You are here: Home » Actualité » Le CNT, nid de traîtres à la solde d’Assoumani Azali

Le CNT, nid de traîtres à la solde d’Assoumani Azali

Le CNT, nid de traîtres à la solde d’Assoumani Azali

Mouigni Baraka et Ibrahim Mzimba trahissent le peuple

Par ARM

     Dans l’Antiquité, le poète latin Virgile (70-19) a écrit dans L’Énéide: «Una salus victus nullam sperare salut»: «Le seul espoir du condamné est de n’espérer nul salut». Hélas! Condamné au désespoir, le peuple comorien avait espéré le salut, signe de délivrance. Voilà un peuple qui désespère de sa classe politique depuis bien longtemps, dans ce pays qui a produit des grands combattants de la liberté tels Mohamed Abdou Soimadou, Moustoifa Saïd Cheikh et quelques autres, avant de se retrouver livré à la pire des faunes politiques, celle des menteurs et des lâches.

Rappel. Le dimanche 24 mars 2019, a eu la non-élection du deuil. Le lendemain, le candidat Mohamed Soilihi dit Campagnard, le héros national, l’homme qui avait placé sa campagne électorale sous le signe du «Courage au service de la nation», redonnait de l’espoir à un peuple condamné au désespoir, en créant le Conseil national de Transition (CNT) et en promettant le combat jusqu’à la victoire finale contre la dictature. Il fut arrêté, puis placé en résidence surveillée, avant de donner un coup de hache sur le dos du peuple comorien: il a reconnu le deuil électoral du 24 mars 2019 comme une élection démocratique, dénoncé le CNT, et félicité le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Ce fut la plus grande trahison subie par le peuple comorien des origines à nos jours.

Les Comoriens se mobilisent et luttent contre la dictature, mais avec un CNT de bandits, brigands et traîtres dès sa création. Le CNT est une chose créée pour assouvir les appétits de pouvoir et d’argent du dictateur fou de Mitsoudjé. Aujourd’hui, après la trahison de Campagnard, il est dirigé par les traîtres mafieux Mouigni Baraka Saïd Soilihi et Ibrahim Ali Mzimba, tous deux buvant l’eau provenant des slips et des chaussettes du satrape de la satrapie de Mitsoudjé.

De fait, Ibrahim Ali Mzimba a, de nouveau, frappé. Les candidats de l’opposition s’étaient réunis à Ntsoudjini, chez Mouigni Baraka Saïd Soilihi, dans l’après-midi du mardi 9 avril 2019. Au cours de cette réunion, Ibrahim Ali Mzimba s’est défendu d’avoir appelé le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri pour le féliciter. Bien évidemment, il mentait. Comme il pense pouvoir continuer à rouler tout le monde dans la farine, après tout pourquoi pas? Jusqu’à présent, il s’en sort plutôt bien: il a convaincu les personnes présentes que cette histoire de félicitations était un mensonge éhonté planifié par Beït-Salam pour le discréditer.

Or, le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri a bel et bien reçu l’appel d’Ibrahim Ali Mzimba et ses félicitations. Avant que l’assassin de Mitsoudjé ne le remercie publiquement, il l’avait dit à Bellou Magochi, en présence de témoins dignes de foi.

Ibrahim Ali Mzimba est un personnage très dangereux, et à l’instar de Mouigni Baraka Saïd Soilihi, il continue à polluer la classe politique comorienne. Au tout début, lorsque le CNT allait être mis en place, Ibrahim Ali Mzimba ne voulait pas en faire partie. D’ailleurs, il n’en faisait pas partie. C’est seulement le mardi 9 avril 2019 qu’il a tout fait pour en être le Président. Mais, face à la résistance des autres membres, il a fini par accéder au poste de Vice-président du CNT. Pourquoi a-t-il changé d’avis? Il veut tout simplement noyauter le CNT. Ibrahim Ali Mzimba veut être celui qui apportera sur un plateau d’argent serti de diamants de Namibie le CNT au bambochard Assoumani Azali Boinaheri.

Qui n’a pas remarqué le changement de ton immédiat de Mouigni Baraka Saïd Soilihi, après avoir rencontré secrètement le «saigneur saignant» Assoumani Azali Boinaheri par le biais de la mère maquerelle qu’est le shakespearien Saïd Ahmed Saïd Ali? Désormais, il dit que le CNT n’est pas un gouvernement parallèle. Il l’a fait lors d’une interview qu’il a accordée le 9 avril 2019.

En réalité, les deux roublards que sont Ibrahim Ali Mzimba et Mouigni Baraka Saïd Soilihi veulent, chacun de son côté, prouver à l’assassin Assoumani Azali Boinaheri être celui qui a neutralisé le CNT. Le comble dans cette situation ridicule et pathétique, c’est quand un candidat avait soutenu que Maître Mahamoud Ahamada devait être le Vice-président du CNT. Ce dernier a décliné illico l’offre. Ce qui a été vraiment indigne, ce sont les motifs qu’il a invoqués: «Je suis jeune, inexpérimenté en politique. Pour ces raisons, il vaut mieux laisser la place à un autre, plus expérimenté». C’est de l’idiotie crasse. Il se voyait suffisamment expérimenté pour devenir Président de la République, mais ne se voit pas suffisamment expérimenté pour être Vice-président du CNT. Il y a une forte tendance à la connerie et au culot dans une telle déclaration. Qu’on se le dise!

Et, ce n’est pas fini. En effet, certaines voix avaient expliqué que Maître Fahmi Saïd Ibrahim aurait dû être désigné à la tête du CNT. Seulement, Campagnard et les siens ont manifesté une hostilité farouche et injustifiée à l’endroit de Maître Fahmi Saïd Ibrahim, et tout le monde se demande pourquoi. Campagnard s’était même opposé à ce que Maître Fahmi Saïd Ibrahim fasse partie des quatre membres du CNT au titre de la Grande-Comore.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 10 avril 2019.

Powered by Comores infos