You are here: Home » Uncategorized » Les Députés corrompus dans le film «Les Évadés»

Les Députés corrompus dans le film «Les Évadés»

Les Députés corrompus dans le film «Les Évadés»

«Grandeur d’âme» après avoir vendu leur âme au diable

Par ARM

     Le film s’appelle «Les Évadés». Il date de 1994. Il est intéressant. Ce film est d’autant plus intéressant que l’une de ses scènes résume parfaitement l’hypocrisie grandiose et malsaine dans laquelle se trouvent plongées les Comores aujourd’hui. Dans ce film, Andy Dufresne (Tim Robbins), un jeune et fringant banquier, est condamné à la prison à vie pour le meurtre de sa femme et de son amant. Quand il atterrit à Shawshank, le pénitencier le plus difficile du Maine, États-Unis, il y rencontre Red (Morgan Freeman), un Noir désabusé, détenu depuis vingt ans. Quand Red demande à Andy les raisons qui l’ont conduit dans un lieu aussi lugubre, Andy déclara qu’il était «innocent». Sarcastique, le sceptique Red lui lança «comme nous tous ici», avant de se tourner vers les autres prisonniers et leur demander si l’un d’entre avait commis un quelconque délit pour être jeté en prison, et tous les prisonniers se dirent innocents. Tous! Une innocence collective! De manière ironique, on pourrait dire que les États-Unis avaient construit une grande et horrible prison pour n’enfermer que des innocents!

Dans un contexte différent, on retrouve cette innocence aux Comores aujourd’hui. Parlons vrai. Démoli par une tumeur au cerveau et par une folie héréditaire attendue de longue date, le «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», a détruit en 2 ans toute l’architecture juridique et institutionnelle des Comores pour devenir dictateur à mort et jusqu’à ce que mort s’ensuive. Il lui reste une seule institution à placer sous sa botte: l’Assemblée de l’Union des Comores. Toujours incapable de faire la distinction entre le Bien et Mal, il s’est mis en tête la folle idée d’exercer lui-même les prérogatives de l’Assemblée par ordonnances. 21 des 33 Députés sont opposés à ce crime contre le Droit et contre les Comoriens.

C’est alors qu’une valise de 600 millions de francs comoriens (1,2 million d’euros) a été débloquée par la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé pour corrompre les Députés. Toutes les saletés du monde ont été vues alors par les Comoriens: chantages, fausses promesses d’infrastructures imaginaires et chimériques à Mohéli, tentatives réussies ou avortées d’achat de consciences et d’inconsciences, etc. L’argent circule à flots. Des Députés ripoux ont déjà engrangé le magot distribué par des fous maudits comme Mohamed Saïd Fazul dit Babadi et Chabouhane Baguiri à Mohéli, Kiki, le Docteur Abdou Oussene (Photo) et Maoulana Charif à la Grande-Comore. Tous ceux qui ont plongé la louche dans la marmite contenant la soupe et les autres qui biberonnent sont connus. La quantité de lait qu’ils tètent sur le sein de la corruption est connue dans le cas de chacun.

Or, par un tour de passe-passe médiatique, tous les Députés corrompus se disent innocents. Chacun proteste de sa bonne foi, de son honorabilité, de sa respectabilité, de sa probité et de son rejet de la corruption. Même le plus corrompu et le plus sale des Députés au même titre que le Docteur Abdou Oussene et Maoulana Charif, à savoir: l’abject et ignominieux Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, rejette dédaigneusement les accusations de corruption le concernant. L’imbécile! Des dizaines de vidéos circulent sur Internet à travers lesquels les bandits de l’Assemblée qui sont corrompus par la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé clament une «innocence» noyée dans la petitesse et la mesquinerie.

Parmi ces vidéos de l’hypocrisie suprême, on retrouve celle de la Députée Hadjira Oumouri surnommée «Hadjira 20 millions», en référence perfide aux 20 millions de francs comoriens (40.000 euros) qu’elle a reçus pour vendre à Satan ce qui restait de son âme. On y voit «Hadjira 20 millions» faisant tout pour nous faire pleurer d’émotion. Voici certains de ses propos, à travers lesquels elle accuse gratuitement et perfidement la blogosphère de mentir alors que c’est elle qui ment comme un arracheur de dents: «C’est un jour honorable parce que, avant tout, je tiens à rassurer les Comoriens, en second lieu, rassurer les habitants du Mbadjini, qui m’ont accordé leur confiance en m’élisant Députée à l’Assemblée, pour qu’ils sachent qu’ils n’ont pas élue une mauviette à l’Assemblée, mais une personne qui doit les représenter sur tout ce qui se passe à l’Assemblée, dans l’intérêt du pays.

     Je veux rassurer les habitants de la ville de Foumbouni parce que ce sont eux qui m’ont donné naissance et élevée avant de me confier aux habitants du Mbadjini et à notre pays. Je veux également rassurer mon parti, le RDC, pour qu’il sache que je suis à l’Assemblée pour mes intérêts personnels, mais ce qui passe avant tout, c’est notre pays. Ce qui passe avant tout, c’est ma région d’origine. Je suis là pour défendre les intérêts de la femme comorienne, les intérêts de notre région et ceux de notre pays, en privilégiant tout ce qui mieux.

     S’agissant de ce qui se dit sur Facebook, chacun dit ce que bon lui semble. Mais, moi, je sais que ma conscience est tranquille. J’ose l’affirmer: personne n’arrivera à me corrompre parce que je sais que rien au monde n’est plus important que l’honneur et la peur de la honte. On n’échange pas un cœur contre de l’argent. La fierté personnelle n’est pas échangeable contre de l’argent. Je respecte beaucoup ces deux valeurs.

     Cela étant, je souhaite rassurer les Comoriens, les habitants du Mbadjini et ceux de Foumbouni ainsi que mon parti politique, le RDC, en leur disant qu’ils ne m’ont pas désignée à l’Assemblée pour que je vende ma dignité. Je ne suis pas corrompue et je ne serai jamais corrompue. Chers Comoriens, je déclare solennellement que je ne me laisse pas corrompre, je ne me laisserai pas corrompre, et je suis parfaitement consciente des raisons pour lesquelles je suis Députée à l’Assemblée. Je ferai ce qui relève des raisons pour lesquelles je suis à l’Assemblée, avec la bénédiction de Dieu».

Naturellement, «Hadjira 20 millions» ment. Elle a bel et bien été corrompue par son copain, le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri, qui lui l’a achetée pour 20 millions. L’autre jour, le tyran de Mitsoudjé l’avait même mise dans ses bagages pour l’étranger, dans l’unique but de la corrompre. Les Députés qui s’opposent aux lois d’habilitation du dictateur fou de Mitsoudjé sont connus, et «Hadjira 20 millions» n’en fait pas partie. Qu’on se le dise! D’ailleurs, dans sa déclaration en cours d’étude, elle a bel et bien parlé de ses «intérêts personnels», qui se résument à des actes de corruption.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 27 novembre 2018.

Powered by Comores infos