You are here: Home » Actualité » Les îlots de Mohéli ont tué Ahmed Abdallah et M. Taki

Les îlots de Mohéli ont tué Ahmed Abdallah et M. Taki

Les îlots de Mohéli ont tué Ahmed Abdallah et M. Taki

Les îlots de Nioumachioi tuent ceux qui veulent les vendre

Par ARM

       Le scandale est mondial. La tyrannie du dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri a signé un acte de vente d’une partie d’un îlot appartenant au peuple de Mohéli et placé sous la garde des habitants de Nioumachioi, la ville dépositaire de ce patrimoine mondial. Partout, les Comoriens et les étrangers amis des Comores et de Mohéli sont très indignés. Les Mohéliens se préparent à rejeter dans la violence ce mépris, qui finira par tourner court. Cette situation en appelle à trois remarques.

1.- En Droit, il existe une prérogative qui s’appelle droit de suite. Il est attaché au droit réel qu’est le droit de propriété et qui permet au propriétaire d’un bien de le réclamer et de l’obtenir même après des milliers d’achats et de ventes, que les acheteurs et les vendeurs soient de bonne foi ou de mauvaise foi. Comme la dictature de Mitsoudjé, installée à Moroni, n’a pas le droit de vendre la terre sacrée de Mohéli, le jour où les Mohéliens vont récupérer la direction de leur île, ils vont incendier les installations qui seront faites sur l’îlot, et j’en fournirais l’essence et les allumettes. Pour les Mohéliens, «la cession» d’une terre sacrée mohélienne par Afretane Youssoufa Madjoini et le loueur de zizi Saïd Ali Saïd Chayhane est nulle et non avenue, et sera retirée le moment venu comme n’ayant jamais existé.

2.- Dans les années 1980, les îlots de Nioumachioi servaient au trafic d’armes entre l’Iran et l’Afrique du Sud de l’apartheid sous embargo international. Le Président Ahmed Abdallah Abderemane, ignorant les souffrances des Sud-Africains Noirs, pactisait avec le hideux apartheid, employait des mercenaires sud-africains racistes contre les Comoriens, se rendait en Afrique du Sud clandestinement, recevait clandestinement des dirigeants sud-africains racistes, faisait peindre des avions sud-africains aux couleurs des Comores (Air Oichili), faisait financer ses mercenaires européens et sud-africains, et sa Garde présidentielle par l’Afrique du Sud raciste, bref, faisait contourner les sanctions internationales contre l’Afrique du Sud. Satan l’avait poussé à vendre les îlots de Nioumachioi à l’Afrique du Sud, et le lendemain, il a été tué par ses propres mercenaires. Les îlots sont toujours là. C’est la vérité.

3.- En 1997, en pleine crise séparatiste à Anjouan et à Mohéli, le Président Mohamed Taki Abdoulkarim avait vendu les droits d’exploitation touristiques à Nioumachioi «pour 30 ans» «à un Indien» que personne ne connaît jusqu’aujourd’hui. Le lendemain, il est mort. À l’époque, on avait parlé de l’affaire Barat. Pierre Barat est un Français qui était concessionnaire de voitures à Marseille. En compagnie de son époux, il fait du tourisme à Mohéli: «Nous sommes arrivés en novembre 1996. Un choc! Nous avons trouvé un pays magnifique, des gens généreux et un site fabuleux, l’anse de Nioumachioi». Les Barat décident alors de s’installer à Mohéli pour développer une activité touristique, non pas sur les îlots, mais sur la côte, en face des îlots. Mais, ils apprennent d’un méprisant pouvoir fédéral que tous les droits d’exploitation touristique de l’île étaient vendus à «un Indien» inconnu, pour 30 ans. Pierre Barat tempête: «Mais ce contrat n’a jamais été avalisé par le Parlement! En attendant, on nous a interdit de mener à bien notre projet. Quant aux Mohéliens, ils sont furieux. Ils ont l’impression d’avoir été vendus!»: Philippe Linquette: La crise aux Comores. Mohéli, le paradis rebelle. Malgré ses richesses naturelles, la petite des îles comoriennes est aussi la plus oubliée, Le Figaro, 21 août 1997.

Alors, les Mohéliens le disent aujourd’hui: la vente d’un îlot de Nioumachioi est le début de la fin pour le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri. Attendez et vous verrez! Nioumachioi est un site sacré. Cet endroit est sacré. Ce site est sacré. Il n’est pas à vendre.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 19 novembre 2020.

Powered by WPeMatico