You are here: Home » Actualité » Le 11ème livre d’ARM désormais disponible en librairie

Le 11ème livre d’ARM désormais disponible en librairie

Le 11ème livre d’ARM désormais disponible en librairie

Réalisme et sincérité pour réfuter nation et État aux Comores

Par Mohamed Ahamada Saïd

     Le 11ème livre d’ARM est en librairie depuis ce vendredi 5 février 2021. Ce livre relève d’un grand défi intellectuel (Droit, Histoire, sociologie, Économie et Science politique) dans la mesure où il est intitulé Impossible nation, introuvable État aux Comores. Je connais l’auteur depuis plusieurs années. Je le sais toujours soucieux d’argumenter, de refuser toute forme de dogmatisme. Je le sais ainsi soucieux de baser sa réflexion sur le Droit, l’Histoire, la sociologie, l’Économie et la science administrative. Cette fois-ci, il s’en sert pour nier l’existence de la nation et de l’État aux Comores.

Quand on lui reproche son légendaire pessimisme sur les Comores, il répond: «Entre la date de mon entrée à l’Université et celle de l’obtention de mon dernier diplôme, il faut compter 30 ans. Qui est ce Comorien qui aurait un tel parcours et qui oserait dire que les Comores sont une nation et un État? Il s’agit de quelle nation et de quel État? Qui est le Comorien qui aurait passé toute sa vie à étudier le Droit et qui dirait que les Assoumani Azali Boinaheri et Mohamed Saïd Fazul sont des dirigeants? Où sont les prémisses de la nation et de l’État aux Comores? Dans quels domaines les Comores ont-elles pu s’affirmer? Qu’on soit sincère avant d’y répondre».

     Pour nier l’existence de la nation aux Comores, ARM stigmatise l’absence totale de respect entre Comoriens d’îles différentes, la haine et le mépris entre Comoriens de ces îles, l’absence d’unité politique aux Comores avant la colonisation française, quand aucune île n’avait garanti sa propre unité interne (7 à 12 sultanats en Grande-Comore), la conclusion de traités séparés entre chaque île et la France, surtout 45 ans après la signature de l’accord franco-mahorais du 25 avril 1841, le manque de volonté de vie commune entre les Comoriens selon leur appartenance insulaire, le repli insulaire et villageois. ARM dit: «Quand j’évoque la question, on ne me prouve pas le contraire par une argumentation, mais on me parle de pays autres que les Comores. Moi, je parle des Comores! Qu’on me parle des Comores!».

S’agissant de l’inexistence de l’État aux Comores, ARM explique qu’un État a une mission de service public pour satisfaire les besoins d’intérêt général et maintenir l’ordre public (salubrité, tranquillité et sécurité publiques) et que les pouvoirs publics sont complètement défaillants aux Comores en la matière. Plus explicite, il estime qu’à partir du moment où la personne physique du dictateur et de sa famille sont au-dessus de ce qui aurait dû être la personne morale État, il est impossible de parler d’un État. Pour lui, le rejet du Droit et de la Justice équivaut au rejet de l’État. L’insécurité juridique de la population, la négation de la séparation des pouvoirs, la politisation du Droit et de la Justice, et l’appropriation des institutions publiques sont une négation de l’État.

Une chose réconforte ARM: les demandes d’information qu’il reçoit de l’étranger sur le Droit, les institutions publiques, les élections au suffrage universel et la gouvernance aux Comores. En la matière, voici son anecdote préférée: «Un jour de septembre 2017, j’étais à la gare de Montparnasse, à Paris, pour recevoir de l’un de mes anciens professeurs du Maroc les 2 exemplaires d’un livre écrit par plusieurs juristes, venant de divers pays. J’en suis le seul coauteur d’origine comorienne. Un Comorien m’appelle alors pour me signaler qu’on m’insulte sur Internet. Que peuvent me faire de telles injures quand j’ai l’honneur d’être associé à la rédaction d’un tel livre, coécrit avec des sommités mondiales? Au même moment, un grand juriste marocain m’avait choisi pour corriger et faire publier son nouveau livre».

Par Mohamed Ahamada Saïd

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 5 février 2021.

Powered by WPeMatico