You are here: Home » ACCUEIL » Le ministre de l’énergie demande des efforts internes à la Sonelec

Le ministre de l’énergie demande des efforts internes à la Sonelec

Recrudescence des délestages : Le ministre de l’énergie demande des efforts internes à la Sonelec

Le ministre de l’économie, des investissements et de l’énergie, Houmed M’saidié, face à la recrudescence des délestages sur l’ensemble du territoire, a réuni lundi dernier tous les différents acteurs du secteur de l’électricité à commencer par la Sonelec, la direction de l’énergie, les Hydrocarbures et des représentants de différents projets pour tenter de dégager des solutions afin de rectifier le tir et de se projeter dans une volonté d’assurer la fourniture du courant H24.

Revenant sur la situation du distributeur public d’électricité, le ministre de l’énergie a fustigé un manque d’efforts internes criants alors que l’Etat assume les gros investissements de la société (Carburant, révision et achats de nouveaux groupes…) afin de l’amener à un moment donné à se prendre en charge et en finir avec la dépendance avec les subventions publiques. Houmed M’saidié a donc demandé l’audition de la gestion du carburant de la Sonelec en ce sens que 60 000 litres sont utilisés chaque jour indépendamment de la fourniture ou non du courant aux usagers. « Toutes les localités sont insatisfaites actuellement et le moins que l’on puisse dire, c’est que Sonelec a de gros problèmes de production, de distribution et de commercialisation. Il se pose par conséquent des questions sur notre gestion. Il faut une direction claire sur nos ambitions et nos perspectives » a-t-il expliqué d’emblée avant de demander s’il faut mettre l’accent sur une nouvelle centrale ou bien sur le programme géothermie ou encore privatiser la production de la société nationale sans oublier l’option du fuel lourd. Avant de se pencher sur les projets solaires notamment Innovent et Vigor et les travaux de réhabilitation du réseau électrique qui doivent prendre fin en mars et dont l’objectif et d’atteindre 7 à 10% de perte de la production au lieu de 20% actuellement, les différents acteurs ont convenu que les solutions les plus pertinentes compte tenu de l’urgence de la situation seraient la création d’une nouvelle centrale thermique de et l’accélération des travaux autour du fuel lourd.

Powered by WPeMatico