You are here: Home » Actualité » «Le chien est mort. Il est remplacé par le porc»

«Le chien est mort. Il est remplacé par le porc»

«Le chien est mort. Il est remplacé par le porc»

Houmed Msaïdié, crâneur et paltoquet prétentieux

Par ARM

       À la suite de l’assassinat fort violent de tel Président et son remplacement par son Vice-président dans tel pays arabe au début des années 1980, tel théologien connu pour la virulence et la justesse de son propos, avait dit: «Le chien est mort. Il est remplacé par le porc». Allons! Allons! Tout de suite les grands mots. Oublions ces mots qui fâchent. Soyons classe: oublions ces histoires de chiens et de porcs.

Toujours est-il que Kiki n’est plus porte-parole du gouvernement. Houmed Msaïdié Mdahoma, ancien employé fictif, éternel aboyeur public et sempiternel insulteur officiel de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé, est devenu le nouveau porte-parole du gouvernement, à la place et sur le dos de Kiki, qui lui avait crapuleusement ravi le poste en mai 2016. Ça se passe entre les deux insulteurs et aboyeurs qui grognent.

Mais, une fois de plus, oublions ces histoires de porcs et de chiens. Soyons classe, et ne soyons pas mauvaises filles. Normalement, Kiki aurait dû être viré du gouvernement en ce mois de juin 2019. Mais, la délicieuse dictatrice Ambari Darouèche dite Makapihi, la première épouse de son mari, s’y oppose. Le raisonnement du dictateur fou de Mitsoudjé est donc devenu le suivant: «On me demande de virer ce bandit, mais si je le fais, il va rejoindre l’opposition et déballer en public tous mes secrets les plus nauséabonds. Contre mon gré, et cédant aux caprices de la maman officielle de mes enfants officiels, je le garde».

Le griot Houmed Msaïdié Mdahoma est un crâneur et un paltoquet prétentieux. Il dit n’importe quoi pour exister, pour plaire à Mitsoudjé. Il est obsédé par les cercueils symboliques que les Comoriens brandissent contre les autorités les plus malfaisantes, dont il fait partie, et sait que ça porte malheur. Seulement, quand on est prétendument porte-parole d’un gouvernement même à la sauce tomate, on ne fait pas des déclarations publiques sur des cercueils vides. Si Houmed Msaïdié Mdahoma n’avait pas peur de ces cercueils vides, il n’en ferait pas une jaunisse. Il crâne, mais il a peur des superstitions. S’il savait ce qui l’attendait…

Un conseil tout de même à Houmed Msaïdié Mdahoma: être porte-parole, c’est savoir à la fois quand il faut parler et ce qu’il faut dire, mais aussi et surtout, quand il faut savoir se taire et ce qu’il faut taire. Houmed Msaïdié Mdahoma doit savoir être taiseux…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 20 juin 2019.

Powered by Comores infos