You are here: Home » Actualités » Les crypto-sambistes tombent du tomatier et dérapent

Les crypto-sambistes tombent du tomatier et dérapent

Les crypto-sambistes tombent du tomatier et dérapent

Ils créent des faux résultats pour contester leur «belle» défaite

Par ARM

  Pauvres crypto-sambistes! Alors que tous les résultats donnent leur candidat par défaut battu sans aucune possibilité d’aller au second tour puisque placé en 4ème position, ils n’ont pas cessé de se livrer à leurs bêtises habituelles dans l’attente du moment où ils devront dire qu’on leur a volé une victoire qu’ils n’avaient aucune chance de remporter. C’est ainsi que le lundi 22 février 2016, après avoir appris notamment par ce site que le pionnier émérite de leur candidature-biberon avait été battu à plate couture dans une compétition magistralement menée par Mohamed Ali Soilihi (entre 22 et 24%), ils ont commis la plus grossière des bêtises en inventant de toutes pièces des «résultats» qui ne peuvent que faire leur honte si tant est qu’ils savent ce que signifie ce mot. Dans leur rêve fantasmagorique, ils ont sorti leurs «résultats»: Fahmi Saïd Ibrahim: 33%; Mohamed Ali Soilihi: 14%; Azali Assoumani: 11%. En même temps, ils ont commis l’autre bêtise monumentale, celle consistant à annoncer à une télévision étrangère que le très vaillant inventeur de la candidature-biberon a fait 53% des suffrages. Et comme s’ils n’avaient pas assez roulé de mécaniques et dérapé comme ça, les voilà en train de se livrer à ce qu’ils appellent des «résultats définitifs», dont le contenu est le suivant: Mohamed Ali Soilihi: 17,32%; Fahmi Saïd Ibrahim: 16,26%; 15,77%. Point n’est besoin d’être Ingénieur des Mines, Docteur en Science politique ou Polytechnicien pour savoir que l’emploi des virgules est destiné à donner un semblant de crédibilité à des chiffres relevant d’un mensonge éhonté et d’élucubrations pathétiques.

  De toute manière, les crypto-sambistes font rire parce qu’ils font comme si on peut être mort et être enterré et revenir du monde des ombres pour voir les vivants mourir les uns après les autres et les survivre. Le passage du candidat par défaut des crypto-sambistes de 33% à 16,26% relève d’une gymnastique électorale qui n’a jamais été constatée un jour dans le monde depuis qu’on organise des élections. Il est impossible de partir de la première place avec 33% pour se retrouver en deuxième place avec 16,26%. Une dégringolade aussi mortelle n’a jamais eu lieu un jour dans le monde. Jamais! On comprend les crypto-sambistes, devenus l’objet de la haine des Comoriens, comme on peut le constater à la lumière de l’écrasement même de leurs candidats aux Gouvernorats de Grande-Comore et de Mohéli, en attendant qu’Anissi Chamssidine reprenne les devants à Anjouan face au candidat crypto-sambiste. Les crypto-sambistes se retrouvent dans la position de Mohamed Daoudou dit Kiki, Président d’un Parti Orange qui l’a fui, l’homme capable d’organiser des rassemblements populaires d’anthologie mais sans arriver à convaincre l’électorat. Ces gens qui ne connaissent de la politique que les scintillements artificiels et le flafla continuent à privilégier ce que le Docteur Belkassem Belouchi (Maroc) appelle «la politique spectacle» et qui n’est rien d’autre que de la «politique gadget».

  Qui, aux Comores, ne sait pas que pour obtenir ses attroupements à Moroni et ailleurs, Ahmed Sambi remet à son délicieux distributeur automatique de billets (DAB), le Grand Docteur Sounhadj Attoumane une grosse valise d’argent, lui demandant d’en remettre le contenu aux badauds de Volo-Volo et du Port de Moroni afin qu’ils affluent là où doit apparaître l’ancien dictateur et l’acclamer à coups de «Kana Ntrontro», «Il n’a pas de saletés»? Or, par le phénomène du scotome et de la scotomisation, celui qui pousse certains individus à ne vouloir entendre que ce qu’ils veulent entendre, Ahmed Sambi et ses roquets ont fini par commettre le travers de croire en leurs propres mensonges. Et comme a dit ce proche de l’ancien Vice-Premier ministre Djaanfar Salim Allaoui, «à force de tourner dans le mal, Ahmed Sambi finira dans le mal». En tout cas, cette fin dans sa version politique commence à faire parler d’elle parce qu’on peut agiter le Parti Bidoche dans tous les sens, il n’y tombe jamais quelque chose de sérieux. Trop de gens pas sérieux, ni crédibles! Rien que des gens manquant de sérieux et de crédibilité.

