You are here: Home » Uncategorized » Les Comoriens fêtent le 6-Juillet à Sarcelles dans l’unité

Les Comoriens fêtent le 6-Juillet à Sarcelles dans l’unité

Les Comoriens fêtent le 6-Juillet à Sarcelles dans l’unité

Très belle cohésion pour célébrer 42 ans de l’indépendance

Par ARM

      Heureusement, il y a des endroits dans ce monde où l’on peut célébrer l’indépendance des Comores loin du climat politique délétère de Moroni, un climat détruit par la mesquinerie, la petitesse, l’ostracisme et la haine des uns envers les autres. C’est ainsi qu’à l’invitation de Mohamed Saïd, Président de la Communauté comorienne de France, de nombreux membres de ladite communauté avaient tenu à se retrouver à Sarcelles, en région parisienne, pour célébrer dignement le 42ème anniversaire de l’indépendance. Une certaine façon de faire les choses conduit généralement à célébrer cette date un week-end; mais, cette fois-ci, la fête du 6-Juillet a été célébrée le 6 juillet. Le jeudi 6 juillet 2017. On a vu des Comoriens aimant leur pays venir du travail et d’autres assister à la fête avant de se rendre au travail. C’était un défi, et il a été relevé par une foule d’environ 500 Comoriens de tous les âges et de tous les horizons géographiques du pays. Les enfants de moins de 10 ans y étaient par dizaines. Le défi a été d’autant plus relevé que la cérémonie a eu lieu en fin d’après-midi, un jour de travail, mais les Comoriens avaient tenu à être présents. Et, ils étaient présents.

      L’occasion était très belle, et on a entendu des discours patriotiques de très haute facture. Le Général Salimou Mohamed Amiri a été le premier à prendre la parole et, d’emblée, avait tenu à préciser que le 6-Juillet, on met de côté la politique et on parle du pays. Pour lui, le plus important est pour les Comoriens de se poser des questions sur ce qui a été fait ou n’a pas été fait en 42 ans d’indépendance pour qu’aujourd’hui et demain, on puisse réajuster les tirs, loin de tout fatalisme. Il a expliqué le sens du mot indépendance et les défis qui s’y rattachent, insistant sur le fait que les Comoriens doivent savoir comment ils préparent leur présent et leur avenir dans l’unité et la responsabilité.

Pour sa part, le Député Mradabi, qui était parlementaire au moment de la proclamation de l’indépendance le 6 juillet 1975, a raconté ce qui s’est passé ce jour où le destin national des Comores a basculé. Il avait tenu à mettre en exergue l’unité de toute la classe politique des Comores ainsi que le génie politique du Président Ahmed Abdallah, auteur de la déclaration unilatérale d’indépendance, qui avait manœuvré de manière à ce que Raymond Groussoles, le Directeur de son Cabinet, ne soit pas au courant de ce qui se préparait. Prenant la parole après lui, Abdoulwahab Ahmed parla de la nécessité de faire le bilan de l’indépendance, en saisissant l’occasion offerte par la prochaine tenue des Assises nationales, désormais agréées par les pouvoirs publics. Maître Saïd Mohamed Saïd Hassane, de sa voix de stentor, rappela les vertus d’une indépendance rimant avec unité et bonne gouvernance.

Mohamed Saïd avait prononcé un émouvant discours d’unité et de fraternité, remettant une couronne d’honneur à la fille d’Aboubacar Boina pour son père, l’un des chefs historiques du Mouvement de Libération nationale des Comores (MOLINACO), jadis basé à Dar-Es-Salam, Tanzanie, là où on parlait d’indépendance dans les années 1960-1970. Le Maire de Sarcelles, malgré un emploi du temps surchargé, avait tenu à être présent et à exprimer aux Comoriens sa solidarité, dans un discours chargé d’émotion et de sincérité.

Après les discours, on assista à des danses de Sambé. Hommes et femmes s’étaient levés et avaient dansé magistralement.

Que retenir de cette célébration? La foi en l’unité des Comores, loin des mensonges et de la haine à couper au couteau entre Comoriens à Moroni, le jour où tous ceux-ci devraient se retrouver dans l’unité, la cohésion et la symbiose.

Il est vrai que le 6-Juillet, on pense avant tout au pays, mais on ne peut pas penser aux Comores tout en oubliant le trou dans lequel les autorités successives et «tournantes» des Comores ont enterré vivants les Comoriens.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 7 juillet 2017.

Powered by Comores infos