You are here: Home » Uncategorized » «Le contrôle douanier» s’effectue désormais à domicile

«Le contrôle douanier» s’effectue désormais à domicile

«Le contrôle douanier» s’effectue désormais à domicile

Les conteneurs quittent feue la Douane sans être inspectés

Par ARM

     Aux Comores, la Douane, la Société des Hydrocarbures et Comores Télécom constituent le Triangle des Frasques, du Scandale et de la Honte. Dans le cas de la Douane, Moustoifa Saïd Soimih avait mis de l’ordre dans la case en 2015-2016, et sous son autorité, la ville fille des ports et des aéroports n’a été éclaboussée d’aucun scandale. Le fait est rare et doit être signalé à l’opinion publique. Malheureusement, le jeudi 26 mai 2016, le «ventriote» Azali Assoumani retournait à la Présidence de la République, assis sur les épaules des Mohéliens de Beït-Salam et en piétinant les Comoriens avec mépris et narcissisme arrogant. Dans son seul village de Mitsoudjé, il a procédé à plus de nominations (de pure et pire complaisance) qu’il n’y en a eu sur les îles d’Anjouan et de Mohéli réunies. La «Ripoux-blique» de Mitsoudjé renaissait de ses cendres, après sa déconfiture historique de 2006. Et, parmi ses «compatriotes villageois» nommés, on retrouve Kamaldine Soeuf (Photo) à la tête des Douanes comoriennes. Si la honte pouvait tuer…

Si Kamaldine Soeuf était un professionnel sérieux, sûrement, la chose se serait sue. S’il était un professionnel rigoureux, sûrement, la chose se serait sue. S’il avait le sens du service public et donc de l’intérêt général, sûrement, la chose se serait sue. S’il avait la moindre compétence, sûrement, la chose se serait sue. S’il avait la moindre expertise, sûrement, la chose se serait sue. Mais, voilà, il a été nommé pour des petites histoires de village, de cousinage, de fraternité et de copinage villageois qui ne concernent pas les Comoriens. Or, avec un sens aigu de la fanfaronnade et de l’irresponsabilité, il annonce des chiffres mirobolants aux Comoriens en termes de «recettes douanières», alors que les méthodes mafieuses qu’il a instaurées ont déjà détruit la Douane. Ses méthodes sont mafieuses notamment parce que, désormais, à la Douane, on n’ouvre plus et on n’inspecte plus les conteneurs. Kamaldine Soeuf laisse les commerçants prendre leurs conteneurs et rentrer chez eux, et après, il dépêche un «contrôleur» auprès d’eux. Tous les arrangements mafieux sont alors possibles entre le «contrôleur» de Sa Suffisance et les commerçants, et le «contrôleur» n’agit que pour ramener directement le pactole à son chef, le cousin villageois Kamaldine Soeuf qui, bientôt, sera l’un des hommes les plus riches de l’océan Indien, comme d’autres Comoriens en leur temps, avant d’être ravagés par la misère.

Pendant ce temps, l’«idiocrate» Azali Assoumani et son chaouch Saïd Ali Chayhane vont se ridiculiser partout en disant qu’ils vont pouvoir générer des recettes pour financer leurs lubies kleptocratiques à hauteur de 211 milliards de francs comoriens entre 2016 et 2017, alors qu’ils n’arrivent même pas à financer un budget de 29 milliards de francs. Pourtant, les calculs les plus pointus prouvent que si le dédouanement des conteneurs à Moroni et Mutsamudu se faisait en bon père de famille, il aurait permis des recettes douanières de plus de 93 milliards de francs comoriens par an. Aujourd’hui, il est malheureux de constater que le régime politique d’usurpation en place aux Comores soumet les opérateurs économiques à une telle pression fiscale que bientôt certaines entreprises seront obligées de fermer boutique au profit d’une «Ripoux-blique» confrérique de village et de clan. Continuez, Messieurs, puisque votre régime politique et vous-mêmes êtes éternels.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 17 janvier 2017.

Powered by Comores infos