You are here: Home » Actualités » Les iles Comores au bord de La guerre civile et du séparatisme: Jusqu’où le président AZALI ira-il pour garder le pouvoir?

Les iles Comores au bord de La guerre civile et du séparatisme: Jusqu’où le président AZALI ira-il pour garder le pouvoir?

Les iles Comores au bord de La guerre civile et du séparatisme: Jusqu’où le président AZALI ira-il pour garder le pouvoir?
Les iles Comores au bord de La guerre civile et du séparatisme: Jusqu’où le président AZALI ira-il pour garder le pouvoir?
Un an et 3 mois depuis que le président AZALI est arrivé au pouvoir. Et la concorde nationale et la paix civile n’ont jamais étaient menacées dans le pays que pendant ces 15 mois…

En effet, après la bastonnade à l’Assemblée qui a opposé les députés du parti CRC et ceux du parti JUWA, les nombreuses violations des statuts régissant le bon fonctionnement de cette auguste Assemblée, l’officialisation de la rupture avec le parti JUWA de l’ancien président SAMBI et la décision qui a mis fin aux relations diplomatiques entre les Comores et le Qatar, les ingrédients conduisant au désordre social sont atteints.
Disons que cette fois-ci le rubican a été franchi avec le discours du vice président Moustadrane prononcé à Anjouan le weekend dernier. Devant le peuple, le vice président a appelé ouvertement dans son allocution à la haine et au meurtre de tous ceux qui ne seront pas d’accord avec leur politique, pendant que les militants de la CRC applaudissaient: « si quelqu’un  se permet de critiquer notre politique ; alors libre à vous de le battre, le pourchasser jusqu’à le mettre hors de nuire. Vous pouvez ensuite le mettre dans un kwassakwassa pour aller le jeter aux requins dans le bras de mer qui sépare Anjouan et Mayotte. Le régime du colonel AZALI est un régime militaire et révolutionnaire, et nous sommes prêt à tout». Voilà à quelque chose prêt la traduction de ce discours de haine  et de violence.
Mais quelle honte pour tout le gouvernement et le président AZALI ! Par leur silence, ils cautionnent de tels propos qui appellent à la guerre civile entre ceux dont ils sont censés gouvernés et protégés.

AZALI serait-il obnubilé par le pouvoir au point de perdre la capacité de réflexion et de prendre du recul sur les événements? Aurait-il oublié que c’est le semblant de démocratie qui prévalait aux Comores l’an passé qui lui a permis de devenir président ? AZALI est capable de prendre des sanctions à l’encontre de l’auteur de ces propos qui appellent par leur virulence la haine et la violence?

Est-il le garant de la paix, de la sécurité et des institutions comme cela stipulait par la constitution ( shariaa mshindji shahé daula) ou bien de ses intérêts ou bien ceux de ses amis et son village?

Mais quel choix avons-nous fait, en élisant AZALI, sachant qu’à la lumière des évènements, on comprend que l’homme s’enfiche de la parole, de la paix et de la démocratie?

Mais ceci est étonnant de voir que la politique émergente voulue par le colonel va se faire dans le sang et la division…
Mbadakome

Remix de mbadakome

Powered by Comores infos