You are here: Home » Actualité » Le traître Mouigni Baraka refuse de se serrer les fesses

Le traître Mouigni Baraka refuse de se serrer les fesses

Le traître Mouigni Baraka refuse de se serrer les fesses

L’opposition doit le chasser de ses rangs immédiatement!

Par ARM

     Toute personne prudente qui passe à côté du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», prend une précaution: se serrer les fesses. Cette précaution n’a jamais été superflue parce que le dictateur fou de Mitsoudjé est connu pour enculer sans vaseline tous ceux qui ont eu le malheur de lui faire confiance. Il a trahi tout le monde, et ne veut à ses côtés que les gigolos et les escrocs de type Saïd-Ali Saïd-Chayhane, Bellou Magochi, Maoulana Charif, Moustadroine Abdou «Mafitsi» («Foutaises») et Chabouhane Baguiri, ou encore le crieur «vagal» de bazar par atavisme qu’est Mahmoud Salim Hafi. Association de malfaiteurs endurcis.

Or, Mouigni Baraka Saïd Soilihi, le roi des zigzags politiques, le champion des entourloupettes politiciennes, le prince des menteurs, le plus grand boxeur-catcheur comorien de tous les temps, n’aime plus qu’une chose: relâcher les fesses quand le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri est dans les parages. Les deux lascars font ami-ami, et leur mère maquerelle n’est autre que le shakespearien Saïd-Ahmed Saïd-Ali, le méprisable personnage.

     Les opposants de Mohéli ne comprennent rien de ce qui se passe à Moroni, et parlent de complaisance envers la carcasse d’hyène Mouigni Baraka Saïd Soilihi. Même les bébés savent que cette vieille haridelle fait le jeu du «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri, et ses compatriotes insulaires de Grande-Comore l’admettent encore dans l’opposition. Or, il est temps de l’y chasser sinon, l’opposition va vers un désastre. Le chacal Mouigni Baraka Saïd Soilihi n’est pas dans l’opposition. En plus, il rapporte au bambochard Assoumani Azali Boinaheri tout ce qui se dit et se fait au sein de l’opposition. Tout. Il est le mouchard de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé au sein de l’opposition. Il a perçu ses trente deniers de Judas quand il s’est rendu à une réunion de la «mouvance présidentielle» minoritaire, alors que l’opposition avait décidé de la boycotter.

En réalité, le serpent Mouigni Baraka Saïd Soilihi souffre du syndrome de non-recevabilité de son insipide et insignifiante personne en présence de la figure tutélaire de Mohamed Ali Soilihi, chef incontesté de l’opposition. Or, le rêve du reptile Mouigni Baraka Saïd Soilihi est de devenir le chef de l’opposition. Par tous les moyens. Cela tourne à l’obsession chez lui. De ce fait, depuis que Mohamed Ali Soilihi est placé en résidence surveillée, Mouigni Baraka Saïd Soilihi nage dans le bonheur et la béatitude. Il croit que son heure est arrivée. Il fricote avec la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé à telle enseigne que certains le soupçonnent d’avoir soufflé à l’oreille de ses maîtres de Bête-Salam le placement en résidence surveillée de Mohamed Ali Soilihi pour lui ravir la place de chef de l’opposition. S’il n’est pas choisi comme candidat de l’opposition, il va immédiatement se ranger officiellement derrière son maître de Mitsoudjé. Il le fera sans la moindre honte.

Ne perdons pas de vue le fait que Saïd Larifou avait commencé exactement comme lui. Il chantait les louanges intarissables de «l’émergence à l’horizon 2030» dans les hameaux, villages et villes et, toute honte bue, se rendait par la suite aux réunions de l’opposition. Foin de complaisance, à un moment donné, il a fallu lui dire de rester auprès de son «maître à penser et à panser», avec les conséquences et la suite qu’on connaît. Quelle fin détestable!

Mouigni Baraka Saïd Soilihi est un faux jeton. Il est faux. Il est fourbe. Il n’est pas digne de confiance. Refusant de jeter la rancune à la rivière, Kiki le surveille, attendant le moment d’en finir avec lui. Il trompera tous les Comoriens sauf ceux qui font fonctionner ce site. Aujourd’hui, nous lançons un appel du cœur en direction de l’opposition: «Vous avez des personnes de valeur dans vos rangs. Chassez de vos rangs immédiatement le fourbe Mouigni Baraka Saïd Soilihi, avant qu’il ne soit trop tard! Cet individu ne vaut rien. C’est un vaurien».

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 28 décembre 2018.

Powered by Comores infos