You are here: Home » Actualités » Le candidat Mohamed Ali Soilihi et les choses sérieuses

Le candidat Mohamed Ali Soilihi et les choses sérieuses

Le candidat Mohamed Ali Soilihi et les choses sérieuses

Loin des blablas, il parle économie aux entrepreneurs du pays

Par ARM

   En cette période électorale aux Comores, certains candidats ne savent même pas de quoi ils parlent. On entendra même Ahmed Sambi demander, toute honte bue, au gouvernement actuel ce qu’il a fait de «l’argent de Doha». Or, en 2006, au moment où les Comoriens avaient eu le grand malheur et le deuil de l’élire, le même Ahmed Sambi s’égosillait comme un putois en répétant: «Nous n’avons pas besoin de l’argent de Doha. Nous avons notre propre argent, ici», pendant que Hamada Madi Boléro ricanait et riait sous cape, en sachant que le satrape ne savait même pas de quoi il parlait, puisqu’il ne connaît rien en gestion publique et sur les mécanismes et exigences de l’aide internationale. Très vite rattrapé par la terrible réalité économique, Ahmed Sambi se mit à réclamer «l’argent de Doha», sur lequel il crachait avec mépris quelques mois plus tôt. On lui fit comprendre une chose très simple: cet argent ne sera jamais remis aux Comores en liquide dans des mallettes, mais pour financer des projets économiques et sociaux concrets présentés par les Comores. Et Ahmed Sambi a été incapable de présenter le moindre projet économique et social, englué dans les mensonges de sa «citoyenneté économique», sur laquelle il avait biberonné pendant des années en dehors de tout contrôle étatique. Maintenant, cette horreur est derrière le peuple comorien, qui peut respirer en sachant que sa citoyenneté ne sera plus dévoyée et dévergondée aux quatre vents du monde. Autour de la candidature-biberon chère à Ahmed Sambi, on dit que la Justice est une nécessité vitale alors que les Comoriens savent ce que ces gens-là font de la Justice et dans la Justice. Par la suite, il y a le déploiement des injures et insultes infantiles que les crypto-sambistes font pleuvoir sur les adversaires, oubliant qu’eux-mêmes ne valent guère rien et mieux, et qu’ils ne proposent rien de sérieux et de crédible aux Comoriens.

   Or, pendant que les crypto-sambistes pédalent dans la semoule électorale, le candidat Mohamed Ali Soilihi a choisi de parler de choses sérieuses et concrètes, naturellement en parfaite connaissance de cause. C’est ainsi que le jeudi 28 janvier 2016, il avait choisi de parler de l’économie comorienne aux entrepreneurs comoriens à l’Hôtel Itsandra. Pourquoi l’économie du pays? Parce qu’il s’agit du levier du développement du pays. En la matière, le candidat Mohamed Ali Soilihi tient le discours suivant: «Les Comores viennent de franchir le cap des 40 ans d’indépendance. Cette première étape est celle de l’apprentissage. Nous avons appris. Maintenant, nous passons à l’étape supérieure, celle de la maturité. Pendant les 40 premières années de notre indépendance, notre pays a été largement dépendant de l’aide extérieure. Aujourd’hui, nous sommes entrés dans la phase de la maturité, et nous devons envisager de manière sérieuse la réduction de cette dépendance. Nous devons créer nos ressources propres, ici, aux Comores. Nous en avons les moyens, à condition que les Comoriens se mettent sérieusement au travail. Pendant des années, la dette et le service de la dette avaient constitué un goulot d’étranglement pour notre économie nationale. Au prix de nombreux efforts, nous sommes arrivés à assainir les bases de nos finances publiques et de notre économie, ouvrant la voie à l’achèvement de l’Initiative Pays pauvres très endettés, l’IPPTE, qui a permis l’effacement d’une partie notable de notre dette extérieure, suite à l’affirmation de notre crédibilité auprès de nos partenaires. L’handicap de la dette étant levé, que nous reste-t-il à faire si ce n’est pour nous mettre sérieusement au travail et créer les conditions de la croissance économique réelle, celle ayant des retombées concrètes et positives sur le panier de la ménagère? Nous en sommes capables et nous devons le faire».

   En se réunissant avec les entrepreneurs, le candidat Mohamed Ali Soilihi a en tête sa profession de foi, dans laquelle il signale: «Le secteur privé est un des moteurs de la croissance économique. Pour son renforcement, nous nous engageons à promouvoir la libre concurrence et l’efficacité du fonctionnement des marchés et lever les obstacles à l’émergence d`un secteur privé dynamique. Nous allons dans un premier temps soutenir l’amélioration des conditions d’accès au crédit bancaire. Le Code des Investissements devra jouer son rôle de stimulateur d’investissement. Des incitations spéciales seront mises en place pour favoriser la création d’emplois. Nous allons engager un grand projet de renforcement de capacité des institutions d’appui et des institutions représentatives du secteur privé et de redynamisation de la plateforme de dialogue secteur public/secteur privé. Notre objectif est de favoriser l’émergence de nouveaux entrepreneurs grâce à une augmentation significative des crédits au secteur privé, en encourageant l’implantation de nouvelles banques, l’extension des réseaux des mutuelles et des institutions de crédit. Nous mettrons en place des politiques de mobilisation, à moyen terme de l’épargne des Comoriens de l’intérieur et de l’extérieur, dans le cadre de la relance des investissements communautaires et privés».

