You are here: Home » Uncategorized » Le «Colonel» Anrifi veut fusiller le mari de sa fiancée

Le «Colonel» Anrifi veut fusiller le mari de sa fiancée

Le «Colonel» Anrifi veut fusiller le mari de sa fiancée

Il n’arrive pas à jeter la rancune à la rivière de Fomboni

Par ARM

     Où va nicher la jalousie, la jalousie mortelle? Objet de tous les quolibets sexistes et «sexologues» des Mohéliennes, qui n’ont pour lui que mépris et dédain, le «Colonel» Mohamed Anrifi Moustoifa Bacar Madi dit José, dit Obama, se surnommant lui-même «Monsieur l’Expert», nage dans le délire total. Le vendredi 29 juin 2018, sa fiancée s’est mariée avec un autre homme. Il s’est alors passé une chose extraordinaire: alors qu’il devait s’agir d’une cérémonie vraiment intime, pour 10 personnes, le Tout-Mohéli a afflué à la Place centrale de Fomboni, rien que pour célébrer les malheurs de l’individu qu’il aime détester à cause de son acharnement à lutter contre tous les mouvements politiques de l’île. Chacun voulait être vu fêtant les malheurs d’un être maudit et damné partout à Mohéli.

Comme on sait, la mère de Chamssidine avait fait état publiquement de la sexualité morte du «Colonel», parlant ouvertement de son «impuissance sexuelle», objet de dérision et de sarcasmes chez les Mohéliens et surtout les Mohéliennes. Les manœuvres d’intimidation de la famille de José n’ont nullement eu d’effets dissuasifs sur la maman de Chamou, que personne ne peut impressionner, d’ailleurs.

Seulement, il faudra aller au-delà des scènes de liesse contre «Monsieur l’Expert» parce que ce dernier a décidé de fusiller son rival, l’homme qui l’a ridiculisé devant le Tout-Mohéli, l’homme à l’origine de la répétition en public de son état de santé sexuelle, l’homme qui lui a ravi sa fiancée. Le «Colonel» avait essayé une première approche, qui s’avéra désastreuse: il accusait son rival d’être un Mkoni, un Comorien originaire de la campagne d’Anjouan, jusqu’à ce son entourage lui dise que ledit rival est 1.000 fois plus Mohélien que lui, du côté paternel et du côté maternel. Depuis, chaque fois, José est vu en train de graisser son arme. Personne ne sait comment va terminer cette affaire, et on n’exclut pas la fusillade, le «Colonel» ne pouvant s’éterniser dans son exil en Grande-Comore. Il a dit publiquement qu’il va fusiller son rival. Les Mohéliens ont peur car José n’est pas très normal.

Les patriotes mohéliens, très contents des malheurs tombant sur José, leur ennemi intime, surveillent de près cet individu afin d’éviter le pire. Affaire à suivre…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 4 juillet 2018.

Powered by Comores infos