You are here: Home » Actualité » Le mauvais goût vestimentaire d’Assoumani Azali

Le mauvais goût vestimentaire d’Assoumani Azali

Le mauvais goût vestimentaire d’Assoumani Azali

Un manant pourri d’argent volé qui se vêtit tel un pou

Par ARM

       Le 29 octobre 1965, Mehdi Ben Barka (né en 1920), militant progressiste et tiers-mondiste marocain, était enlevé à Paris. Sa trace n’a jamais été retrouvée, et depuis, on se perd en conjectures. Il avait été le Professeur de Mathématiques du Prince héritier Moulay Hassan, futur Roi Hassan II du Maroc. Ce dernier avait été cité parmi ceux supposés être à l’origine de sa disparition, en l’absence totale de preuves. L’ancien Souverain marocain niait.

Parlant de Mehdi Ben Barka, Le Roi Hassan II dit: «C’était un agitateur, mais très intelligent», «c’était une très belle mécanique intellectuelle», «c’était un sceptique merveilleusement intelligent» et «c’est à Ben Barka que je dois de m’habiller avec soin. Je ne sais pas pourquoi, mais au collège, j’étais toujours débraillé. Le dimanche après-midi, je travaillais en tête à tête avec lui en cours de rattrapage. En fait, nous passions une heure à faire des mathématiques et, le reste du temps, nous parlions de nationalisme. Un jour, brusquement, il m’a dit: “Mais, enfin, Monseigneur, pourquoi êtes-vous toujours négligé?ˮ. Et il a ajouté: “Vous connaissez Ahmed Balafrej?ˮ. Il s’agissait du futur ministre des Affaires étrangères, un homme du même âge que mon père, toujours d’une élégance parfaite. “Eh bien, poursuivit-il, il ne doit pas apparaître mieux que vous. Vous devriez quand même vous regarder un peu souvent la glace quand vous vous habillezˮ. Une semaine après, j’avais totalement changé d’aspect»: Hassan II: La Mémoire d’un Roi. Entretiens avec Éric Laurent, Librairie Plon, Paris, 1993, pp. 106, 108, 109 et 111.

Aujourd’hui, que voyons-nous aux Comores sur le plan vestimentaire, s’agissant du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger»? Il s’habille comme le manant qu’il est. Sur la photo ci-haut, sa veste de mauvais goût, d’un pli douteux, taillée dans la mauvaise étoffe, porte les traces du fer à repasser. Au lendemain de son retour criminel à Bête-Salam, le 26 mai 2016, c’est habillé en pyjamas qu’il recevait même les dignitaires étrangers, se faisant photographier à leurs côtés. Ses cravates sont d’un goût honteux. Ses chemises africaines sont un scandale national. Sa barbe est une honte nationale. Sa denture, très sale, est un deuil national, et il aurait dû passer entre les mains d’un dentiste; il a les dents d’un mangeur de porcs pourris au quotidien.

Mais, pourquoi Ambari Darouèche, dite Makapihi, «La Mère qui ne prépare jamais à manger», sa première épouse, ne s’intéresse-t-elle pas un peu à ce désastre vestimentaire, au lieu de ne s’occuper qu’au vol de l’argent du peuple comorien? Trop, c’est trop! Et son service du protocole? À quoi sert-il? Nous avons vu comment Mehdi Ben Barka, «simple» Professeur de Mathématiques, a interpellé le futur Roi du Maroc, qui, déjà à cette époque, disposait d’une grande latitude d’action, pour lui dire de mettre de l’ordre dans ses vêtements. Alors, pourquoi aux Comores, il n’y a personne pour inciter le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri à s’habiller comme un homme et non comme un déterreur des hérissons?

Parlons vrai. Aucun dirigeant étranger ne prend au sérieux ce rigolo habillé comme un pou. On dirait que le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri, malgré les millions d’euros qu’il a volés au peuple comorien, se fie à son esclave Msa Ali Djamal pour acheter ses costumes à deux sous par terre, devant la station de métro Porte de Montreuil.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 3 octobre 2019.

Powered by Comores infos