You are here: Home » Actualité » Le coronavirus est en train de tuer tous les Mohéliens

Le coronavirus est en train de tuer tous les Mohéliens

Le coronavirus est en train de tuer tous les Mohéliens

La gestion de la pandémie à Mohéli est montrée du doigt

Par ARM

       Désormais, il ne se passe pas un jour sans qu’on n’annonce la mort par coronavirus de Mohéliens et Mohéliennes. Ce faisant, des Mohéliens ont interpellé votre site préféré pour exprimer leurs doutes, peurs et indignations face à l’attitude criminelle des pouvoirs publics. Seulement, votre site préféré refuse de se faire donner des leçons sur la question parce que, quand il a écrit sur le sujet le samedi 19 décembre 2020, il a été abreuvé de leçons, de réactions indignées et disproportionnées et de commentaires humiliants, dont certains étaient en net décalage par rapport à ce qui avait été écrit. La polémique était stérile et inutile. Or, aujourd’hui, les Mohéliens et les Mohéliennes vivent et meurent la peur au ventre. Les Mohéliens et les Mohéliennes ont peur du coronavirus, qui les tue sans pitié au quotidien, juste au moment où la dictature met fin à la période d’urgence sanitaire et médicale. Quelle grandeur d’âme!

Pour autant, est-il permis de se taire quand chaque jour, on annonce la mort de plusieurs Mohéliens et Mohéliennes? À l’instant même, deux appels téléphoniques m’apprennent que Mme Chouraya Mourdi Abdou, la très jeune épouse de Hachim Saïd Avilaza (premier chef du Protocole du Président Ikililou Dhoinine), vient de mourir, après avoir perdu son cousin Abdallah Soidri Houlam hier, jeudi 31 décembre 2020.

C’est très grave.

Les Mohéliens, notamment expatriés, sont tellement dépassés qu’ils font des cotisations pour aider leur île. Mais, à quoi va servir cet argent, quand l’argent public par millions de francs comoriens est remis au restaurant de Saïd Allaoui Ben Cheikh, prétendument pour servir leur dernier repas aux futurs morts?

Pour éviter les polémiques et les controverses, aujourd’hui, nous n’affirmons plus; nous posons des questions, les questions qui viennent des entrailles de la société mohélienne: les autorités ont-elles pris la mesure du danger mortel représenté par le coronavirus? Le non-respect des mesures de protection (port du masque, distanciation sociale, désinfection, etc.) face à la pandémie, notamment en milieu sanitaire et hospitalier, aide-t-il Mohéli à se protéger du coronavirus? Aide-t-on Mohéli en refusant aux Mohéliens le droit de se faire dépister même quand il le demande? Mohéli peut-elle combattre le coronavirus sans même disposer d’une bouteille d’oxygène? Est-ce que les pouvoirs publics agissent en bons pères en s’enfermant dans la désinvolture? Est-ce que la corruption et l’incompétence sont les meilleures armes pour combattre à Mohéli le fléau mondial du coronavirus? Que peuvent faire des médecins compétents, dévoués et sérieux, mais sans moyens et équipements, pendant que Mohamed Saïd Fazul, le semblant de «Gouverneur» de Mohéli, fait la fête, et alors que son chef, le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri, vit dans l’autocélébration et l’autoglorification?

Dès le samedi 19 décembre 2020, un cadre supérieur mohélien a répondu à toutes ces questions, en situant les responsabilités dans le camp des pouvoirs publics.

Soulever les polémiques pendant que les Mohéliens et les Mohéliennes meurent chaque jour n’est pas la meilleure des approches. Mais, il est tout de même permis de dire que Mohéli a peur, et a raison d’avoir peur, parce que les Mohéliens et les Mohéliennes meurent. Quand il n’y avait pas de coronavirus, elle était une île à l’abandon, et à plus forte raison maintenant qu’elle se meurt par coronavirus.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 1er janvier 2021.

Powered by WPeMatico