiaux.Avec ce capitalisme populaire nous bâtirons la MUSAADA qui est notre âme komorienne. Nous produirons du maïs komorien pour une bouillie de maïs le matin des bananes au poisson le midi,du manioc avec du poulet le soir.Le komorien bénéficiera de trois repas par jour.Nous produirons et consommerons komorien.C’est l’objectif du slogan autosuffisance alimentaire.Avec ce capitalisme populaire le yezi ya shinantsi aurait refondé non seulement le visage de Komore mais aussi l’antagonisme entre le travail et le capitalisme. Le peuple deviendra ainsi le détenteur en même temps du travail et du capital.Ainsi la lutte des classes serait ostracisée dans notre pays.Le moment est venu que nos politiques s’attribuent ce système de capitalisme populaire conçu et mis en pratique par des komoriens et qui allait révolutionner les sciences économiques du millénaire .Le FMI la banque mondiale nous ont imposé le PAS ( programmes d’ajustements structurels ) dans les années 90.Le yezi ya shinantsi avait il tort en abolissant la bureaucratie en 1977?Aujourd’hui avec la crise ,les occidentaux nationalisent même les USA ,temple du libéralisme économique.Pourquoi continuer à mimer l’occident même ce qui ne marche pas.Alors que nous sommes des hommes dotés d’un esprit critique. La société occidentale a depuis un certain temps en déperdition.Le troisième camion qui devait prendre la route de DOMBA c’est le commerce.Si l’agriculture et l’élevage progressent et que des industries poussent dans les îles nous allions transformer sur place nos matières premières.(vendre une gousse de vanille à 3 euros au lieu d’1kg à 1 euro ),fabriquer sur place du parfum avec les fleurs d’ylang au lieu d’exporter l’huile.Le commerce serait détenu par les particuliers mais l’Etat aura un œil vigilant sur la gabegie et la corruption.Souvenez vous l’Etat avait aidé certains commerçant à mieux s’implanter dans le pays.Le quatrième camion à s’engager dans la route de Domba a été le social. Il est tout à fait normal qu’un pays puisse s’occuper de sa population.L’objectif du plan intérimaire était de créer dans un première temps des richesses pour les distribuer ensuite en assurant une couverture de santé pour tous et mettre en place un système d’éducation où tous les enfants du pays seront formés dans des filières qui leur fournissent un emploi à la sortie de l’école. Il était prévu pour le tourisme intérieur de construire des villages de vacances à Buni (Hamahamet) Shomoni (Washili),Male (Mbadjini) Shongodunda (Hambu) .Dans ces sites on cultiverait 20 hectares de bananes,de manioc,on élèverait des moutons et des chèvres ,chaque vendredi les familles viendraient se reposer et organiser des vule (grillades ).Le yezi ya shinantsi avait élaboré une justice désengourdie ,décentralisée,accessible à tous les justiciables.Tous les fonctionnaires de la justice,de l’enseignement,des douanes,du amani ya bavu,des impôts…. devaient parler un langage facile, compréhensible de tous ,ils doivent être très déterminés ,mais aussi mieux rémunérés. Dans notre société traditionnelle il n’existait pas de prison ,c’est pourquoi ceux qui ont enfreint à la loi acquitteraient leur dette par des travaux d’intérêt général : construction des routes,alphabétisation ,nettoyage des rues…
Tertio :pourquoi la révolution de 1975 ?
Au lendemain de l’accession de Komore à son indépendance 4 catégorie d’hommes politiques se manifestent:il y a ceux qui se servent de la politique pour accéder au sommet de l’échelle.Puis les riches commerçants qui se sont engraissés sur le dos des travailleurs et qui cherchent la notoriété et les éloges.Ensuit les étudiants éternels contestataires.Pour finir, viennent les patriotes imbibés de compétences idéologiques et de probité moral qui servent avec amour leur pays.Les 3 premiers sont nombreux dans notre pays ,ils sont l’incarnation de satan c’est pourquoi nous avons une multitude de partis pour un pays de moins d’un million d’habitants.Ils n’aiment pas le peuple ,ils le volent,le pillent et le corrompent.Ils sont comme les wagangi qui s’enrichissent de la naïveté de leur clients.Et les politiciens véreux trompent souvent le peuple ,car plus les fausse promesses sont énormes plus les komoriens tombent dans leur piège.
Les révolutionnaires de 1975 avait un cap visible pour mener le pays à Domba,ils inventaient un ordre nouvel.Ces révolutionnaires n’étaient pas des imberbes ni watrotro wa pewu,ils savaient que dans un pays dont la majorité était analphabète et miséreux la tâche allait s’annoncer difficile.Le poids des us et coutumes ,l’administration coloniale ,les commerçants à plat ventre devant le pouvoir de la bourgeoisie constituaient des obstacles pas du tout facile à affronter sans parfois des affrontements inutiles.
