You are here: Home » Actualité » L’épouse et la fille de Saïd Larifou menacées de mort

L’épouse et la fille de Saïd Larifou menacées de mort

L’épouse et la fille de Saïd Larifou menacées de mort

Elles sont menacées dans leur pays d’origine: les Comores

Par ARM

La vidéo ci-dessus est intéressante, très intéressante au regard du contexte politique actuel des Comores. On y retrouve Maître Saïd Larifou tel qu’on l’aime: très bon. On retrouve Saïd Larifou tel qu’il sait toucher le cœur des Comoriens. Au-delà de la politique, vers la fin de l’entretien, il a su toucher l’humanité qu’il y a en chacun de nous, quand on exclut les bourreaux, les tortionnaires et les assassins qui animent la dictature barbare de Mitsoudjé. Il a parlé des menaces proférées par les autorités de la dictature en direction de son épouse et de sa fille lors d’un récent voyage aux Comores. Ces menaces sont scandaleuses et abominables, et tout Comorien aimant son pays doit se sentir solidaire de Saïd Larifou aujourd’hui parce que c’est pour son engagement politique actuel en faveur de l’État de Droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance aux Comores que tout ça arrive.

Ces menaces soulèvent suscitent le dégoût, la malédiction et les remarques suivantes.

1.- Saïd Larifou n’est pas un criminel. La dictature lui reproche juste sa divergence de vues sur la manière de diriger les Comores. Et même s’il était un criminel, personne n’a le droit de s’en prendre à sa famille. Le Droit a créé le principe de la légalité des peines: la Justice ne condamne une personne que pour un fait punissable qu’elle a elle-même commis, et nul ne peut être puni pour une infraction commise par autrui. Donc, «à la différence de la responsabilité civile, qui peut peser sur une autre personne que celle qui a causé le dommage, la responsabilité pénale est une responsabilité purement personnelle. En principe, aucune poursuite pénale ne peut être exercée, aucune condamnation à une peine ne peut être prononcée contre une personne qui n’a pas été ni l’auteur, ni le coauteur, ni le complice d’une infraction. La Cour de cassation ne cesse de rappeler que “nul n’est punissable qu’à raison de son fait personnelˮ. En droit pénal, il n’existe donc pas de responsabilité pénale du fait d’autrui»: Gaston Stefani, Georges Levasseur et Bernard Bouloc: Droit pénal général, 11ème édition, Dalloz, Collection «Précis Dalloz», Paris, 1980, pp. 269-270.

Même si on devait admettre que la dénonciation de la dictature de Mitsoudjé constituait un crime, c’est Saïd Larifou qui dénonce et non son épouse et sa fille. Dès lors, aucune autorité n’a le droit de menacer ces dernières. Or, la dictature de Mitsoudjé a l’habitude de s’en prendre aux membres de la famille de certains opposants exilés. Ce n’est pas du Droit. Un État ne fait pas ça. C’est la mafia qui agit ainsi, et la dictature de Mitsoudjé en est une.

2.- S’en prendre à des femmes est un acte de lâcheté, qui ne peut être commis que par des lâches, comme c’est le cas du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Trop d’épouses d’opposants subissent des menaces et même des arrestations arbitraires et illégales.

3.- En s’attaquant à des femmes innocentes pour un époux innocent et un père innocent, le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri prouve sa goujaterie et sa folie furieuse.

4.- Dans un pays civilisé, on ne menace pas les citoyens qui ont exprimé une opinion qui n’est pas celle des autorités en place. On accorde à tout le monde la liberté de pensée et d’expression.

Notre solidarité à Saïd Larifou et aux autres acteurs politiques comoriens dont les familles subissent des pressions barbares du fait de leurs idées et activités politiques.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 12 septembre 2019.

Powered by Comores infos