You are here: Home » Actualités » « L’Arabie Saoudite a contribué pour d’adhésion du pays au fond monétaire arabe »: Dr Hamidou Karihila :

« L’Arabie Saoudite a contribué pour d’adhésion du pays au fond monétaire arabe »: Dr Hamidou Karihila :

L’ancien ambassadeur des Comores à Riyad Hamidou Dr Hamidou Karihila également secrétaire général de la CRC livre son expérience de diplomate, mais aussi ses impressions dans les colonnes d’Albilad.

Interview

Albilad : Étant secrétaire général de la CRC et ancien ambassadeur des Comores auprès de l’Arabie Saoudite et les pays arabes du golfe, écrivain de renommé connu dans le milieu culturel arabe auteur de plusieurs ouvrages de langue arabe. Pourrez-vous, tout d’abord nous parler un peu du service rendu à votre pays à travers vos efforts diplomatiques ?

Dr Hamidou Karihila : j’ai eu effectivement l’honneur et le privilège de servir mon cher pays en le représentant dignement, je le crois au royaume de l’Arabie Saoudite et aux pays arabes du golfe durant presque sept ans. Âpre l’arrivée de Son Excellence Azali au pouvoir, en 1999, sous ses hautes directives et celles de son ministre des relations extérieures de l’époque Souef El-Amine, une nouvelle page de relations entre les Comores et les pays du Golf s’était ouverte ainsi le Qatar, les Émirats arabes unis, le Koweït et l’Arabie saoudite ont accrédité leurs ambassadeurs non résidants à Moroni. L’Arabie saoudite et le Qatar ont octroyé au pays leurs aides financières, ceci pour renforcer et consolider le processus de la réconciliation nationale après la naissance des accords historiques de Fomboni. Cependant Riyad qui a assuré durant trois ans le fonctionnement de notre ambassade à Riyad a participé à l’achat des équipements de la télévision nationale. Il est à rappeler que le gouvernement saoudien suite à la demande du président Azali avait affrété quatre ans de suite des compagnies aériennes pour le transport gratuit nos pèlerins. Cela a permis à peu près à 4 000 Comoriens d’accomplir leur pèlerinage à La Mecque.

Le royaume a fortement contribué pour d’adhésion du pays au fond monétaire arabe, à la société arabe pour la pèche dont le siège se trouve à Djeddah et à l’autorité arabe pour le développement agricole en payant les frais d’adhésion et l’achat des actions dans lesdites sociétés. Je crois maintenant que c’est au gouvernement comorien en l’occurrence le ministère de finance de nous parler de redevance du pays dans ces sociétés pendant dix ans.

Il est à rappeler que grâce à mes modestes efforts le milliardaire saoudien Al-waleed bin Talal a octroyé un million de dollars au bénéfice de la société Ma-Mwe, et a honoré l’invitation du président Azali pour visiter les Comores.

Albilad : Étant homme de la plume de la culture arabo-islamique non seulement au niveau du pays, mais aussi dans le monde arabe, pourriez – vous également nous parler de cette expérience ?

Dr Hamidou Karihila : Comme j’ai servi notre pays dans le domaine diplomatique je l’ai aussi servi dans le monde de la culture en écrivant beaucoup sur l’histoire du pays, cela m’a permis de contribuer à la reconnaissance de mon pays dans le monde arabe en publiant des articles dans les journaux et en participant dans les forums et les colloques culturels. En effet, je suis le premier comorien qui à écrire et à publier cinq ouvrages, en arabe, consacrés essentiellement dans une dynamique de faire la promotion de mon pays, sur son histoire et sa culture arabo-musulmane.

À mon avis, l’intérêt capital de ces ouvrages se manifeste dans le monde arabe où ils sont exposés régulièrement dans des foires du livre qui se tiennent chaque année. Ils sont aussi disponibles dans toutes les bibliothèques et les Universités des pays arabes.

Albilad : En qualité d’un homme politique et secrétaire général du parti politique CRC, que pensez-vous de l’appel du mouvement du 11 août lancé par d’anciennes autorités appelant un moratoire pour la tournante et faire le bilan de 40 ans d’indépendance ?

Dr Hamidou Karihila : Notre parti, avant la tenue de meeting du collège des sages le 11 août, a déjà par communiqué écrit et publié le 4 août, condamné avec regret les événements malheureux qui se sont produits à la Réunion lors de la cérémonie d’ouverture des 9e jeux des îles de l’Océan Indien. On a salué l’esprit nationaliste des Comoriens et de l’ensemble des jeunes de la délégation comorienne aux JIOI.

S’agissant de l’appel de Monsieur Bazi pour tenir, avant l’organisation des prochaines élections, des assises nationales sur le bilan de la tournante, celui de 40 ans de l’indépendance, la question de Mayotte, et les crises socio-économiques, la crc salue vivement cet appel historique, mais elle trouve qu’en ce moment actuel de précampagne électorale n’est approprié à la tenue de telles assises sur des tels thèmes de grande importance qui nécessitent une volonté politique et beaucoup de réflexion.

Je souligne ici que les crises socio-économiques et la mauvaise gestion de l’état ne sont pas uniquement engendrées par les 15 ans de tournante, mais aussi par la gestion chaotique du pays durant ces quatre décennies. Beaucoup de sociétés d’État telles Air Comores, Comores import, hôtel Comotel, l’ENES actuelle Université des Comores école de pêche à Patsi Anjouan ont fermé leurs portes avant la tournante qui a quand bien même rétabli quelques sociétés d’État et quelques institutions de formations.

Albilad : Êtes-vous candidat de la CRC aux élections du gouverneur de Ngazidja ?

Dr Hamidou Karihila : Mon parti n’a pas encore désigné ses candidats, mais en tant que fervent militant qui serve loyalement ce grand parti depuis sa création je suis candidat à la candidature pour mettre en œuvre mes relations ainsi que l’expérience de ma famille politique pour bâtir une nouvelle Ngazidja, île mère du pays.

Albilad : Votre réaction par rapport au communiqué du conseil de paix de l’Union Africaine condamnant toute tentative de remise en cause du principe de la tournante ?

Dr Hamidou Karihila : je salue une telle initiative de cette instance de l’UA qui concourt à promouvoir la paix et la stabilité du pays. Un devoir que l’UA, la communauté internationale dans son ensemble ainsi les pays amis des Comores n’ont jamais failli.

Propos recueillis par M.M.A

Powered by Comores infos