  Aujourd’hui, alors que tout indique que la candidature-biberon des crypto-sambistes est définitivement engloutie par les eaux déchaînées de la mer Rouge comme aux temps bibliques, les crypto-sambistes écrivent piteusement dans leurs blogs de propagande mensongère et haineuse des fantasmes à tuer un mort: «Après avoir compilé les résultats de l’ensemble des 408 bureaux de vote de la Grande Comité, notre candidat Me Fahmi Saïd Ibrahim arrive en deuxième position (16,26%) derrière le premier candidat du pouvoir Mohamed Ali Soilihi (17,32%) et devant le second candidat du régime Azali Assoumani (15,77%). Les voix séparant ces trois candidats entre eux étant conséquent [Sic: «Conséquentes»], nous demandons à tous nos militants et partisans de rester sereins et d’attendre patiemment la validation de ces résultats par la CÉNI. Les provocations et les annonces de résultats fictifs par un régime en fin de règne ne peuvent que conforter l’idée d’un pouvoir craignant la sanction severe [Sic : «Sévère»] déjà initiee [Sic: «Initiée»] par le peuple comorien à son égard». Si en plus, il faut continuer à donner des cours de français à ces gens-là… Et puis, strictement entre nous, le nombre de voix «séparant ces trois candidats entre eux», au cas où il aurait été réel dans la présentation faite par les crypto-sambistes, ne serait pas «conséquent», mais «ténu», puisque trois candidats allaient se retrouver dans un mouchoir de poche dont les données seraient 15,77%, 16,26% et 17,32%.

  Surtout, par les temps qui courent, n’allez pas dire au grand blogueur Abdou Hamadi dit Mrimdu que le créateur mondial de la candidature-biberon figurerait parmi les trois candidats qui vont aller au second tour de l’élection présidentielle comorienne de 2016. Abdou Hamadi dit Mrimdu, en homme figurant sur la petite liste des personnes les mieux informées des Comores, connaissait depuis la nuit du dimanche 21 février 2016 les conditions et les données concrètes et objectives du naufrage de la candidature-biberon. Sur le Coran il avait juré disposer de données objectives sur l’arrêt cardiaque subi par la candidature-biberon.

  Les crypto-sambistes sont définitivement battus, et bon débarras. D’autres candidats ont été également battus. Dans l’ensemble, ce sont 22 candidats qui sont battus. Mais, les autres candidats ont perdu dans l’honneur, la dignité et la fierté. Ils n’ont insulté aucune île. Ils n’ont insulté personne. Ils n’ont menacé de «chaos» aucun pays. Ils n’ont cité aucun membre de leurs familles sur les tribunes pour dire qu’eux avaient une famille et que les autres Comoriens étaient des singes du Bonobo descendant des singes du Mato Grosso et qui ont quitté leur foyer d’origine le jour où une fourmi a changé de sexe dans le Mato Grosso. En plus, aucun des gens méprisants ayant pris le risque de mettre la personne d’Ahmed Sambi avant l’honneur de la Grande-Comore n’a survécu à l’hécatombe politique du dimanche 21 février 2016. Et que ceux qui veulent survivre sur la scène politique comorienne méditent sur ce qui arrive à ceux qui croient qu’on peut injurier et tenter d’humilier toute une île et gagner les suffrages de cette île. L’électorat grand-comorien a parlé et ce qu’il a dit a un sens très profond. Les Comoriens aimant sincèrement leur pays ne peuvent que leur exprimer leur reconnaissance.

  Il faudra que les autorités comoriennes sachent que de l’argent a été remis à des casseurs par les crypto-sambistes pour foutre le souk et le bordel aux Comores avant même que la candidature-biberon ne soit engloutie par les eaux de la mer Rouge. C’est un coup monté depuis des mois. Si les autorités ne prennent pas la mesure de la menace, elles commettront une grave erreur parce que tous les faux résultats que publient les crypto-sambistes sont destinés à dire que le candidat-biberon a été élu démocratiquement mais a subi un coup de Jarnac de la part des pouvoirs publics. Or, tous les observateurs disent que ces élections ont été correctes, même si quelques problèmes techniques mineurs et insignifiants ont été constatés. Alors, que les crypto-sambites fassent le deuil et le veuvage de leur candidature-biberon et laissent les Comores et les Comoriens en paix.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 23 février 2016.

Powered by Comores infos