You are here: Home » Actualités » Les acteurs politiques s’aiment et se disent la stricte vérité

Les acteurs politiques s’aiment et se disent la stricte vérité

Les acteurs politiques s’aiment et se disent la stricte vérité

Peaux de banane, double langage, duplicité et regards obliques

Par ARM

     Partout où la nouvelle est connue, elle fait rire à mort. Le Tout-Moroni rit. Le Tout-Moroni a de nouveau affiché son sourire sardonique et ricane. Le Tout-Moroni en rit avec une sadique délectation. Ceux qui sont au courant de la chose s’empressent d’en parler aux autres avec ironie, et c’est ainsi que l’information est sortie du cercle des initiés pour se répandre comme une traînée de poudre jusque dans les basses-cours villageoises et politiques et dans les allées du pouvoir, où on hoche la tête d’un air entendu. Et quelle est cette information, s’il-vous-plaît? Eh bien, le bon et brave Abou Achirafi Ali Bacar dit Pablo, ancien Directeur national de la Sûreté du Territoire (DNST), désormais Député à l’Assemblée de l’Union des Comores, l’homme du trabendo souterrain, sous-marin et aérien des passeports comoriens partout où il y avait des acquéreurs, même dans les prisons fleuries et parfumées du Guatemala, le joyeux garçon cousu d’or massif à hauteur de 8 milliards de francs comoriens, veut devenir Président de l’Union des Comores. En 2021. Quand viendra le tour de son île d’origine, Anjouan, où, paraît-il, il aurait rendu des services à quelques personnes et où il se fait passer pour un bienfaiteur de l’humanité pour l’éternité, donnant des complexes à Mère Teresa. Ce qui explique le choix des électeurs de sa circonscription pour en faire un Député, même après tout ce qui se sait et tout ce qui se dit au sujet de son auguste personne. Dieu soit donc loué! Les Comores ont une chance immense et une bénédiction divine suprême d’avoir donné naissance au petit Pablo. Bon. D’accord, Son Excellence Monsieur Abou Achirafi Ali Bacar veut devenir Président de l’Union des Comores, mais comment et de quelle manière va-t-il procéder?

     C’est vraiment là où l’affaire commence à faire rire. En effet, depuis longtemps, Son Excellence Monsieur Abou Achirafi Ali Bacar a compris que 1+1=2 et que «le voyage de Mohéli se prépare à Chindini». Autrement dit, demain se prépare aujourd’hui. Et c’est ainsi que Son Excellence Monsieur Abou Achirafi Ali Bacar fait des pieds et des mains pour devenir, pour l’île d’Anjouan, le colistier du Gouverneur Mouigni Baraka Saïd Soilihi de la Grande-Comore, dont la première déclaration à l’élection présidentielle de 2016 remonte au 26 mai 2011, le jour de l’investiture du Président Ikililou Dhoinine et des trois Vice-présidents élus sur le même bulletin de vote que lui. À l’époque, Mouigni Baraka Saïd Soilihi rêvait juste d’un poste de Vice-président de l’Union des Comores. Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts des rivières asséchées, et notre homme affiche désormais des ambitions de chef d’État, qu’il ne cherche même plus à occulter puisqu’il est déjà en campagne électorale et crie victoire. En d’autres termes, Son Excellence Monsieur Abou Achirafi Ali Bacar veut devenir le colistier et donc le Vice-président du plus-que-parfait et très parfait Mouigni Baraka Saïd Soilihi en 2016, contribuer à faire élire son champion à la Présidence de la République, avant de se faire élire lui-même Président de l’Union des Comores de 2021 à 2026. Cela s’appelle «le plan parfait» dans la tête de son concepteur, mais on sait qu’il est très dangereux de prendre ses rêves pour de la réalité.

     Au moment où le bon et brave Abou Achirafi Ali Bacar s’agite dans son sommeil, perd un à un ses cheveux, se démène comme un forcené pour chercher à trouver l’heureuse solution qui lui permettra d’assouvir ses petits fantasmes à la Vice-présidence et à la Présidence, il se rend compte qu’ailleurs, le moment n’est nullement à la sérénité et à la béatitude. En effet, une fois de plus, les crypto-sambistes sont dans les plus graves des confusions, dans les confusions les plus sournoises et les plus alambiquées. Ceux d’entre eux qui veulent enfin ouvrir les yeux ont fini par comprendre que le Caporal Bourhane Hamidou les a tous roulés dans la farine. Un à un. Jusqu’au dernier. Et comment a procédé le Caporal Bourhane Hamidou? Il a bénéficié de la sollicitude et de la mansuétude d’Ahmed Sambi, le chef du Parti Bidoche, devenu un boulanger pour son propre camp politique pour faire de son ami le Caporal Bourhane Hamidou le prochain Président des Comores? Comment veut-il faire alors? Pour bien comprendre la nature de la farine dans laquelle Ahmed Sambi roule ses courtisans, il faut partir de l’idée selon laquelle la déclaration, à Dakar, au printemps 2015, de la candidature du Caporal Bourhane Hamidou a été faite avec l’aval d’Ahmed Sambi, propriétaire du Parti Bidoche. Dans cette affaire, l’assentiment du chef du Parti Bidoche est d’autant plus évident qu’il est tout simplement impossible pour le Caporal Bourhane Hamidou de prendre la moindre initiative microscopique, même pour prendre un cachet d’aspirine, sans solliciter l’accord du propriétaire du ciel qui surplombe les îles Comores: Ahmed Sambi.

     Mais, le coup est plus vicieux parce qu’Ahmed Sambi sait dès le départ qu’il ne sera pas autorisé à déposer sa candidature scélérate lors de l’élection présidentielle de 2016 et que le but de sa manœuvre est de déposer quand même sa candidature afin de dire à ses hommes de se ranger derrière lui jusqu’au moment où il lui sera officiellement dit que ladite candidature est tout simplement irrecevable. Et quand cette irrecevabilité sera prononcée officiellement, qui sera en lice? Le seul, unique, irremplaçable, inimitable et unique Caporal Bourhane Hamidou. Cela étant, le bon Caporal Bourhane Hamidou est pour Ahmed Sambi, propriétaire exclusif du Parti Bidoche, le plan de toutes les lettres de tous les alphabets du monde. Charmante mentalité. Imaginez la tête des prétentieux qui gravitent autour d’Ahmed Sambi et qui se prennent tous pour des hommes d’État et des présidentiables quand ils devront se ranger derrière un Caporal Bourhane Hamidou qu’ils méprisent sans chercher à s’en cacher! Ça ne sera pas du tout beau à voir. Mais, attention! Faites très attention parce qu’il se murmure, se chuchote et se susurre qu’au sein de la Mouvance du Parti Bidoche et satellites, les gens se disent tellement la vérité que certains des hommes de l’ancien satrape vont se cacher et déposer leurs candidatures clandestines afin de prendre date et parer à toute éventualité. Comme ça, quand Ahmed Sambi recevra sur sa tête la tuile annonçant la fin de sa petite récréation, les seconds couteaux sortiront du bois et pourront dire à Ahmed Sambi qu’il est très dangereux de mettre tous ses œufs dans le même panier.

     Les Comoriens vont rire davantage quand ils verront les crypto-sambistes se déchirer pour des histoires de candidature au sein de leur famille propre politique.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 31 octobre 2015.

Powered by Comores infos