You are here: Home » Actualités » Les Anjouanais de Moroni désavouent Ahmed Sambi

Les Anjouanais de Moroni désavouent Ahmed Sambi

Les Anjouanais de Moroni désavouent Ahmed Sambi

Ils soutiennent désormais Mohamed Ali Soilihi et le disent

Par ARM

  Pendant des années, Ahmed Sambi avait posé sur les Anjouanais vivant à Moroni un regard de possesseur, une main de possesseur, et avait adopté envers eux l’attitude méprisante qu’on a habituellement envers sa propriété personnelle. Pendant des années, il pouvait manipuler certains d’entre eux et les entraîner dans ses aventures consistant à l’acclamer et à l’applaudir artificiellement pour donner l’impression qu’il est l’homme sans qui tous les Comoriens vont mourir jusqu’au dernier. Au besoin, le Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane se promenait avec ses valises bourrées de billets de 1.000 francs pour «motiver et maintenir» la ferveur des tièdes. Eh bien, tout cela a changé. Oui, Ahmed Sambi n’est plus en odeur de sainteté auprès de la communauté anjouanaise de Moroni, qui considère que l’ancien satrape est un traître fini et un dangereux opportuniste croyant mener tout un peuple vers sa perte. Et quand Ahmed Sambi est parti se faire dévergonder dans les pagnes d’Azali Assoumani, les Anjouanais ont vu rouge parce qu’ils ont gardé du putschiste multirécidiviste Azali Assoumani un souvenir déplorable, celui d’un garçon pas bien. Pour eux, Azali Assoumani est le pire ennemi des Anjouanais, notamment et surtout de ceux qui vivent à Moroni, qu’il voulait chasser de la capitale des Comores.

  Comment pourraient-ils ne pas prendre Azali Assoumani pour leur pire ennemi quand, en avril 1999, alors que ce dernier était chef d’État-major des Forces Armées comoriennes (FAC), il avait été convoqué en Conseil des ministres, où il n’avait pas sa place, par le Premier ministre Abbas Djoussouf, en présence de l’Ambassadeur de France aux Comores, pour recevoir l’ordre d’arrêter les persécutions que subissait la communauté anjouanaise de Moroni. Resté l’égal de lui-même, l’homme qui, quatre ans auparavant, s’était caché en slip sous une table à l’Ambassade de France aux Comores pour fuir les mercenaires renversant le Président Saïd Mohamed Djohar, avait refusé de faire cesser les avanies que subissait une partie de la communauté nationale sur une partie du territoire national. Pour toute réponse, Azali Assoumani commit son horrible coup d’État du 30 avril 1999, qu’il allait utiliser contre les Anjouanais, qu’il exclut progressivement de tout l’appareil d’État. Dans les rues de Moroni, ses hommes faisaient la chasse aux Anjouanais et les persécutaient dans le cadre d’un véritable nettoyage ethnique. N’est-ce pas le comportement d’un sale type?

  Alors, aujourd’hui, les Anjouanais ne comprennent pas pourquoi Ahmed Sambi a pactisé avec Azali Assoumani, qui déteste les Anjouanais et ne l’a jamais caché? Par un rapide calcul mental, ils en sont arrivés à la conclusion selon laquelle durant toute la campagne électorale, Mohamed Ali Soilihi n’a désobligé personne, n’a agressé personne, n’a dressé personne contre personne, mais s’est comporté en bon père de famille comme il le fait depuis 1979, année de son entrée à la Fonction publique. Les Anjouanais, à l’instar de tous les autres Comoriens, ont reconnu que Mohamed Ali Soilihi rassemble et ne divise pas. Donc, il est le candidat le mieux préparé pour faire vivre tous les Comoriens dans des Comores réconciliées et unies, loin des haines répandues par les Azali Assoumani et autres Ahmed Sambi, deux anciens Présidents aujourd’hui aux abois et complètement désemparés, mais qui rêvent d’unir leurs forces du mal pour s’emparer du pouvoir politique en 2016 pour que le Colonel Azali Assoumani puisse passer le relais à son copain Ahmed Sambi en 2021. Comme ne 2006. Mais, aucun des deux n’accédera à la Présidence de la République une seconde fois; il n’y a pas qu’eux deux dans un pays de 700.000 habitants. Qu’ils calment donc leurs hormones!

  Soyons justes et procédons à un rapide rappel de certains faits! En octobre 2005, à l’Hôtel El-Amal de Mutsamudu, Azali Assoumani et Ahmed Sambi faisaient leur rencontre à l’issue de laquelle le Colonel demandait à ses proches de s’unir pour faire élire Ahmed Sambi, qui passait alors tout son temps à raconter des salades aux Comoriens, en prétendant qu’il était un théologien alors que personne ne l’a entendu un jour faire la moindre interprétation, exégèse ou traduction du Coran. Parler dans le vide lui suffisait et a fini par faire de lui un Président de la République. En même temps, Azali Assoumani a été tellement nul comme Président de 1999 à 2006 que le menteur Ahmed Sambi n’a eu qu’à se baisser pour ramasser un pouvoir politique qui était par terre. Par la suite, comme il comptait sur l’adoubement du Président Ikililou Dhoinine pour redevenir Président de la République, chaque fois qu’il se rendait à Beït-Salam, Azali Assoumani passait son temps à médire et à dauber sur Ahmed Sambi, allant jusqu’à le qualifier de «sale type imbu de sa personne et obsédé de pouvoir».

  Chaque fois, c’est-à-dire souvent, qu’il se rendait au bureau du Président Ikililou Dhoinine, c’était pour aller traiter Ahmed Sambi de tous les noms d’oiseau. Alors, quand on voit aujourd’hui les deux lascars être comme cul et chemise, on ne peut que les prendre en pitié. Ils font pitié parce qu’ils sont tellement convaincus que les Comoriens sont des moutons qu’ils croient que le peuple va reconduire à Beït-Salam d’anciens Présidents qui ont été nullissimes, absolument nullissimes. Quand ils faisaient leurs petits calculs de désespérés et leurs comptes d’apothicaire, ils avaient oublié les Anjouanais. Et les Anjouanais ne veulent pas qu’on leur parle de ces deux traîtres de foire connus pour leur narcissisme arrogant, leur mépris envers les Comoriens et leur incompétence criminelle. En tout cas, aujourd’hui, on leur dit une seule chose: si le dimanche 10 avril 2016, ils osent remettre en cause leur défaite, les Comoriens vont les redresser à la cravache.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 6 avril 2016.

Powered by Comores infos