You are here: Home » Actualité » Le ministre Chabouhane Baguiri trafique les passeports

Le ministre Chabouhane Baguiri trafique les passeports

Le ministre Chabouhane Baguiri trafique les passeports

Sa famille se fait arrêter et juger en France pour ce trafic

Par ARM

«Quand les rois pénètrent dans une cité, ils la saccagent et font de ses plus nobles habitants les plus misérables des hommes. C’est ainsi qu’ils agissent» (Coran, XXVIII, Les Fourmis, 34).

     Selon Aïcha, épouse du Prophète, l’Envoyé de Dieu a dit: «Lorsque Dieu veut le bien d’un prince, Il place à ses côtés un ministre intègre qui lui rappelle ses devoirs lorsqu’il les oublie et l’aide à s’en acquitter lorsqu’il s’en souvient. Mais s’Il lui veut du mal, Il place à ses côtés un mauvais ministre, qui ne lui rappelle pas ses devoirs lorsqu’il les oublie et ne l’aide pas à s’en acquitter lorsqu’il s’en souvient»; c’est en partant de ce hadith que le jurisconsulte syrien Abou Mouhiedinne Al-Nawawy (1233-1277), auteur du Minhadj Al-Talbine, source des règles du statut personnel, familial et successoral appliquées aux Comores, conclut qu’«il faut inciter le sultan, le juge et toux ceux qui détiennent l’autorité à choisir des ministres intègres»: Abou Mouhiedine Al-Nawawy: Les Jardins de la Piété. Les Sources de la Tradition islamique (Recueil de hadith), Éditions Alif, Lyon, 1991, p. 191.

À Mohéli, en 2016, des milliers de cadres honnêtes et nobles auraient pu servir de colistier au mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Or, celui-ci a choisi l’escroc le plus dégueulasse, tout en sachant qu’il est l’escroc le plus dégueulasse: Chabouhane Baguiri. Il en a fait un Vice-président, un ministre, un pote de ripailles au restaurant Chez Bandit, à Fomboni, un complice dans les vols d’argent public, etc.

Aujourd’hui, hébétés et dégoûtés, les Comoriens apprennent que l’une des épouses de Chabouhane Baguiri et deux de leurs enfants sont arrêtés à l’Aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle pour une sombre et honteuse affaire de trafic de passeports diplomatiques. Les naïfs se réveillèrent brutalement, étonnés. Or, cela fait des années que votre site préféré vous rappelle régulièrement que Chabouhane Baguiri est un bandit, un voleur, un escroc, un trafiquant, un voyou, un accroc aux jeux du hasard, une nullité sociale, un déchet politique, un ivrogne et un malfaiteur notoire. Les actes de banditisme de ce voleur sont innombrables.

1.- Le Président Mohamed Taki Abdoulkarim nomme Chabouhane Baguiri Gouverneur de Mohéli en 1997, en plein séparatisme. Les Mohéliens se mirent à vomir. Le voyou détourne le sac contenant le salaire de tous les militaires basés à Mohéli, et le transporteur anjouanais (de Domoni) du sac se fait chasser de l’Armée pour un vol commis par Chabouhane Baguiri, qui s’en est lavé les mains et a accusé cet innocent. Tout le salaire des militaires basés à Mohéli!

2.- Un conflit inter-villageois éclate entre Hantsindzi et Chezani-Mboinkou. Il y a mort d’homme. Chabouhane Baguiri promet au village de l’assassin de régler l’affaire moyennant de l’argent qu’il promettait de remettre au Procureur Soilihi Mahmoud Mansour dit Sako. Il garda l’argent, Sako est humilié publiquement par les villageois, demande des explications, les obtient, et fit menotter Chabouhane Baguiri par la Police.

3.- Alors Député national, Chabouhane Baguiri fut attaché aux cordes et humilié au Palais du Peuple par des habitants de Vouvouni-Bambao à qui il avait pris des millions de francs comoriens sans leur faire délivrer les visas Schengen promis.

