You are here: Home » Actualités » Les Comores roulées dans la farine par Boull Mining : A quand le peuple prendra conscience des maux qui lui ronge ?

Les Comores roulées dans la farine par Boull Mining : A quand le peuple prendra conscience des maux qui lui ronge ?

Les Comores roulées dans la farine par  Boull Mining : A quand le peuple prendra conscience des maux qui lui ronge ?Les sales affaires qui ont entaché la République depuis sa naissance doivent interpeller le peuple comorien, qui se laisse berner dans le flou par ceux qu’ils élisent à la tête de l’Etat, et qui, au final  » assassinent » économiquement ce même peuple. Depuis Ahmed Abdallah Abderemane jusqu’aujourd’hui, chaque dirigeant traine derrière lui une ou plusieurs affaires louches dont la seule victime est ce pauvre peuple qui, des fois, on se demande ce qu’il veut par rapport au soutien aveugle qu’il apporte à ces traitres de la République.

Avec Azali et ses 20 milliards de francs comoriens qu’il n’a jamais démenti, ou encore la fameuse citoyenneté économique de Sambi, et pire encore, l’affaire Boulle Mining dont les contribuables comoriens sont sommés de payer à la place de celui qui a signé le contrat de la honte, en usurpant la signature de son collègue et qui a porté beaucoup à l’ensemble des commanditaires.

Il n’est pas un secret pour personne sur les grosses sommes que les contribuables comoriens doivent payer aux avocats qui ont défendu le dossier Boulle Mining. Des sommes qui auraient sauvé la mort prématuré de l’hôpital El-Maarouf. Roulé dans la farine par Boulle Mining, l’Union des Comores va attendre longtemps pour récupérer les sommes dues car Boull ait pris la décision de liquider ses sociétés plutôt que de liquider les sommes qui sont dues au titre de la sentence prononcée dans cette affaire grave et malsaine. Tout est prêt pour lancer une opération commando pour la mise en liquidation volontaire des sociétés Boulle Mining Group Ltd et Mozambique Channel Discovery Ltd (sociétés qui ont maintenant été renommées Comoros Ltd et Comoros 2 Ltd).

Face à cette affaire, la responsabilité du gouvernement comorien et en l’occurrence le vice-président en charge des finances et candidat aux élections présidentielles est d’une immense gravité. Le président de la République n’a eu le courage de sanctionner les fauteurs mais a laissé tout passer inaperçu, et le voilà aujourd’hui, nous imposer dans ses rangs celui qu’on reproche cette malversation. C’est dommage d’en arriver là et on ne peut s’empêcher d’éclairer l’opinion, et surtout que c’est un devoir citoyen quelque soit le rang de la personne. Dans cette affaire, il y a eu beaucoup d’acteurs, qui, le jour où on aura une justice digne, seront tous appelés devant la barre. Mais est ce que ce peuple n’est pas complice ?

Assoumani Dhoinine

Powered by Comores infos