You are here: Home » Actualité » Les îles Comores n’étaient pas unies avant la colonisation

Les îles Comores n’étaient pas unies avant la colonisation

Les îles Comores n’étaient pas unies avant la colonisation

À elle seule, la Grande-Comore pouvait compter 12 Sultanats

Par ARM

       L’Histoire est l’objet d’intrigues, controverses, polémiques, déformations et manipulations. Mais, n’existe-t-il pas une idéologie historique dominante? Ne fait-on pas dire à l’Histoire ce qu’on veut qu’elle dise?

Un jour, à Paris, j’ai failli me faire tuer par de «bons et vrais Comoriens», en présence d’une autorité française car j’avais osé dire: «Avant la colonisation française, les Comores n’ont jamais constitué une entité politique unie et unique. Comment cela aurait-il été possible quand personne, avant la colonisation française, ne porte le titre de Roi des Comores, Sultan des Comores, Empereur des Comores ou Président des Comores? Comment cela aurait-il été possible quand la seule Grande-Comore comptait entre 7 et 12 Sultanats, contre 2 sur chacune des autres îles? Comment cela aurait-il été possible quand, pour les accords ayant conduit à la colonisation des îles, chacune d’elle a négocié à part et que sur aucun des traités n’est mentionné le nom “Comoresˮ ou celui d’une autre île? Comment cela aurait-il été possible quand Mayotte est devenue française en 1841 contre 1886 pour les autres îles?».

En toute logique, si au XIXème siècle, les Comores existaient en tant qu’État, un seul traité aurait fait des 4 îles un territoire français. Or, cela n’est pas le cas. Chaque île a traité à part ses affaires avec la France. Et même après l’officialisation de la colonisation française, l’Homme comorien n’existait toujours pas. À ce sujet, le chercheur français Pierre Vérin, également poursuivi par la haine des «bons et vrais Comoriens», note: «Sur le patriotisme insulaire qui veut qu’on soit grand-comorien, mohélien, anjouanais ou mahorais avant d’être comorien, on ne peut s’empêcher d’évoquer ce que Gabriel Ferrand écrivait, il y a près d’un siècle: “J’ai résidé à Majunga, le grand port malgache de la côte nord-ouest, pendant une trentaine de mois. La Résidence de France comptait parmi ses ressortissants un grand nombre de Comoriens navigant en cabotage de la côte malgache, l’île Nossi-Bé et les Comores. Dans aucune circonstance, je n’ai entendu ces indigènes se qualifier de Comoriens, ni appeler Comore l’une des quatre îles que nous désignons sous ce nom. Au début de mon séjour, j’employais les termes de île Comore, Grande-Comore: l’interlocuteur ne comprenait pas lorsqu’un patron de navire venait faire viser les papiers du bord à destination d’une des îles que nous appelons Comores, je lui posais la question habituelle: ʻTu te rends aux îles Comores? – Non, répondait le marin, je vais à Ngazidya (Grande-Comore), Inzuani ou Nzuani (Anjouan), Muali (Mohéli) ou Motu (Mayotte)ʼ. Les indigènes de ces quatre îles, qui ne parlent pas notre langue, sont persuadés que Grande-Comore est la traduction française de Ngazidya»: Gabriel Ferrand: Les musulmans à Madagascar et aux îles Comores, E. Leroux, Paris, 1891-1892, 3 volumes, cité par Pierre Vérin: Les Comores, Éditions Karthala, Collection «Méridiens», Paris, 1994, p. 5.

Par la suite, les documents officiels mentionnaient «Mayotte et Dépendances» ou «Mayotte et les Comores». En d’autres termes, Mayotte ne faisait pas partie des Comores.

Sur YouTube, dans un célèbre discours, Mme Zena M’déré, charismatique cheffe du mouvement des femmes de Mayotte, s’adressait à la France en présence d’une foule surtout composée de femmes: «Nous voudrions que vous compreniez que, comme, quand vous nous avez pris en charge, nous n’étions pas avec eux, ne nous mélangez pas avec ces gens-là. Non! Nous ne voulons pas!». «Ces gens-là» et «Eux», ce sont les Grands-Comoriens, les Mohéliens et les Anjouanais, auxquels les Mahorais ne veulent toujours pas être assimilés.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 3 janvier 2021.

Powered by WPeMatico