You are here: Home » Actualité » Le nouveau slogan: «Azali n’est pas mon Président!»

Le nouveau slogan: «Azali n’est pas mon Président!»

Le nouveau slogan: «Azali n’est pas mon Président!»

Les patriotes préparent la contre-investiture à Marseille

Par ARM

     Drôle d’époque, tout de même. Le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», a la bouche tellement pleine de la viande du pique-nique géant organisé par son chaouch Mohamed Saïd Fazul dit Babadi à Mohéli qu’il ne sait pas ce qui se trame contre lui. Et qu’est-ce qui se trame contre lui? Ce qui se trame contre lui se passe sur les murs des maisons, désormais recouverts d’un rageur «Azali n’est pas mon Président!». Il fut une époque, c’était «Mercenaires, hors des Comores!».

L’homme qui se prépare à procéder à l’investiture consécutive à une non-élection mortelle est tellement coupé des réalités du monde des vivants qu’il ne sait pas qu’à Marseille, les patriotes soucieux des Comores sont en train de préparer une contre-investiture le 26 mai 2019. Par bonheur et comme un signe du destin, ça sera un dimanche.

Oui, ce dimanche 26 mai 2019, malgré un agenda politique chargé en France, les Comoriens aimant leur pays d’origine vont organiser la contre-investiture, et ont choisi comme théâtre de protestations la plus comorienne des villes françaises, la ville peuplée de plus de Comoriens dans le monde, avant même Moroni, capitale des Comores: Marseille. Ça sera une contre-investiture à dimension internationale. Cette manifestation patriotique, animée par des Comoriens aimant leur pays et venus des quatre coins de la France et même d’ailleurs, aura lieu devant une belle brochette de personnalités de premier plan:

–     Saïd Ali Mohamed, ancien Premier ministre de la République fédérale islamique des Comores,

–     Mohamed Chaher Ben Saïd Massounde, ancien ministre de la République fédérale islamique des Comores,

–     Tocha Djohar Abdallah, Député à l’Assemblée de l’Union des Comores, fraîchement exilé en France,

–     Soilih Mohamed Soilih, représentant du Conseil national de Transition (CNT) auprès des États étrangers et des organisations internationales,

–     Une délégation venue d’Amérique du Nord et conduite par le Capitaine Rachad Abdallah,

–     Une délégation venue de la Réunion et conduite par le Professeur Mohamed Farid Bachrahil,

–     Saïd Larifou, candidat à l’élection qui n’a pas eu lieu le dimanche 24 mars 2019,

–     Le Docteur Achmet Saïd, candidat à l’élection qui n’a pas eu lieu le dimanche 24 mars 2019,

–     Des personnalités venues spécialement des Comores (…).

N’oublions pas le nouveau slogan: «Azali n’est pas mon Président!». En tout cas, comme il n’a jamais été élu, il n’a jamais été et ne sera jamais le mien!

«Mpaka Mmodja Nguéfo», dixit les Mohéliens: «Jusqu’à ce que l’un meure». Or, s’il est possible de tuer un individu, on ne peut pas en faire de même quand il s’agit de tout un peuple.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 16 mai 2019.

Powered by Comores infos