You are here: Home » Uncategorized » Le trabendiste Kiki noyé dans le trabendo des passeports

Le trabendiste Kiki noyé dans le trabendo des passeports

Le trabendiste Kiki noyé dans le trabendo des passeports

Que dire des voitures volées à Marseille et des prête-noms?

Par ARM

      C’est quand même pathétique. On assiste à une véritable frénésie autour des «assises» de la Grande-Comore. Parmi les objectifs absolument fous poursuivis par le régime politique actuel à ce sujet, on retrouve un homme: Ahmed Sambi. Le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri veut se servir de ces assises de la haine et du mépris envers Anjouan et Mohéli pour tenter de créer un tribunal grand-comorien contre Ahmed Sambi. Ce qui n’est que l’une des façons pour lui de plonger tout un pays dans l’horreur d’une guerre civile, entre les îles.

Or, en faisant les comptes, on se constate que le «ventriote» Azali Assoumani a détruit les Comores de 1999 à 2006. Cela fait 7 ans. Il vient de passer au pouvoir une année et trois mois de plus. Il a au compteur 8 ans et 3 mois. Ahmed Sambi a été au pouvoir de 2006 à 2011, soit 5 ans. Or, emporté par la médiocrité de celui qui se croit au-dessus des autres, le dictateur Azali Assoumani Boinaheri croit que la nuit de 8 ans qu’il a imposée aux Comoriens de 1999 à 2006 est l’âge d’or de la politique aux Comores, et qu’il n’a pas des comptes à rendre aux Comoriens.

Depuis quelques jours, les chiffres les plus fantaisistes circulent sur le magot qu’aurait amassé Ahmed Sambi sur le dossier des passeports comoriens vendus au Moyen-Orient. Certes, sur ce dossier, Ahmed Sambi ne s’était pas comporté en bon père de famille. Cependant, le chiffre avancé contre lui est tout simplement absurde parce que même Bill Gates n’a pas cette fortune-là. C’est du n’importe quoi. La «Ripoux-blique» de Mitsoudjé s’enferme ignominieusement dans les plus abjects des mensonges, juste pour essayer de porter des coups bas à un ancien allié devenu un adversaire politique, et qui finira par lui trancher la tête et la jeter aux chacals et aux vautours.

En même temps, au moment où aucune Commission parlementaire n’est créée sur les 20 milliards de francs comoriens que le kleptocrate de Mitsoudjé à volés aux Comoriens de 1999 à 2006 selon Thierry Vircoulon, la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé en lance une implicitement contre Ahmed Sambi. Il lui cherche des poux sur la tête. Or, il oublie que son «ministrillon» Kiki est lancé à fond dans le trabendo personnel des passeports comoriens au Moyen-Orient. Son commanditaire n’est autre que son chef, le «saigneur» Azali Assoumani Boinaheri. Il a un complice: Abdelkader Mahamoud, le Directeur général de la Police et de la Sûreté nationale. Djaafar Ahmed Saïd Hassani (Ouf! Ouf!) et son frère Bahassane Blabla ont leur dîme sur ce trabendo. Ils sont à l’origine de la nomination de cet Abdelkader Mahamoud, qui n’a ramené du Maroc aucun diplôme justifiant sa nomination à un poste aussi stratégique.

Kiki a décidé d’être dans le grand banditisme international. L’argent qu’il a volé quand il tuait la Douane comorienne a été en partie investi à Dunkerque et au Havre, où il a commencé sa vie active comme maître nageur de plages. Pour les besoins d’un livre en cours de rédaction, il a même fallu aller visiter au Nord de la France la banque où il a placé une partie de l’argent qu’il a volé aux Comoriens. Ce n’est pas joli. Et, il y a l’affaire de sa boîte de nuits au Nord de la France. Et, il y a son trabendo de voitures volées à Marseille, dédouanées à Mutsamudu pour des raisons de discrétion, et vendues à Moroni dans une clandestinité totale.

Et voilà que Monsieur place une partie de l’argent qu’il continue de voler aux Comoriens dans l’immobilier. Seulement, là, il n’est pas «gentil». En effet, il fait construire ses maisons sous le nom de ses nombreuses copines, fait croire à ces dernières que lesdites maisons sont à elles, alors que par des manœuvres de contournement, il se les approprie sur les papiers. Ce sont là des méthodes d’un bandit des grands chemins. Pourtant, autour de Colonel Youssoufa Idjihadi dit Youssoufa Mfamanga, telle fille était arrivée à se mettre en tête la folle idée que telle maison lui appartenait, alors que Kiki ne lui offrait que des fausses promesses, inscrivant son propre nom sur les titres de propriété relatifs à ces maisons. Il faut être d’une immoralité totale pour jouer à un tel jeu, et Kiki le fait sans le moindre complexe.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 29 septembre 2017.

Powered by Comores infos