You are here: Home » Actualités » Le courrier présidentiel 2016: Le général Salim dans la cité phocéenne

Le courrier présidentiel 2016: Le général Salim dans la cité phocéenne

Le courrier présidentiel 2016: Le général Salim dans la cité phocéenne

Hier, à Marseille dans le quartier de Felix PIAT, le général Salim a tenu son 1er meeting pour officialiser sa candidature aux présidentielles de 2016 dans une salle archicomble.


Avant l’entrée en scène du maestro, un notable originaire de Bangwakouni, M.Saïd Abdou a pris la parole pour rappeler aux politiciens comoriens leur responsabilité sur la misère qui s’abat depuis plusieurs décennies sur les comoriens :  Quant on voit que l’hôpital Elmaarouf est au bord de la fermeture, l’anarchie qui règne à la douane, les problèmes d’électricité, d’eau et l’absence d’état de droit, de transport aérien en direction du pays, parce que dans les négociations avec les compagnies aériennes, vous privilégiez vos intérêts(30 billets qui vous reviennent) au détriment du peuple comorien. Et puis, à chaque à chaque fois que vous venez en mission en France, vous  squattez nos canapés au lieu d’aller dans les hôtels, tout ça pour faire de l’argent sur notre dos. Quand je vois tout ça… Je m’interroge sur votre rôle d’homme d’état. Et, vous n’êtes qu’une bande des voleurs. Comprenez que ce n’est pas à toi, mon général que je tiens responsable car vous n’avez jamais été aux affaires, mais à tous les hommes politiques véreux, lança-t-il devant un public conquis.


Après c’était autour du le général Salim de monter en scène. Dans son allocution, après son salut adressé à l’assistance, le 1er général des Comores a montré que dans son discours, M.Abdou a tous dit, en rappelant tous les problèmes qui sont à l’origine de notre misère. Dans sa lancée, il a annoncé son programme, en s’appesantissant autour de 3 axes :


– Premièrement, il a promis à la diaspora qu’une fois élu, il appliquera les textes pour rendre possible le droit de vote de la diaspora.
– Deuxièmement, un font d’investissement verra le jour pour lancer le développement, en premier le transport aérien.
– Et enfin, la mise en place d’un fond souverain de 5 milliards pour répondre aux besoins de base de santé.


Après ces belles promesses, nous comprenons que le général Salim n’est pas différent des autres politiciens, même s’il est passé à coté de l’état de droit qui est un frein énorme au développement.
La question que nous voudrions poser à tous les candidats, pourquoi organiser des meetings en France,  sachant que la diaspora ne représente rien à leurs yeux?
Est-ce que c’est parce, il est financièrement facile d’organiser des meetings en France qu’aux Comores ?


Mbadakome
 

Powered by Comores infos