La jeunesse révolutionnaire animait la conscientisation du nouveau komorien.Un komorien artisan de son destin,elle montrait le chemin à suivre ,parfois elle communiquait de façon impertinente , brutale et catégorique,le principe étant que la population finisse par comprendre où on veut l’amener .La jeunesse et l’inexpérience ont créé des foyers de tentions dans certaines localités.Ces jeunes sont traités de voyous,de mal élevés .
Quatro:La révolution de 1975 a fait beaucoup que 150 ans de colonisation. L’objectif principal de toute révolution est la cristallisation des idées.Nous avons en moins de deux ans ouvert les yeux aux komoriens. Nous avons mis en place un système d’éducation qui dès la maternelle l’enfant apprend le shi komore et le coran jusqu’à 6 ans ,il commence le CP1 .A11ans ,on devrait sélectionner à l’entrée en 6e, 120 élèves dans chaque moudiriyas seront prises en charge pour bénéficier d’un enseignement modulaire intensif de 2100h/an (au lieu de 750h )en 11 mois .Cette promotion se présenterait à l’examen du brevet qu’ils décrocheront avec aisance pour se préparer au Bac qu’ils réussiront aussi à 14 ans .Universitaires à 14 ans, les 7240 étudiants des 52 moudiriyas continueront leurs courses à la conquête du savoir dans les sciences et les nouvelles technologies,toujours pris en charge ainsi que leur professeurs (logis soins ,habits trousses,foyers) à un rythme de 2 100 h /an pour ainsi réaliser en 5 ans: 2100×5=10 500h. Nos 7240 jeunes deviendraient à 19 ans des professeurs ,des ingénieurs des médecins….Le reste poursuivront des filières dans des lycées techniques.Nous avons besoin des académiciens mais aussi des techniciens. Nous avons commencé à dépoussière la religion de l’islam,des professeurs coraniques étaient recrutés dans chaque village.Des imams prêchaient en komorien .Ceux qui ont interrompu cette reforme de l’islam répondre devant dieu. La fonction publique était restructurée.3 indices de salaires appliqués dans l’ensemble du pays (60 000Ffk,25 000fk,6 000fk ). Le président de la république touchait 60 000fk. Une équipe de cadres hautement qualifié gérait l’administration contrairement aux mensonges répandus ici et là que se sont des jeunes lycéens qui conduisaient les affaires de l’Etat.On citera quelques uns : Jean Toinette,Mohamed Elamine,Chagnou, A.Haribou ,Damir,Banali…Des routes sont ouvertes partout pour désenclaver le pays et permettre aux paysans de circuler avec leurs produits.Des groupes électrogènes étaient prévus dans chaque mudiriya.Quand ils sont venus ils les ont vendu chez nos voisins. Des sociétés mixtes sont crées :SOCOMITA ,COMORES IMPORTS,COMORES TOURS,LA BANQUE NATIONALE DES COMORES .Des bateaux de pêches sont mis à la disposition des pêcheurs dans chaque port de pêche.
WANANTSI à la veille de la 40e anniversaire de la révolution de 1975 voilà ce que nous avons voulu vous dire .Les révolutionnaires ont dénaturé la pensée du mongozi. Le mwanantsi qui était laborieux,organisé,gestionnaire a enfanté d’un komorien narcissique,envieux,escroc,débauché et indiscipliné.
Le 03 août prochain des mouvements pro swalihiste se préparent à célèbrer cette date historique dans notre pays. Nous sommes un cercle de réflexion,nous nous battons pour unir les swalihistes en un seul et unique mouvement, malheureusement nous avons échoué mais nous ne baisserons jamais les bras . Des groupes politiques qui refusent à s’unir pour l’alternance démocratique aiment – ils le peuple ou cherchent – ils leurs propres intérêts ?
La révolution de 1975 avait un projet que nous pourrons l’actualiser et le mettre en pratique.Quand on était au pouvoir on avait une arme fatale contre la corruption (toute personne ,qui n’a pas un travail connu ou qui a un travail qui ne lui rapporte pas assez d’argent par mois ,et possédant une voiture de luxe ,une maison de millions de francs doit s’expliquer).Uni nous pouvons fonder une ONG et porter plainte contre ces voleurs .On pourrait exiger au gouvernement d’attribuer des bourses d’études à des milliers d’étudiants avec un léger taxe sur les carburants sinon supprimer purement et simplement les droits d’inscription à l’université .Nous pouvons aussi organiser les paysans militants de notre mouvement à créer des fermes agricoles dans chaque canton de nos 03 îles.Comme nous l’avons fait dans les champs des mudiriyas,nous cultiverions du maïs,des bananes ,du manioc…et élèverions des poulets,des chèvres , des moutons et des vaches à lait.
