You are here: Home » Actualités » Les bourdes et rêves cachés brisés d’Ahamada Ahamadi

Les bourdes et rêves cachés brisés d’Ahamada Ahamadi

Les bourdes et rêves cachés brisés d’Ahamada Ahamadi

Le bon Ahamada Ahamadi continue à faire l’unanimité contre lui

Par ARM

   Les temps sont très durs, voire impitoyables pour Ahamada Ahamadi, le secrétaire général du ministère des Relations extérieures et de la Coopération chargé de la Diaspora, de la Francophonie et du Monde arabe (Ouf! Pitié!). Ceux qui suivent de près ses activités professionnelles constatent qu’il en fait trop et, plus il en fait, plus il agit mal et se met à dos un certain nombre de personnes, même parmi ses fervents soutiens. Aux dernières nouvelles, il a tout fait pour devenir le nouveau secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI). Il est toujours aux petits soins avec le Docteur Abdoulkarim Mohamed, chef de la diplomatie comorienne, qu’il soigne aux petits oignons pour qu’il soit dans ses petits papiers. Il voulait que ce dernier parle de son rêve caché pour la COI au Président Ikililou Dhoinine, qui a déjà fait son choix, et ce choix porte sur Hamada Madi Boléro, le Directeur de son Cabinet chargé de la Défense, en dépit des dernières manœuvres de coulisses menées par l’infatigable garçon de Mohoro.

   Il faut dire qu’Ahamada Ahamadi ne s’aide pas lui-même. À force de n’aimer que lui-même, il se rend les pires services. Cet employé de l’appareil diplomatique comorien dit de lui sans la moindre trace d’animosité: «Le grand Ahamada Ahamadi, ex-Inspecteur de Police avant l’indépendance des Comores, ex-médecin chef de l’Hôpital El-Maarouf de Moroni sous la Révolution d’Ali Soilihi, après un Doctorat obtenu à Moscou en 6 mois, reste en poste, puisqu’il est l’homme à l’âge aussi indéfinissable qu’indéfini. Quel est son âge? Personne ne s’aventurera à spéculer sur un sujet aussi sensible. Physiquement, on a l’impression qu’il est un quinquagénaire parce que, à ses heures perdues, il sait jouer au jeune premier. Même le Président Ikililou Dhoinine le croyait âgé de moins de 50 ans. Ahamada Ahamadi joue là-dessus. Il est toujours en poste après plus de 40 ans d’exercice, 40 ans qui le conduisent à des bourdes d’une grande étrangéité et d’une incongruité de singe pilotant un avion supersonique. Il fait tout pour mériter son qualificatif de “petit épicier aigri de Mohoro”. Il a un petit esprit de petit fonctionnaire frustré qui ne veut voir personne d’autre réussir. Des bourdes, il en commet chaque jour. Et quelles bourdes!».

   Justement, après enquête, on apprend des choses ahurissantes sur le truculent personnage, qui fait tout pour passer pour un bougre et pour le mauvais cheval. Ses dernières bourdes en disent long sur son caractère explosif. Pour preuve, à l’occasion d’une cérémonie officielle à l’Ambassade d’Arabie Saoudite aux Comores, sans que personne ne le lui demande, il se mue en interprète en français du discours en arabe de son ministre, le même Docteur Abdoulkarim Mohamed, qui l’aime bien pourtant. Allons bon… Son interprétation sonne faux comme celle du faux interprète du langage des signes lors des funérailles de Nelson Mandela en décembre 2013. Ce qui produira de l’effet comique et abracadabrantesque, dans la mesure où il finit sa «traduction» avant que l’orateur ne soit arrivé à finir sa phrase. Imaginez l’étonnement des diplomates, médusés. Du grand art. De l’Ahamada Ahamadi tout craché. «Macha Allah!», «Gloire à Dieu!». Pourtant, personne n’est dupe, et dans les salons cossus de Moroni et Voidjou, on en parle pour mesurer la légèreté de celui qui veut que toutes les activités de l’appareil diplomatique comorien soient entre ses augustes et seigneuriales mains. Dieu soit loué!

   Et comme si cela ne suffisait pas, il a fallu qu’il aille s’illustrer ailleurs. En effet, au cours d’une cérémonie à l’Ambassade du Soudan aux Comores, comme un grand, il avait refusé de faire parvenir le discours à Abasse Mohamed Elhad, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, de la Fonction publique, des Réformes administratives, des Droits de l’Homme et des Affaires islamiques, qui assurait l’intérim de son homologue du ministère des Relations extérieures. Mesdames, Messieurs, tenez-vous bien parce que, voilà le bon Ahamada Ahamadi qui se met à lire un discours officiel, au nom du gouvernement, au cours d’une cérémonie protocolaire et officielle, alors que le gouvernement y était représenté par un ministre, qu’il avait tout fait pour ignorer de la plus méprisante des manières. Sans commentaire! De nouveau, les gens sont morts de rire dans les salons de Moroni, Voidjou et Oussivo, où la bourde n’est pas passée inaperçue.

   Et s’il n’y avait que ça. Eh bien oui, notre homme a poussé la vanité jusqu’à faire nommer un Consul honoraire à Marseille, passant outre l’avis de l’Ambassadeur des Comores à Paris, première autorité représentant les Comores auprès de la France. L’Ambassadeur des Comores n’est pas arrivé à lui expliquer les subtilités de la différence entre un Consul et un Consul honoraire, et les implications étatiques et diplomatiques qui en découlent. L’affaire fait grand bruit au ministère des Relations extérieures, à Moroni, où notre homme se fait aimer comme un furoncle sur un doigt ravagé par un panaris.

   Pourtant, toute honte bue, notre brave Ahamada Ahamadi national continue à se définir comme un «grand diplomate». On ne demande qu’à le croire, mais il doit commencer par mettre de l’ordre dans ses propres affaires. Sinon, il va continuer à subir les revers parce que, surtout n’allez pas croire que son échec sur le dossier de la Commission de l’océan Indien, où il n’est pas arrivé à se faire nommer, constitue un premier échec. Bien au contraire. En décembre 2014, il rêvait du poste de patron de la Force Est-africaine en Attente, et Ismaël Chanfi, incontestablement meilleur et plus… humble que lui, lui avait fait manger du sable.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 19 janvier 2016.

Powered by Comores infos