You are here: Home » Actualités » Le Comorien ne voit que le présent, l'avenir lui échappe

Le Comorien ne voit que le présent, l'avenir lui échappe

Le caractère du Grand-Comorien d’aujourd’hui est-il différent de celui vu par le Résident Dr du PLANTIER en 1904 ?

« Caractère. – Le Comorien riche ou noble passe son temps à la mosquée et en longues conversations ou kabarys sur la place publique, assis sur des bancs en pierre. Il ne se sépare guère de son chapelet qu’il égrène automatiquement. Il adore les plaisirs, la danse principalement et la musique. Dans son fatalisme, il assiste inconscient à tous les effets désastreux dont son inertie fatale est la cause. La maison croule, faute de réparations, son bien se désagrège par les ventes successives qu’il en fait, rien ne l’émeut. Il n’a jamais travaillé. Il a vécu jusqu’à présent de la vente de l’esclave. Aujourd’hui que cette vente est abolie, il est malheureux. Être essentiellement orgueilleux, il ne veut cependant pas rompre avec ses anciennes habitudes ; Il veut tenir son rang de Faomé (grand personnage) et alors il met ses terrains en garantie, les vend pour une médique somme d’argent. Que fait-il de cet argent ? Il le dépense en dons de bœufs à sa ville (8, 15 bêtes sont abattues le même jour), il achète des robes chamarrées d’or, se marie quelquefois pour la dixième fois et l’argent emprunté s’en va rapidement. Le Comorien ne voit que le présent, l’avenir lui échappe. Que peut être la situation d’un pays qui ne travaille pas, qui vit au jour le jour, qui vend, met ses terrains en garantie sans rien faire rapporter à cet argent ? Dans un pays civilisé, le crédit c’est la fortune, mais ici le crédit c’est la ruine. Si l’indigène qui hypothèque ses terres, employait cet argent à cultiver ses cocoteraies, à les transformer en vanilliers, il leur donnerait de la plus-value, emploierait de la main-d’œuvre, et au bout de quelques années, se libérerait de ses dettes. Le Comorien a besoin d’être stimulé. C’est pour cela qu’il serait bon de créer dans l’île un jardin d’essai, espèce d’école professionnelle d’agriculture, où il viendrait apprendre les cultures riches. »

pp 17/18 de La Grande Comore. Sa Colonisation du Dr DU PLANTIER
Interrogation: Mwinyidaho Wa Karibangwe (profil FB)

Powered by Comores infos