L’état actuel du pays est la faute des gouvernements successifs depuis 1978.Personne ne pourra aujourd’hui nous montrer où ces politiciens voulaient mener les komoriens avec quels moyens et dans quelle voie.On fait des copies coller des projets ,des idées importés de l’étranger.Malheureusement dans la navigation politique,le crash est inéluctable quand le plan de vol n’est pas connu.
Depuis 40 ans nos gouvernements ont abandonné nos valeurs culturelles .Il n’y a plus de points de repères la jeunesse ignore d’ où elle vient où elle va.Le vol est devenu un sport national .Les fonctionnaires ne remplissent plus leur rôle dans le service publique .On patauge dans le vice et l’impunité.On trouve les voyous et les médiocres dans les hautes sphères de l’Etat. Les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.
Explique nous comment un petit pays comme le nôtre ,depuis A.Abdallah jusqu’à ce jour noyé sous les pétrodollars des monarchies du golfe et les komoriens vivent dans la misère sans eau, sans lumière,ni route!Alors que l’île voisine de Mayotte avec le peu de moyens que reçoit le préfet ,il fait des miracles sur le plan infrastructures.Qu’avez vous fait de l’école gratuite obligatoire financée par les instances internationales?Avez vous réduit la pauvreté avec les aides reçues après les conflits? A Komore plus on lutte contre la pauvreté plus nos pauvres s’appauvrissent.
-Nous accusons les intellectuels de lâcheté et d’égoïsme.Ils ont contribué à la liquidation de la révolution et ils ont accompagné pendant 12 ans le régime mercenaro – bourgeois.Ils ont critiqué le système d’éducation pendant la révolution quand ils arrivent au pouvoir ils gardent le même système colonial et font appel à des techniciens français pour élaborer l’enseignement komorien. Le mal qui ronge notre pays provient du silence de ces intellectuels que de l’action des scélérats.Comme dirait l’autre  »mkapvema vit tranquillement en temps normal dans sa citadelle et en cas d’inondation il se met au sec ,c’est un ennemi du peuple ».
-Nous accusons les chefs religieux qui vendent les versets du coran à vils prix .Dans chaque prêche ils nous invitent à ressembler à Omar alors qu’ils n’osent pas interpeller le pouvoir publique qui ne paie pas ses employés.
-Nous accusons les chefs coutumiers qui chaque semaine comme des moutons on les fait descendre à Hahaya pour accueillir un président qui revient avec des mallettes pleines d’argent qui ne verront jamais la couleur.Les vrais notables au temps des (Mmada Mwinyi,Sufeyini,Mshami,Mbaye Swalihi,Abdu Mbagwa…) ils ne se comportaient pas comme vous aujourd’hui.Ils exigeaient des écoles ,des routes….Vous vous privez de l’argent de votre ada pour construire les infrastructures dans vos localités et vous invitez ces politiciens véreux pour l’inauguration et vous êtes fiers.Quelle honte !
-Nous accusons enfin les komoriens eux – mêmes ,40ans après notre indépendance ils se conduisent comme des nyombe ,des pundra.Ils continuent à donner leur confiance à des bandes de mafieux pour des sacs de riz ,des lesso et quelques billets juste pour satisfaire leurs besoins immédiats oubliant l’avenir de leurs enfants.Si on n’a pas été à l’école cela ne veut pas dire qu’on est con.Ouvrez bien les yeux si un homme politique vous donne de l’argent pour le voter , ne soit pas bête c’est qu’une fois au pouvoir il récupérera son argent il va voler le pays.
-Nous invitons enfin la jeunesse à se mobiliser pour 2016,dans la main droite vous avez vos diplômes à la main gauche vous aurez les bulletins de vote ,c’est votre avenir qui est en jeu,40 ans après vous ne pouvez pas dire il m’a trompé.
Nous ne demandons pas à la jeunesse de voter pour un tel ou de s’abstenir non!nous vous demandons d’être des hommes libres et dignes de choisir l’homme intègre qui a une vision de sortir le komore de sa misère et lui rendre sa fierté de nos ancêtres.
Il y a 40 ans un certain Ali Swalihi Mtsashiwa disait : »la lutte contre la pauvreté ,la maladie et l’ignorance ,la lutte contre l’exploitation est plus exaltante que nos querelles de famille qui trouvent leurs origines dans des intérêts égoïstes et moribondes »…C’est ça la révolution que nous avons tant aimé !

FIKIRA MSHINDZI        

Cet article LA RÉVOLUTION DE 1975 RACONTÉE A LA JEUNESSE. est apparu en premier sur VIDÉOS-INFOS-FOUMBOUNI.

Powered by Comores infos