You are here: Home » Actualités » Le fugitif Hamada Madi Boléro, banni de Beït-Salam?

Le fugitif Hamada Madi Boléro, banni de Beït-Salam?

Le fugitif Hamada Madi Boléro, banni de Beït-Salam?

Ses appels désespérés aux Mohéliens de Beït-Salam le suggèrent

Par ARM

  Les choses se passent très mal en ce moment pour le fugitif Hamada Madi Boléro. Très mal! Il fait tout pour réveiller ses relations politiques hors des Comores afin qu’elles adoubent son ami-ennemi Azali Assoumani sans élection partielle à Anjouan. Ce fut tintin. Il a échoué parce que sa tentative de coup d’État institutionnel et électoral du vendredi 15 avril 2016 a été dénoncée et fut un fiasco total. Il n’est pas reçu partout où il croyait pouvoir et devoir être reçu, et là où il est reçu, on se contente de boucher le nez avant de lui dire: «Nous sommes désolés. Nous n’y pouvons rien. C’est une affaire de Droit, une affaire intimement liée à la souveraineté nationale des Comores». Mais, il y a pire pour lui: depuis qu’il est en fuite à l’étranger, il n’arrive plus à parler au Président Ikililou Dhoinine au téléphone. Aux abois, il ne cesse donc de demander à ses Mohéliens de Beït-Salam et à son copain Nourdine Abodo: «Que dit le Président? Hein?». Il est donc dans la situation d’un proscrit et d’un banni, et vit très mal la chose. En d’autres termes, il vient de tomber brutalement du tomatier.

  Toujours en ce qui le concerne, ce lundi 2 mai 2016, la Première Dame avait tenu à recevoir ceux et celles qui s’étaient engagés dans sa campagne électorale afin de leur faire passer deux messages: un message de gratitude et de remerciement, mais aussi un message très ferme pour que tous ceux qui se reconnaissent dans son combat louable et courageux pour tenter de devenir Gouverneure de Mohéli soutiennent sans réserve et avec sincérité son candidat à l’élection présidentielle, Mohamed Ali Soilihi. En marge de cet accueil très émouvant, ce partisan de Maman a lancé à une personnalité présente: «Hamada Madi Boléro est devenu de la viande du cou, une viande tellement osseuse qu’on ne peut ni la manger, car trop osseuse, ni la jeter, car il s’agit tout de même de viande. C’est lui qui nous a fait perdre cette élection du Gouverneur de Mohéli et a plongé notre pays dans un climat politique très lourd. Dès le départ, il a planifié l’échec de Maman. Il ne voulait pas que Maman devienne Gouverneure de Mohéli et a tout fait pour organiser son échec. Comme il a oublié ce qu’il doit au couple présidentiel, Dieu le punira de manière à ce qu’il ne tire aucun profit de ses prochaines fonctions de secrétaire général de la Commission de l’océan Indien». Propos absolument authentiques. Aux côtés du Président Ikililou Dhoinine, il a été ce qu’un opposant gabonais appelle joliment un «profiteur situationniste»!

  En tout état de cause, rendons hommage à notre frère Saïd Abdallah, qui fait parvenir à ce site quelques articles très bien argumentés et informés quand il en a le temps et qui, une semaine avant la fuite du fugitif, avait fait parvenir à la rédaction du site un message signalant que le chef des Mohéliens de Beït-Salam cherchait à fuir le pays pour aller se cacher à l’étranger. Quelle triste fin pour un homme qui aurait pu être productif et utile s’il pouvait se détacher de son côté manipulateur et comploteur! Être banni à la dernière seconde d’un régime politique dont on a été l’un des principaux animateurs, du 11 octobre 2012 à avril 2016, voilà qui n’est pas joyeux. Mais, comme toujours, «celui qui a préparé de la viande ne sortira jamais du poisson de la marmite», comme le dit si bien le proverbe mohélien.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 3 mai 2016.

Powered by Comores infos