You are here: Home » Actualité » Le cadavre de feu Bellou Magochi remue encore

Le cadavre de feu Bellou Magochi remue encore

Le cadavre de feu Bellou Magochi remue encore

Idaroussi Hamadi garantit à son pote la tranquillité

Par ARM

       Ibrahim Ali Mzimba complote sur le dos de Bellou Magochi – l’homme qui s’habille comme un cancrelat – le jour, et mendiait auprès de lui le poste de ministre de l’Énergie la nuit. Son argument massue supposé? «Ma nomination au ministère de l’Énergie en cette période de découverte pétrolière et gazière aura le grand avantage de rassurer la France. Je suis très bien vu à Paris. J’ai une image qui rassure la France». Mais, alors qu’il mendiait le poste auprès de Bellou Magochi, au point de l’énerver et de le pousser à ne plus prendre ses appels stressants, Ibrahim Ali Mzimba complotait sur le dos de l’énergumène de Foumbouni, arguant du fait que lui, Ibrahim Ali Mzimba, est mieux loti qu’un Bellou Magochi pour incarner le nouveau leadership au Sud de la Grande-Comore.

Houmed Msaïdié Mdahoma, lui, a tout fait pour ravir à Bellou Magochi le poste de Directeur du dictateur fou chargé de la Défense. Il a tout fait, et il a hérité du ministère des Pléonasmes, des Redondances, des Répétitions et des Redites. Tout le monde voit en Bellou Magochi aujourd’hui un cadavre qui est mort et enterré (restons dans la redondance). Les bookmakers ont même pris des paris sur le sort prétendument scellé de Bellou Magochi, qu’on verrait en train de gérer des investissements qui ne seront jamais effectués. Comme il est au courant de tout ce qui se trame contre lui, sur son dos voûté de docker, Bellou Magochi tient régulièrement des conclaves, colloques, symposiums et conférences privés dans le plus grand secret avec son pote, Monsieur Neveu, Idaroussi Hamadi dit «Tonton-m’a-dit», le secrétaire général du gouvernement.

Au menu des discussions des deux bandits: le sort de Bellou Magochi, qui ne cesse de rappeler au voleur de Mitsoudjé, Idaroussi Hamadi, le jour où, sous la présidence d’Ahmed Sambi, ce dernier avait atterri en prison suite à des vols d’argent et de matériel au ministère de la Production sous la première kleptocratie de son tonton (1999-2006), et quand, lui Bellou Magochi, avait produit un faux témoignage qui avait permis de libérer «provisoirement» Monsieur Neveu. Cette stratégie de faux témoignage était une idée lumineuse de l’avocat de «Tonton-m’a-dit»: Ibrahim Ali Mzimba.

Chaque fois qu’il voit son poste Bellou Magochi croiser les dents comme il aime le faire et fondre en larmes devant lui par peur de se faire virer de son poste, le brigand Idaroussi Hamadi est obligé de lui mettre du baume au cœur, posant ses deux mains sur la tête de son copain, et répétant à l’envi: «Tant que c’est Tonton qui est là, je ne vais laisser personne danser sur ton cadavre». Bellou Magochi peut alors sécher ses larmes et repartir tranquillement chez lui, pour affronter un autre casse-tête: la répartition entre les membres de sa famille et celle de son épouse des billets et dotations de l’État pour le pèlerinage au Hedjaz et Nedjd, en Arabie. Il est dépassé, Bellou Magochi, quand il est sur ce dossier, famille et belle-famille ayant des intérêts diamétralement et haineusement opposés.

En réalité, le poste de Bellou Magochi est le plus convoité par les mendiants, et ce truand est l’autorité la plus «mouchardée» et la plus «maraboutée». Mais, même mort et enterré par des délateurs pressés, le cadavre de Bellou Magochi bouge encore et enterre ses ennemis.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 19 juin 2019.

Powered by Comores infos