You are here: Home » Uncategorized » «Le paysan Moustadroine est le seul qui acceptera tout»

«Le paysan Moustadroine est le seul qui acceptera tout»

«Le paysan Moustadroine est le seul qui acceptera tout»

La Sultane Ambari tape fort sur son «paysan» et le méprise

Par ARM

      En petit comité, la Sultane Tibée Ambari se répand en sarcasmes et propos venimeux et méprisants sur son «paysan» de service: «Dès le premier jour, j’ai compris une chose fondamentale: le paysan Moustadroine est le seul qui acceptera tout. Il ne discutera pas les ordres, n’émettra jamais une opinion dissidente ou une idée intelligente. Il se contentera d’exister. Il se trouve aujourd’hui que j’ai eu raison. Regardez-le. On dirait un petit chiot. Sa mentalité de paysan le domine. Il sait se tenir à sa place, se contentant de l’argent qu’il gagne et remerciant mon mari de l’avoir tiré de l’insignifiance et de l’anonymat dans lesquels il croupissait désespérément, sans la moindre perspective d’avenir».

En effet, Moustadroine Abdou, grand casseur de bureaux de vote qui avait empêché 11.500 électeurs anjouanais de voter ne déçoit pas sa Sultane Tibée, à tel point que son propre frère l’a giflé au cours d’une houleuse réunion de famille. En effet, quand le putschiste Azali Assoumani a été remis au pouvoir par les Mohéliens de Bête-Salam de la manière anticonstitutionnelle qu’on sait, il s’était réuni en famille au village. On ne lui demandait qu’une seule chose: nommer les proches à des postes juteux. Et là, le «paysan» de service au service de la Sultane Tibée Ambari a eu ces mots, considérés comme une injure à la famille: «Je n’oserai pas nommer des proches. J’ai peur». Il n’avait pas eu le temps d’ajouter un mot que son frère lui flanqua une gifle d’une force à lui arracher sa tête de Belzébuth. Aujourd’hui, il doit avoir fière allure, après avoir constaté que son maître de Bête-Salam a donné du travail même aux poules et aux chèvres de Mitsoudjé.

Après avoir meurtri sa famille, il a décidé de décevoir son île natale. C’est ainsi que, dans un discours débile, décousu, infantile, sans queue, ni tête, et d’une monotonie à dégoûter et ennuyer un pou, il s’est mis depuis quelques jours à maudire la présidence tournante, voulue par le Tout-Anjouan. Rapidement, il s’avéra que la condition que lui avait posée son maître est la suivante: «Il y a plusieurs personnes qui me supplient pour la vice-présidence. Je suis prêt à te prendre comme colistier à Anjouan, à condition que, quand je vais supprimer la présidence tournante, tu sois parmi mes plus fervents soutiens». Depuis, «le paysan» qui ne sait même pas parler en public, même quand il a entre ses mains un discours écrit, s’acharne à décevoir les autres Anjouanais. On imagine que, comme le Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane, il a déjà donné des consignes pour être enterré en Grande-Comore parce que, d’une part, les Anjouanais ne voudront pas de son cadavre sur leur île, et d’autre part, le sol d’Anjouan ne voudra pas de son corps en son sein le jour de sa mort.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 13 août 2017.

Powered by Comores infos