You are here: Home » Actualité » L’annonce de la mort du frère Mohamed Nassur Lal

L’annonce de la mort du frère Mohamed Nassur Lal

L’annonce de la mort du frère Mohamed Nassur Lal

La disparition d’un homme d’une grande valeur morale

Par ARM

«Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint: “Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons”. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés» (II, La Vache, 155-157).

C’est en pleurs, complètement détruite par le chagrin, brisée par le deuil, et affectée par cette subite disparition qui plonge dans la tristesse des milliers de personnes au-delà de Mbéni, du Hamahamet et de la Grande-Comore, que Mme Moinaecha Youssouf Djalali annonce le décès de notre frère Mohamed Nassur Lal, originaire de Mbéni.

Cette mort est survenue brusquement ce mercredi 23 septembre 2020, à domicile, en région parisienne, et enlève aux Comores l’un de leurs fils les plus brillants, les plus méritants et sur qui bien de superlatifs laudateurs sont permis sans démagogie, ni complaisance.

     Mohamed Nassur Lal était l’incarnation de la bonté, de la fraternité et de la convivialité. Il était un père famille exemplaire, un frère modèle, avec qui on pouvait discuter de tous les sujets de la vie, un citoyen pétri de valeurs étatiques, civiques, républicaines et démocratiques. Nous pouvions nous appeler à des heures impossibles de la nuit, rire de tout, parler de choses sérieuses, et finir nos échanges téléphoniques par un «à demain, mon frère», «nous sommes déjà demain, puisqu’il est 3 heures du matin».

Formé notamment à l’Université de Lyon, Mohamed Nassur Lal vivait en France, y était Médecin anesthésiste aux Hôpitaux de Paris, et a bien servi les Comores, notamment en tant que Maire de Mbéni, Directeur général de la Pharmacie nationale autonome des Comores (PNAC) et ministre de la Santé.

Mohamed Nassur Lal part comme un baobab: par beau temps, dans la sérénité, et jamais sous les effets du vent.

Mohamed Nassur Lal part en laissant Mbéni et le Hamahamet en deuil. Ce deuil va au-delà de cette ville qui nous est très chère et de cette région qui nous est également très chère.

Mme Moinaecha Youssouf Djalali présente ses sincères condoléances aux milliers de personnes affectées par ce décès. Nous nous associons à ces condoléances.

Nous prions pour le repos éternel de l’âme de notre frère Mohamed Nassur Lal.

Nous prions pour que Dieu accueille dans Son Paradis notre frère Mohamed Nassur Lal.

«Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint: “Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons”. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés» (II, La Vache, 155-157).

www.lemohelien.com – Mercredi 23 septembre 2020.

Powered by WPeMatico