You are here: Home » Uncategorized » Le mépris de Hamadi Idarousse dans la presse étrangère

Le mépris de Hamadi Idarousse dans la presse étrangère

Le mépris de Hamadi Idarousse dans la presse étrangère

La Lettre de l’océan Indien et le voleur du rattrape ethnique

Par ARM

     Il s’appelle Hamadi Idarousse et est le neveu du «ventriote» Azali Assoumani, qui l’a nommé contre toute logique secrétaire général du gouvernement, alors qu’il n’a aucune compétence en Droit, ni expertise en administration. Son arrogance est devenue légendaire et a éclipsé celle des haïssables et détestables Mohéliens de Beït-Salam, objets de la haine de tous les Comoriens. Rapidement, Hamadi Idaroussi a acquis l’horrible surnom de «Tonton-m’a-dit» du fait de sa propension à se référer à son oncle, retourné à Beït-Salam de la manière la plus anticonstitutionnelle qui soit. Comme on sait, «Tonton-m’a-dit» est formé au Maroc en ramassage de bois dans les forêts et rivières et en chasse de moustiques sur les cours d’eau.

Il a été affecté au ministère de la Production, où, lors de la première kleptocratie de son putschiste d’oncle (1999-2006), il avait volé beaucoup d’argent et de matériel. Arrivé au pouvoir en 2006, Ahmed Sambi le jeta en prison, et son copain Bellou fit un faux témoignage en sa faveur. «Tonton-m’a-dit» bénéficia d’une libération conditionnelle et aurait dû être jugé depuis très longtemps, mais les Comores sont les Comores. Un juge du Tribunal de Moroni a tout de même remis sur la table son nauséabond dossier dans l’espoir de juger, condamner et emprisonner l’encombrant neveu devenu un voleur en boubou blanc. Le petit épicier aigri de Mitsoudjé a fait nommer son pote Bellou, qui n’a aucune compétence particulière et qui a l’élégance d’un moujik de la taïga russe après la raspoutitsa, Directeur du Cabinet de son oncle en charge de la Défense! Farce sinistre et dégoûtante…

Depuis sa nomination, il n’a produit que de l’arrogance et des injures même envers les fonctionnaires de l’Union européenne et de l’Agence française de Développement (AFD), qu’il accuse vertement d’être des incompétents qui ne font rien de bien aux Comores. Seulement, si les Comoriens se taisent sur le manque d’éducation et de compétence de Hamadi Idarousse, la presse étrangère se charge de le ramener à son rang de petit parvenu et de petit épicier aigri de Mitsoudjé. C’est ainsi que dans sa livraison du vendredi 27 janvier 2017, La Lettre de l’océan Indien (LOI) ne l’a pas raté:

«Comores. Hamadi Idarousse, seul contre tous au gouvernement

     Hamadi Idarousse, le secrétaire général du gouvernement nommé en juin 2016 par Azali Assoumani, cristallise autour de lui l’antipathie de bon nombre des membres du gouvernement comorien. Les ministres ont de plus en plus du mal à supporter son attitude, qu’ils jugent arrogante, ainsi que sa propension à vouloir régenter les affaires gouvernementales.

     Dernier incident en date qui a irrité les ministres: Hamadi Idarousse n’a pas organisé le conseil des ministres comme prévu le 18 janvier, sous prétexte qu’aucun ministre n’a fait parvenir la note de présentation à inscrire à l’ordre du jour. Or, selon nos informations, certains ministres lui ont pourtant fait parvenir des sujets qu’ils souhaitaient aborder lors du conseil prévu cette semaine et accusent le secrétaire général d’avoir volontairement mis au rebut leurs propositions.

     Hamadi Idrousse est le neveu du chef de l’État, qui lui voue une admiration et une confiance sans bornes. Fin 2016, Azali Assoumani avait tancé les membres de son gouvernement pour leur apathie, jugeant qu’ils n’avaient encore soumis aucune proposition de loi Projet de loi», en réalité] plus de six mois après son investiture».

La Lettre de l’océan Indien n°1443, Paris, vendredi 27 janvier 2017, p. 8.

Après une telle charge que vont dire Bellou et les autres mendiants, rigolos et griots de Beït-Salam? Hamadi Idarousse est un problème, mais son oncle, aveuglé par son projet de «rattrapage ethnique» en faveur de Mitsoudjé, ne verra jamais les malheurs causés par le petit épicier aigri de Mitsoudjé, ce monument d’incompétence, concussion et prévarication. La «Ripoux-blique» de Mitsoudjé a dépassé le niveau de médiocrité déjà constaté en 1999-2006, et ce n’est qu’un début. Il est malheureux de constater qu’en petit épicier aigri de Mitsoudjé, Hamadi Idarousse n’est pas une exception, mais un échantillon très représentatif de toute la médiocrité qui règne actuellement aux Comores. Le jour où l’opposition comorienne s’organisera, une insurrection populaire balaiera sans coup férir cette «Républiquette» de village et de famille, qui a procédé à 62 nominations pour le seul hameau de Mitsoudjé, plus de nominations qu’il n’y en a eu sur les îles d’Anjouan et de Mohéli réunies. Et on se demande pourquoi l’Organisation pour l’Indépendance d’Anjouan (OPIA) et d’autres groupuscules extrémistes ont repris du poil de la bête à Anjouan pour installer de nouveau l’île dans le séparatisme.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 28 janvier 2017.

Powered by Comores infos