You are here: Home » Actualités » Les Femmes Comoriennes descendent dans la rue

Les Femmes Comoriennes descendent dans la rue

Les Femmes Comoriennes descendent dans la rue, une raison pour rappeler à la Gouvernance Comorienne, que leur lutte mérite une attention rapide et  sérieuse. FEMMES JE VOUS  AIME !  
Les Femmes commerçantes, employées, femmes de ménage à la maison, paysannes comoriennes sont en colère.
Les jeunes ont paralysé l’activité économique de ce pays en déclenchant une série de manifestations sur les routes , vites réprimées par des forces de l’ordre courageuses car en face pas d’armes.
Mais là tout change, ce sont les femmes qui occupent un site dédié aux Hommes seuls, et tout le monde exécute!
Je dénonce la paupérisation généralisée de la population, comparée aux modes de vie scandaleuses et ostentatoires des hauts responsables gouvernementaux. 
On court le risque d’une explosion sociale aux conséquences imprévisibles. Le danger est d’autant plus grand,que la pauvreté chronique coexiste avec des signes ostentatoires de richesse.
Les uns prennent l’avion pour aller soigner un rhume  pendant que les autres n’ont plus de soins, car le service est fermé  et très souvent décèdent parce qu’ils n’ont pas l’argent pour aller traiter un simple paludisme 
Lutter contre les inégalités passe, par la mise en place de politiques qui remédient expressément aux disparités et fournissent aux classes défavorisées les moyens de sortir de leur condition. 
Les inégalités économiques ne sont qu’un aspect du problème. D’autres inégalités criantes existent aux Comores, dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’accès aux services sociaux et de nombreux autres aspects de la qualité de vie.Pendant longtemps, nos gouvernants ont soutenu que la première priorité était d’atteindre la stabilité macroéconomique, de libéraliser leurs économies et d’adopter des politiques axées sur les marchés qui stimulent la croissance économique,qui produirait des ressources supplémentaires pour tous, facilitant ainsi la lutte contre la pauvreté. 
 
Avec notre mouvement Patriotique Soihiliste nous préconisons dans le cadre de la transition du Changement avant les élections une redistribution des ressources en faveur des femmes, ainsi qu’un réaménagement de l’accès au capital, par l’octroi de microcrédits, le renforcement des droits fonciers des femmes ou un accès élargi aux emplois et programmes sociaux, l’adoption de mesures destinées à aider les groupes désavantagés, afin d’éliminer les stéréotypes et d’améliorer l’accès au système judiciaire.
Les femmes Comoriennes sont déterminées à se mobiliser pour faire avancer leur cause.  Il n’y a de permanent que le changement. Il faut former une politique nationale de la promotion de la femme, de la protection de l’enfance et pour l’action sociale . 
La participation de la femme et des jeunes doit être au cœur du débat, elle est jugée cruciale. C’est un enjeu démocratique et sans une participation réelle des femmes, la démocratie est inconcevable. 
Les femmes sont déterminées plus que jamais à prendre leurs places au sein de l’échiquier électoral, elles ne veulent plus, être laissées pour compte.Elles doivent aussi se battre contre ceux qui ont maintenu notre pays dans le sous-développement extrême, l’extrême pauvreté, l’ethnocentrisme, le clientélisme pour ne citer que ces tares. 
Nous les Hommes politiques devons exiger de tous les dirigeants de sensibiliser les femmes à participer pleinement à la prise de décision dans tous les types d’organisations communautaires et politiques : 
-Renforcer les capacités des femmes à pouvoir exercer cette participation dans les domaines où ou nous constatons une insuffisance de compétence à leur niveau, notamment la capacité économique, la capacité de gestion financière et administrative, la capacité de planification stratégique et la capacité politique. 
-Nous savons que le financement est un aspect important pour l’atteinte des objectifs, c’est pourquoi le gouvernement devrait appuyer certaines ONG œuvrant auprès des femmes en matière de formation politique en les subventionnant mais pas facile si le gouvernement lui-même agit comme une grosse ONG auprès des organismes internationaux parfois coupe l’herbe sous les pieds des petites ONG locaux.   
Le gouvernement devrait apporter des changements constitutionnels et adopter des lois et politiques électorales claires. Il n’est pas trop tard pour ces changements.  
Enfin continuons de soutenir et d’encourager vivement toutes les femmes de l’Union des Comores qui ont compris le message et continuent la lutte sur tous les fronts chacune a son niveau pour faire avancer le débat, encourager les changements des mentalités, dénoncer tous les tabous, rituels, et préjugés envers les femmes. 
 Pour terminer, je vous donne ce proverbe Afghan qui dit  » le travail d’une seule femme vaut le discours de plus de 100 hommes »
                                                           KAMAL ABDALLAH
Vice- Président, Porte-Parole du M.P.S
HabarizaComores.com | أخبار من جزر القمر.
© « Copyright ©2011 AHAMED ZOUBEIRI Hakim. www.habarizacomores.com|(أخبار من جزر القمر) Tous droits réservés.

Powered by Comores infos