4.- Le fils de Chabouhane Baguiri obtient une bourse d’études pour l’étranger. Maman remet de l’argent à papa pour l’achat du billet d’avion du fiston. Chabouhane Baguiri vole cette somme d’argent et part se livrer à ses jeux de hasard. Il vole sa propre femme et son fils!

5.- Chabouhane Baguiri fait ses premiers pas sur l’espace public en tant que guitariste de l’orchestre Safinati-Salama de son quartier Mdjimbia, à Fomboni. Un soir, à Djoiezi, une danse de Wadaha de Safinati-Salama est brutalement arrêtée suite à l’arrivée de jeunes qui ont enlevé des instruments à la demande de leur beau-frère vivant en France, ayant acheté du matériel à Safinati-Salama en France et qui attendait le remboursement de son argent. La somme avait été confiée à Chabouhane Baguiri, qui l’avait détournée.

6.- De 2016 à 2019, le déchet social Chabouhane Baguiri a beaucoup construit pour lui-même à Mohéli, en se servant de l’argent volé au peuple comorien, espérant accéder à la notabilité mohélienne en juin 5293. Il n’est qu’un rastaquouère à Mohéli, où il n’a aucune attache sociale, étant donné qu’il est un simple étranger sur l’île, où il a juste eu la chance d’être le premier habitant de son quartier à obtenir le Baccalauréat.

7.- En 2016, alors qu’il assurait son premier intérim à Bête-Salam, il fut pris en flagrant délit d’échange de bons de carburant contre de l’argent liquide.

8.- À la gare de Nanterre Université, près de Paris, votre serviteur expliquait au fugitif international Hamada Madi Boléro qu’il se discréditait en citant régulièrement Chabouhane Baguiri comme d’autres citent Ibn Khaldoun, Victor Hugo, Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Mark Twain (…), et qu’il devait s’en méfier. Comme le Mal attire le Mal, il n’écouta même pas son ex-camarade de classe. Lors du scrutin présidentiel de 2010, Chabouhane Baguiri devait être son colistier à Mohéli. Quelques secondes avant la clôture des dépôts de dossiers, le voyou se rangea derrière Bianrifi Tarmidi, au prétexte que le fugitif international Hamada Madi Boléro n’avait pas d’argent. Or, comme le Mal attire le Mal, le fugitif international Hamada Madi Boléro reste amoureux de lui. Les voyous aiment être entre eux…

Cela étant, aucun Mohélien n’est surpris en apprenant que l’une des épouses et deux des enfants de ce voyou sont arrêtés et vont être jugés en France pour un trabendo de passeports diplomatiques. Le Tout-Mohéli sait que Chabouhane Baguiri est un voyou d’une saleté morale inégalée. Il ne se trouve aucun Mohélien sérieux surpris par cette nouvelle honte provoquée par Chabouhane Baguiri. Naturellement, le Tout-Mohéli rejette avec vigueur les mensonges selon lesquels le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri aurait piqué une grosse colère contre son bandit. Il voulait un voyou dégueulasse qui ne s’intéresse qu’à l’argent et qui soutient toutes ses saletés sans discuter. Il l’a. Il savait qu’il avait fait le choix d’un bandit dégueulasse, et a fait ce choix dont la honte éclabousse tout un pays aujourd’hui.

Oui, la honte liée à cette énième saleté de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé est devenue une honte nationale, puisque Chabouhane Baguiri est supposé être «ministre». Le «saigneur saignant» Assoumani Azali Boinaheri ne peut pas semer le déshonneur et espérer récolter l’honneur. Le Coran nous apprend les ravages causés dans la Cité par la corruption des dirigeants, et le hadith nous donne des enseignements sur les qualités qu’il faut remplir pour être aux côtés d’un dirigeant.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 16 septembre 2019.

Powered by Comores infos