   Voilà des choses que veulent entendre les Comoriens et non des radotages populistes et haineux faits sur les places publiques par ceux qui ne savent même pas ce qu’est l’État.

   Toujours dans le domaine économique, le candidat Mohamed Ali Soilihi dit à l’intention des Comoriens: «Notre objectif principal est de maintenir une stabilité macroéconomique durable. Les réformes que le pays a déjà engagées doivent être préservées et intensifiées, en particulier, l’informatisation de toute la chaîne des finances publiques (Douanes, Impôts, Trésor, Budget) afin de lutter contre l’évasion fiscale et les dérapages en matière de dépenses. D’autres acquis comme le cadrage macro-budgétaire, instrument moderne en matière de prévisions, la préservation du Data Center au Trésor, ainsi que le paiement des salaires sur la base du système GISE, doivent être préservés et renforcés. Nous allons prendre des mesures particulières au niveau des Douanes et des Impôts afin d’atteindre une pression fiscale de 16% à l’instar des pays en développement, en mobilisant davantage les ressources fiscales, sans pour autant augmenter les impôts, car trop d’impôts tuent l’impôt. En ce qui concerne le plan des réformes structurelles à long terme, notre système fiscal est caractérisé par une forte dépendance des douanes, qui assurent plus de 70% des recettes totales, avec une prépondérance de 2 produits (Riz et Hydrocarbures). C’est pourquoi, je me suis donné comme objectif, de poser les jalons pour modifier cette dépendance des douanes. À ce titre, l’expérience acquise dans de nombreux pays en développement conduit à préconiser l’introduction d’une TVA à très large assiette, à taux unique modéré et à seuil d’assujettissement élevé. Les études ont été finalisées et la mise en œuvre effective durera 3 ans». Voilà encore des choses concrètes et utiles, loin des blablas de tombola de ceux qui ne maîtrisent pas les réalités économiques et sociales du pays.

   Et le candidat Mohamed Ali Soilihi de continuer: «Mon équipe et moi-même, nous nous engageons à favoriser tous les investissements publics et privés en faveur de l’emploi. Aussi, nous allons poursuivre et finaliser dans les 18 mois qui vont suivre notre élection, les projets d’investissements en cours:

  • Ouvrir l’usine de pêche de Voidjou, qui verra la création de 1.000 emplois dans une période de 12 mois,
  • Démarrer la construction et la mise en service de la centrale au fuel lourd qui a un potentiel de 900 emplois,
  • Poursuivre les consultations et négociations pour la relance du secteur touristique, notamment la reprise du chantier de Galawa, qui assurera la création de 1.500 emplois pour le chantier et l’hôtel,
  • Mettre en œuvre le Plan d’Urgence pour l’Emploi des Jeunes (PUREJ), qui comporte un objectif de création de 5.000 emplois dans les secteurs de l’auto-emploi dans l’agriculture et la pêche, les métiers de l’environnement, les emplois générés par le cadre de la décentralisation pour l’assainissement et la construction des infrastructures locales par l’approche Travaux à Haute Intensité de Mains d’œuvre (HIMO) et les emplois verts.
  • Veiller à la mise en place d’outils d’accompagnements à la création d’emplois:
    • Fonds de garantie pour les promoteurs de projets créateurs d’emploi
    • Prime à l’embauche pour toute entreprise qui aura créé plus de 10 emplois
    • Facilitation de l’accès au crédit bancaire pour les promoteurs de projets créateurs d’emplois».

   Pendant que de telles choses sérieuses sont dites, les Comoriens attendent toujours les premiers mots de certains candidats sur les réalités économiques et sociales du pays, et savent qu’en dehors des injures et des menaces, ils ne doivent pas se faire des illusions. Un passé encore récent fait d’amateurisme, d’arrogance et de vantardises inutiles parle pour ceux, les crypto-sambistes, par exemple, qui prétendent pouvoir diriger un pays dont ils s’emploient à diviser et à mépriser ignominieusement la population, alors qu’Azali Assoumani traîne toujours la casserole des 40 millions de dollars, soit 19.678.700.000 de francs comoriens, qu’il a détournés en toute impunité, alors que les dépenses annuelles de l’État comorien sont de 29 milliards de francs. Rira bien qui rira le dernier.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 31 janvier 2016.

Powered by Comores infos