You are here: Home » Actualité » La Tunisie fièrement assise sur le toit de la démocratie

La Tunisie fièrement assise sur le toit de la démocratie

La Tunisie fièrement assise sur le toit de la démocratie

Leçon de démocratie de la Tunisie aux vieilles dictatures

Par Kamal Abdallah Salim

       Cruel destin que celui du Comorien. Ce destin est d’autant plus cruel qu’aujourd’hui, le Comorien ne vit la démocratie que par procuration, faute de pouvoir la vivre chez lui, jubilant quand tel pays étranger organise une élection à la propreté immaculée, incontestable et incontestée. Comment le Comorien ne se réjouirait-il pas par procuration quand son propre pays s’enlise dans la dictature la plus violente, la plus hideuse et la plus sauvage?

Le Comorien se réjouit de la leçon de démocratie venant de Tunisie, à la suite du scrutin présidentiel du dimanche 13 octobre 2019. Ce Comorien aurait voulu que cette élection se soit déroulée chez lui, aux Comores. Cette élection tunisienne est une fierté africaine et arabe. Cette élection place la Tunisie sur le toit mondial de la démocratie, replaçant ce pays dans son rôle de pionnier de la Révolution du Jasmin du 18 décembre 2010 au 14 janvier 2011, faisant chuter la dictature de Zine El Abdidine Ben Ali, avant de se transformer en Printemps arabe.

Ce faisant, le continent africain dans son ensemble et le reste du monde d’ailleurs ont suivi avec un intérêt particulier l’élection présidentielle qui s’est déroulé le 13 octobre 2019, en Tunisie. Ce scrutin s’est déroulé de la plus belle des façons, en consacrant l’élection de Kaïs Saïed, un juriste, un Professeur de Droit constitutionnel, de surscroît. Cette référence au Droit parle au Comorien parce que le Droit constitutionnel est la branche du Droit public regroupant des règles relatives à la forme de l’État, à la forme du gouvernement, aux institutions publiques, à la participation des citoyens à l’exercice du pouvoir, aux relations entre les normes étatiques, aux droits fondamentaux et aux libertés fondamentales, toutes choses qui sont aujourd’hui la plaie de ce qui reste de feu l’État comorien.

L’élection présidentielle du 13 octobre 2019 confirme et consolide l’essor de cette démocratie d’Afrique du Nord vaillamment et valeureusement incarnée par la Tunisie, dont l’expression populaire, par la voie du suffrage universel, a été respectée d’une manière incontestable et incontestée. La Tunisie assume pleinement, par cet acte glorieux, sa vocation de pays phare et de locomotive de la renaissance de la démocratie, se réappropriant son destin de boussole indiquant la voie conduisant à une vraie démocratie. Le peuple tunisien maîtrise son destin et le tient d’une main ferme, donnant l’exemple à un continent encore livré à des briseurs de destins nationaux et d’espoirs populaires.

C’est une belle victoire populaire et nationale, en ces heures particulièrement incertaines, marquées par une très grande fébrilité à bien des égards, par la mauvaise gouvernance, par la mauvaise volonté de nombreux dirigeants, quand les peuples veulent peser sur leur destin et sur le cours de leur Histoire, pour des lendemains meilleurs. Pour preuve, les Comores et d’autres États d’Afrique sont dans le doute, dans la paralysie, dans la peur, loin de toute forme de sérénité, aux antipodes de l’espoir.

La démocratie tunisienne a incontestablement ravivé la flamme de l’espérance et a redoré le blason du suffrage universel en Afrique et dans le monde arabo-musulman. Le peuple comorien, en proie à une dictature sanglante et barbare, regarde la Tunisie comme une terre de renaissance et s’agrippe à cette grande lueur d’espoir, celle d’une gigantesque locomotive qui tire le continent vers une vraie émancipation et un réel épanouissement, en tentant de l’arrimer solidement à la démocratie. Le Comité national de Transition (CNT) des Comores s’enorgueillit de cette resplendissante victoire populaire qui insuffle un nouveau sang à l’ensemble du continent africain. Nous espérons nous en inspirer pour favoriser la libération du peuple comorien, pris en otage par un régime autocratique et kleptocratique.

Par Kamal Abdallah Salim

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 18 octobre 2019.

Powered by Comores infos