You are here: Home » Actualité » Le tyran s’affole pour l’élection qu’il dit «impossible»

Le tyran s’affole pour l’élection qu’il dit «impossible»

Le tyran s’affole pour l’élection qu’il dit «impossible»

Il fait des flaflas, fanfreluches et tartines pour Anjouan-2021

Par ARM

       Les Comoriens ont raison de dire ne pas comprendre la gesticulation dramatique de la dictature autour de l’élection présidentielle Anjouan-2021. Grisé par une certitude qui va se retourner contre lui, le dictateur fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», claironne sur les toits qu’il n’y aura pas d’élection présidentielle aux Comores en 2021, que les seules élections qui vont avoir lieu aux Comores en 2021 sont celles de la Chambre de Commerce. Tout ça est bien dit, et même très bien dit, mais ce que les Comoriens ne comprennent pas, c’est pourquoi, dans la mesure où il est convaincu que Dieu lui appartient, est sa propriété, est soumis à son autorité et va lui permettre de rester dictateur à mort, déploie-t-il une énergie fabuleuse pour dire que le scrutin en question n’aura pas lieu. S’il est si sûr de son fait, pourquoi ne se contente-t-il pas du proverbe arabe («Le chien aboie, la caravane passe») qu’il avait cité avant de tomber comme une masse devant une foule nombreuse à l’Université des Comores (UDC) le 1er décembre 2018?

Or, la dictature a mobilisé ses insulteurs habituels et officiels pour répéter jusqu’à la nausée: «Il n’y aura pas d’élection présidentielle en 2021 aux Comores». Oui, oui, vous l’avez dit, redit, répété, réitéré, claironné, crié sur les toits… Mais, comme vous êtes sûrs de rester au pouvoir jusqu’à l’apparition des Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, pourquoi passer votre vie à répéter ce qui semble une évidence pour vous?

Ne soyons pas chiens. Sachons séparer le bon grain de l’ivraie. Le dictateur fou Assoumani Azali Boinaheri et ses roquets ont peur. Ils ont horriblement peur. Ils n’ont pas peur de leur complice Saïd Larifou dit «L’Art-Fou» et d’autres traîtres qui grognent et n’agissent jamais; ils ont peur de la colère populaire et de certains soldats jetés dans les poubelles. Il se passera quelque chose de sanglant avant le 26 mai 2021, et quand le sang giclera, il éclaboussera tous ceux qui sont liés à la mascarade dictatoriale actuelle. Les Comores s’acheminent inexorablement vers le 26 mai 2021, mais les Anjouanais ont le regard posé sur le 26 mai… 2010. À cette dernière date, un Mohélien aurait dû être investi Président des Comores. Le Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi ne voulait pas organiser l’élection présidentielle, céder le pouvoir à un Mohélien et rentrer chez lui. Ses partisans anjouanais l’ont soutenu et proféré les pires injures envers les Mohéliens. Pourtant, l’élection a eu lieu, et un Mohélien a été élu. Il devait quitter le pouvoir le 26 mai 2016, et l’a fait sans chercher à s’accrocher au pouvoir.

Les Anjouanais ne veulent pas échouer là où les Mohéliens ont réussi: plier un dirigeant récalcitrant voulant s’accrocher au pouvoir. Comme les Anjouanais estiment que les Mohéliens sont ce qu’il y a de plus méprisable sur Terre sans les épargner de leur présence indésirable, étouffante, destructrice et mortelle sur leur île (mais, pourquoi chacun ne reste pas chez soi, sur son île?), ils ne veulent pas passer pour les rigolos qui ont laissé passer leur tour. Les Mohéliens les regardent avec mépris et scepticisme, et s’interrogent sur leur sérieux, en disant que les Anjouanais veulent tellement danser avec le bourreau sadique Assoumani Azali Boinaheri qu’ils oublient qu’ils ont un combat à mener, sans politicards bavards et inefficaces.

La dictature a peur parce qu’elle n’arrive pas à sonder les Anjouanais. Elle n’arrive pas à saisir la représentativité de ses danseurs et danseuses de Bumping de rue à Anjouan, et surtout leur sincérité. La mort violente du dictateur fou Assoumani Azali Boinaheri est entre les mains d’Anjouanais, qu’il s’agisse de militaires déçus ou de simples citoyens poussés à bout.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 13 novembre 2020.

Powered by WPeMatico